Afrique
1 septembre 2020

Guinée: le président Alpha Condé candidat à un troisième mandat

Le président guinéen Alpha Condé sera candidat à un troisième mandat lors du scrutin prévu le 18 octobre, a indiqué […]

11 juin 2020 Afrique de l'Ouest

Guinée : Alpha Condé donne des assurances fermes sur sa santé

Santé d’Alpha Condé | Le chef de l’Etat guinéen a assuré mercredi qu’il se portait « comme un charme » et enterrerait […]

Lire la suite »
7 avril 2020 Afrique de l'Ouest

Guinée: Alpha Condé promulgue sa Constitution et approuve un plan anti-coronavirus

Conakry (© 2020 Afriquinfos) – Anti-Coronavirus – Après des mois de tensions qui ont fait des dizaines de morts, le […]

Lire la suite »
2 avril 2020 Afrique de l'Ouest

Guinée: très large majorité parlementaire pour le président Alpha Condé

Guinée : Le parti du président guinéen Alpha Condé, dont le projet de nouvelle Constitution est au coeur d’une grave […]

Lire la suite »
7 janvier 2020 Non classé

Riposte contre le 3ème mandat d’Alpha Condé Guinée: L’opposition reprend les manifestations dès le 13 janvier

Conakry (© 2020 Afriquinfos)-L’opposition guinéenne a maintenu lundi la pression contre la volonté prêtée au président Alpha Condé de briguer […]

Lire la suite »
8 octobre 2019 République de Guinée

L’opposition guinéenne appelle à manifester contre un 3e mandat d’Alpha Condé

Conakry (© 2019 Afriquinfos)-Les désirs d’Alpha Condé de se présenter pour un troisième mandat en 2020 vont-ils-s ‘estomper face à […]

Lire la suite »
4 octobre 2018 Afrique de l'Ouest

Guinée: Alpha Condé confirme l’éviction du chef de la cour constitutionnelle

Conakry (© 2018 Afriquinfos)- L’ancien président de la Cour constitutionnelle Kéléfa Sall, a en effet été éjecté et remplacé par Mohamed […]

Lire la suite »
29 janvier 2018 Non classé

Présidence de l’Union Africaine : Alpha Condé passe la main à Paul Kagamé

Addis-Abeba (© Afriquinfos 2018)- Le président Rwandais Paul Kagamé est le nouveau président de l’Union Africaine depuis ce dimanche 28 […]

Lire la suite »
21 novembre 2017 Afrique de l'Ouest

Crise Togo :Tikