Afrique Centrale
6 avril 2020

Cameroun: sept civils tués par deux kamikazes de Boko Haram

Kamikazes de Boko Haram | Sept civils camerounais, dont deux adolescents, ont été tués dimanche soir dans un double attentat-suicide […]

21 août 2019 Société

Lutte contre Boko Haram : un jeune Camerounais conçoit un drone solaire

Maroua (© 2019 Afriquinfos)- Borel Teguia, 25 ans, a conçu un drone solaire pour renforcer la lutte contre le groupe […]

Lire la suite »
2 novembre 2017 Non classé

Cameroun : 50 membres de Boko Haram se sont déjà rendus aux autorités

Yaoundé (© Afriquinfos 2017)-Le gouverneur de la région camerounaise de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakary, a affirmé dans des médias locaux que […]

Lire la suite »
18 mars 2017 Non classé

Cameroun : Boko Haram s’insurge contre des « mensonges »

(© 2017 Afriquinfos) –Dans une nouvelle vidéo de 27 minutes montée le jeudi 16 mars, Abubakar Shekau, le chef de […]

Lire la suite »
30 août 2016 Non classé

Cameroun: Les exactions dans le cadre de la lutte anti-Boko Haram sont-elles à leur faîte?

Yaoundé (© 2016 Afriquinfos) – Le gouvernement camerounais vient d’être de nouveau interpellé ce mardi par Amnesty International, sur le cas de 130 personnes disparues depuis leur arrestation en décembre 2014. Les autorités dénoncent de leur côté un «mauvais procès» contre l’armée camerounaise.

Lire la suite »
23 décembre 2014 Non classé

Cameroun : Boko Haram de nouveau visé par les autorités

DOUALA (© 2014 Afriquinfos) – Un important camp d’entraînement de la secte islamiste nigériane Boko Haram basé dans l’extrême nord, dans la localité de Guirvidik a été découvert et démantelé le 21 décembre par les forces de défense camerounaises. Ce camp, selon des témoins directs, était spécialement dédié à l’encadrement d’enfants âgés entre 8 et 15 ans.

Lire la suite »
28 octobre 2014 Non classé

Cameroun : L’armée tue 12 membres de la secte Boko Haram

YAOUNDE (© 2014 Afriquinfos) – Depuis plusieurs mois, les islamistes nigérians de Boko Haram ont intensifié des incursions armées au Cameroun , amenant le gouvernement à déployer des renforts militaires humains et matériels dans l’extrême-Nord du pays.

Lire la suite »
23 octobre 2014 Non classé

Cameroun : les attaques de Boko Haram se multiplient

YAOUNDE (© 2014 Afriquinfos) – En dépit des efforts des forces de défense camerounaises, les incursions es membres de la secte islamique Boko Haram ne cessent de se multiplier sur le territoire national de la patrie de Paul Biya.

Lire la suite »
27 juillet 2014 Non classé

Cameroun : L’épouse du vice-PM enlevé par Boko Haram (ministre)

YAOUNDE (Xinhua) – Le ministre camerounais de l’Information et porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary, a confimé dimanche à Xinhua que la femme du vice-Premier ministre camerounais Amadou Ali avait été enlevée par la secte islamise nigériane Boko Haram plus tôt dans la journée à Kolofata, localité dans le nord du Cameroun près de la frontière avec le Nigeria.

Lire la suite »
23 juillet 2014 Non classé

Mille soldats camerounais à la frontière avec le Nigeria pour lutter contre Boko Haram

LAGOS (Xinhua) – Le Cameroun a déployé environ 1. 000 soldats à la frontière avec le Nigeria pour lutter contre la secte nigériane Boko Haram, a rapporté mardi un haut responsable.

Lire la suite »
L’État islamique en Afrique de l’Ouest ou la province de l’Afrique de l’Ouest de l’État islamique (en abrégé ISWA ou ISWAP), et communément appelé Boko Haram est une organisation terroriste djihadiste basée dans le nord-est du Nigéria, également active au Tchad, au Niger et dans le nord du Cameroun. 2019 a vu le nouveau déclin de Boko Haram et la perte d’une grande partie du territoire qu’il aurait autrefois contrôlé. Fondé par Mohammed Yusuf en 2002, le groupe était dirigé par Abubakar Shekau depuis 2009. Lorsque Boko Haram s’est formé pour la première fois, leurs actions n’étaient pas violentes. Leur objectif principal était de purifier l’islam dans le nord du Nigéria. Depuis mars 2015, le groupe est aligné sur l’État islamique d’Irak et du Levant. Depuis le début de l’insurrection en 2009, Boko Haram a tué des dizaines de milliers de personnes et déplacé 2,3 millions de leurs foyers et a été à une époque le groupe terroriste le plus meurtrier du monde selon le Global Terrorism Index. Après sa fondation en 2002, la radicalisation croissante de Boko Haram a conduit à l’opération de répression par les forces militaires nigérianes et à l’exécution sommaire de son chef Mohammed Yusuf en juillet 2009. Sa résurgence inattendue, à la suite d’une évasion massive de prison en septembre 2010, s’est accompagnée d’attaques de plus en plus sophistiquées, initialement contre des cibles faciles, mais progressant en 2011 pour inclure des attentats suicides contre des bâtiments de la police et le bureau des Nations Unies à Abuja. La mise en place par le gouvernement d’un état d’urgence au début de 2012, prolongé l’année suivante pour couvrir tout le nord-est du Nigéria, a entraîné une augmentation des abus des forces de sécurité et des attaques militantes. Sur les 2,3 millions de personnes déplacées par le conflit depuis mai 2013, au moins 250 000 ont quitté le Nigéria et se sont réfugiées au Cameroun, au Tchad ou au Niger. Boko Haram a tué plus de 6 600 personnes en 2014. Le groupe a procédé à des enlèvements massifs, notamment l’enlèvement de 276 écolières de Chibok en avril 2014. La corruption dans les services de sécurité et les violations des droits humains qu’ils ont commises ont entravé les efforts pour lutter contre les troubles. À la mi-2014, les militants ont pris le contrôle de pans de territoire dans et autour de leur État d’origine, Borno, estimé à 50 000 kilomètres carrés (20 000 mi2) en janvier 2015, mais n’ont pas capturé la capitale de l’État, Maiduguri, où se trouvait le groupe. basé à l’origine. Le 7 mars 2015, le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, a promis allégeance à l’État islamique d’Irak et du Levant, renommé État islamique en Afrique de l’Ouest. En septembre 2015, le directeur de l’information au quartier général de la défense du Nigéria a annoncé que tous les camps de Boko Haram avaient été détruits, mais les attaques du groupe se poursuivent. En 2019, le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, a affirmé que Boko Haram était «techniquement vaincu». Cependant, les attaques de Boko Haram se sont intensifiées et constituent toujours une menace majeure à partir de 2019.

Boko Haram :  pourquoi ce nom ?

Le nom du groupe  a toujours été Jamā’atu Ahli is-Sunnah lid-Da’wati wal-Jihād, ce qui signifie « Groupe du peuple de Sunnah pour Dawa et Jihad ». Il est également connu sous le nom de Wilayat Garb Ifrqiya, qui signifie « Province de l’Afrique de l’Ouest », depuis mars 2015 après avoir fait partie de l’État islamique. Le nom « Boko Haram » est généralement traduit par « l’éducation occidentale est interdite ». Haram vient de l’arabe  (ḥarām, « interdit ») ; et le mot haoussa boko (la première voyelle est longue, la seconde prononcée à voix basse), signifiant « faux », qui est utilisé pour désigner l’éducation occidentale laïque. Boko Haram a également été traduit par « l’influence occidentale est un péché » et « l’occidentalisation est un sacrilège ». Jusqu’à la mort de son fondateur Mohammed Yusuf, le groupe serait également connu sous le nom de Yusifiyya. Les Nigérians du Nord ont souvent rejeté l’éducation occidentale comme ilimin boko (« fausse éducation ») et les écoles laïques comme makaranta boko.

Boko Haram : Idéologie

Boko Haram a été fondée sur les principes du salafisme qui préconise une stricte adhésion à la charia. Il est devenu un groupe djihadiste en 2009. Le mouvement est diffus et les combattants qui lui sont associés suivent la doctrine salafiste. Leurs croyances ont tendance à être centrées sur une stricte adhésion au Wahabisme, qui est une forme extrêmement stricte de l’islam sunnite qui considère de nombreuses autres formes d’islam comme idolâtres. Le groupe a dénoncé les membres des sectes soufie et chiite comme des infidèles. Boko Haram demande la création d’un État islamique au Nigéria. Il s’oppose à l’occidentalisation de la société nigériane et à la concentration des richesses du pays parmi les membres d’une petite élite politique, principalement dans le sud chrétien du pays. Le Nigéria est la plus grande économie d’Afrique, mais 60% de sa population de 173 millions d’habitants (en 2013) vit avec moins de 1 dollar par jour. La loi de la charia imposée par les autorités locales, commençant par Zamfara en janvier 2000 et couvrant 12 États du nord à la fin de 2002, a peut-être favorisé les liens entre Boko Haram et les dirigeants politiques, mais a été considérée par le groupe comme corrompue. Selon Borno Sufi Imam Sheik Fatahi, Yusuf a été formé par Kano Salafi Izala Sheik Ja’afar Mahmud Adamu, qui l’appelait le « leader des jeunes »; les deux se sont séparés quelque temps en 2002-2004. Ils ont tous deux prêché dans la mosquée Indimi de Maiduguri, à laquelle assistait le vice-gouverneur de Borno. Beaucoup du groupe auraient été inspirés par Mohammed Marwa, connu sous le nom de Maitatsine (« Celui qui maudit les autres »), un prophète autoproclamé (annabi, un mot haoussa habituellement utilisé uniquement pour décrire le fondateur de l’islam) né dans le nord du Cameroun qui a condamné la lecture de livres autres que le Coran. Dans une interview à la BBC en 2009, Yusuf, décrit par les analystes comme étant bien éduqué, a réaffirmé son opposition à l’éducation occidentale. Il a rejeté la théorie de l’évolution, a déclaré que la pluie n’est pas « une évaporation causée par le soleil » mais qu’elle est plutôt créée et envoyée directement par Dieu, et a déclaré que la Terre n’est pas une sphère.

Boko Haram : Histoire

Contexte

Avant la colonisation et l’annexion subséquente à l’Empire britannique en 1900 en tant que Nigeria colonial, l’Empire Bornu dirigeait le territoire où Boko Haram est actuellement actif. C’était un sultanat souverain dirigé selon les principes de la Constitution de Médine, avec une population musulmane kanuri majoritaire. En 1903, l’émirat de Borno et le califat de Sokoto sont passés sous le contrôle des Britanniques. Les missionnaires chrétiens à cette époque ont diffusé le message chrétien dans la région et ont eu de nombreux convertis. L’occupation britannique a pris fin avec l’indépendance du Nigéria en 1960. À l’exception d’une brève période de régime civil entre 1979 et 1983, le Nigéria a été gouverné par une série de dictatures militaires de 1966 jusqu’à l’avènement de la démocratie en 1999. Le militantisme ethnique aurait été l’une des causes de la guerre civile de 1967-1970 ; la violence religieuse a atteint un nouveau sommet en 1980 à Kano, la plus grande ville du nord du pays, où la secte fondamentaliste musulmane Yan Tatsine (« les adeptes de Maitatsine ») a déclenché des émeutes qui ont fait quatre ou cinq mille morts. Dans la répression militaire qui a suivi, Maitatsine a été tuée, alimentant une réaction violente accrue qui s’est propagée dans d’autres villes du nord au cours des vingt prochaines années. L’inégalité sociale et la pauvreté ont contribué aux soulèvements de Maitatsine et de Boko Haram. Au cours des décennies qui ont suivi la fin de l’occupation britannique, des politiciens et des universitaires du nord principalement islamique ont exprimé leur opposition fondamentale à l’éducation occidentale. Des groupes d’intérêts ethno-religieux politiques, dont les membres comprennent des dirigeants politiques, militaires et religieux influents, ont prospéré au Nigéria, bien qu’ils aient été en grande partie supprimés sous le régime militaire. Leurs ailes paramilitaires, formées depuis le retour du pays au régime civil, ont été impliquées dans une grande partie des violences sectaires dans les années qui ont suivi. Le Congrès du peuple d’Arewa, l’aile de milice du Forum consultatif d’Arewa, le principal groupe politique représentant les intérêts du nord du Nigéria, est un groupe bien financé doté d’une expertise militaire et de renseignement, et est considéré comme capable de s’engager dans une action militaire, y compris des bombardements secrets.

Fondateur

Mohammed Yusuf a fondé la secte qui est devenue connue sous le nom de Boko Haram en 2002 à Maiduguri, la capitale de l’État du nord-est de Borno. Il a créé un complexe religieux et une école qui a attiré des familles musulmanes pauvres de tout le Nigéria et des pays voisins. Le centre avait pour objectif politique de créer un État islamique et est devenu un terrain de recrutement pour les djihadistes. En dénonçant la police et la corruption de l’État, Yusuf a attiré des adeptes de jeunes sans emploi. Il aurait utilisé l’infrastructure existante à Borno de la Société Izala (Jama’at Izalatil Bidiawa Iqamatus Sunnah), une secte islamique conservatrice populaire, pour recruter des membres, avant de se séparer pour former sa propre faction. Les Izala ont été initialement accueillis au gouvernement, avec des gens sympathiques à Yusuf. Boko Haram a mené ses opérations plus ou moins pacifiquement au cours des sept premières années de son existence, se retirant de la société dans des régions reculées du nord-est. Le gouvernement a ignoré à plusieurs reprises les avertissements concernant le caractère de plus en plus militant de l’organisation. Le Conseil d’Oulama a conseillé au gouvernement et à la Nigerian Television Authority de ne pas diffuser la prédication de Yusuf, mais leurs avertissements ont été ignorés. L’arrestation de Yusuf l’a élevé au statut de héros. Le vice-gouverneur de Borno, Alhaji Dibal, aurait affirmé qu’al-Qaïda avait des liens avec Boko Haram, mais les a rompus lorsqu’ils ont décidé que Yusuf n’était pas une personne fiable. Stephen Davis, un ancien membre du clergé anglican qui a négocié avec Boko Haram à maintes reprises blâme les politiciens nigérians locaux qui soutiennent les bandits locaux comme Boko Haram afin qu’ils rendent la vie difficile à leurs opposants politiques. Davis a notamment blâmé l’ancien gouverneur de l’État de Borno, Ali Modu Sheriff, qui avait initialement soutenu Boko Haram, mais qui n’en avait plus besoin après les élections de 2007 et a cessé de les financer. Le shérif nie les accusations.

Offensive ouest-africaine après 2015

En 2015, offensive ouest-africaine, Boko Haram a perdu la majeure partie du territoire qu’elle avait occupé au fil du temps et s’est retirée dans la forêt de Sambisa. Boko Haram s’est replié sur des tactiques de guérilla. Mais depuis 2018, il y a eu un pic important d’attaques de Boko Haram. La majorité de ces attaques sont concentrées dans l’État de Borno. Les attaques de Boko Haram ont fait plus de dix-sept cents morts au cours du premier semestre 2019, y compris des pertes de ses propres membres. L’organisation terroriste a pu recruter en grand nombre dans la pauvreté et la violence induites par le changement climatique dans le bassin du lac Tchad en offrant de petits prêts et en promettant de grandes récompenses. Il continue également d’enlever et de forcer de jeunes garçons à les rejoindre. Boko Haram est mieux équipé de drones, d’armes et de véhicules capturés et parfois abandonnés par l’armée nigériane lors d’une embuscade. Pour mieux se fortifier, l’armée nigériane a concentré la population rurale dans ses villes de garnison. Cela a permis à Boko Haram de freiner librement à la campagne. En 2019, ils auraient repris le contrôle de 4 des 10 zones de l’État de Bono.

Boko Haram Cameroun : Campagne de violence

L’État de Borno au Nigéria, où Boko Haram est basé, jouxte le lac Tchad tout comme le Niger, le Cameroun et le pays du Tchad. Le conflit et les réfugiés ont débordé des frontières nationales pour impliquer les quatre pays. En 2013, Boko Haram a accru ses opérations dans le nord du Cameroun et a participé à des escarmouches le long des frontières du Tchad et du Niger. Ils étaient liés à un certain nombre d’enlèvements, souvent en association avec le groupe dissident Ansaru, attirant vers eux un niveau d’attention international plus élevé. En février 2013, Boko Haram était responsable de l’enlèvement de sept touristes français dans l’extrême nord du Cameroun. En novembre 2013, des membres de Boko Haram ont enlevé un prêtre français au Cameroun. En décembre 2013, des hommes armés de Boko Haram auraient attaqué des civils dans plusieurs régions du nord du Cameroun. Les forces de sécurité du Tchad et du Niger auraient également participé à des escarmouches contre des membres présumés de Boko Haram le long des frontières du Nigéria. En 2013, le groupe a également kidnappé huit citoyens français dans le nord du Cameroun et obtenu une rançon pour leur libération. Boko Haram a souvent réussi à échapper à l’armée nigériane en se retirant dans les collines autour de la frontière avec le Cameroun, dont l’armée n’est apparemment pas disposée à les affronter. Le Nigéria, le Tchad et le Niger ont formé une force opérationnelle multinationale conjointe en 1998. En février 2012, le Cameroun a signé un accord avec le Nigéria pour établir un comité conjoint de sécurité transfrontalière, qui a été inauguré en novembre 2013, lorsque le Cameroun a annoncé son intention de mener des mais des « patrouilles frontalières distinctes » en 2014. Il s’est à nouveau réuni en juillet 2014 pour améliorer encore la coopération entre les deux pays. L’UNICEF a signalé une augmentation des attentats-suicides d’enfants avec 27 incidents survenus au cours des trois premiers mois de 2017 au Nigéria, au Niger, au Cameroun et au Tchad, contre 30 au cours de l’année précédente, 56 en 2015 et 4 en 2014. Enfants kidnappés qui s’échappent de Boko Haram est souvent détenue ou mise à l’écart par sa communauté ou sa famille. Patrick Rose, coordinateur régional de l’UNICEF, a déclaré: « Ils sont détenus dans des casernes militaires, séparés de leurs parents, sans suivi médical, sans soutien psychologique, sans éducation, dans des conditions et pour des durées inconnues ». Selon l’ONG: « Le rejet par la société de ces enfants et leur sentiment d’isolement et de désespoir pourraient les rendre plus vulnérables aux promesses de martyre en acceptant des missions dangereuses et mortelles ». En plus des kamikazes d’enfants et bien qu’ils aient été mis en déroute depuis des zones clés et considérablement réduits dans leurs capacités, tout au long de 2016 et jusqu’en 2017, Boko Haram au Nigéria a continué de mener des attaques contre les forces de sécurité nigérianes, les Civil Joint Joint Task Forces (CJTF). ) et des citoyens ordinaires utilisant des engins explosifs improvisés (IED) et d’autres armes brutes. Ceux-ci étaient souvent déployés avec des kamikazes; un nombre croissant de femmes et de filles recrutées pour attaquer les marchés, les dépôts de transport, les mosquées et les camps de personnes déplacées. Le 24 septembre 2015, la Maison Blanche a annoncé un programme d’aide militaire aux alliés africains combattant Boko Haram. Le paquet comprenait jusqu’à 45 millions de dollars pour la formation et d’autres soutiens au Bénin, au Cameroun, au Tchad, au Niger et au Nigéria. Le 14 octobre, la Maison Blanche a publié une déclaration, conformément à la résolution sur les pouvoirs de guerre, annonçant le déploiement de 300 soldats au Cameroun pour effectuer des opérations de RSR aéroportées: « Ces forces sont équipées d’armes dans le but d’assurer leur propre protection et sécurité. et ils resteront au Cameroun jusqu’à ce que leur soutien ne soit plus nécessaire. « Après une série de réunions sur plusieurs mois, le ministre camerounais des Affaires étrangères a annoncé le 30 novembre 2014 qu’une force de coalition pour lutter contre le terrorisme, dont Boko Haram, serait bientôt opérationnelle. La force comprendrait 3 500 soldats du Bénin, du Tchad, du Cameroun, du Niger et du Nigéria. Des discussions entre la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) au sujet d’une force militaire plus large sont prévues. En janvier 2019, lorsque des milliers de réfugiés du nord-est du Nigéria ont été forcés de rentrer du Cameroun, malgré la menace continue pour la vie civile des djihadistes de Boko Haram, les Nations Unies ont été « extrêmement alarmées ». « Cette action était totalement inattendue et met en danger la vie de milliers de réfugiés », a déclaré le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi. Le HCR a appelé le Cameroun « à continuer sa porte ouverte et sa politique hospitalière » et à arrêter tout retour.
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés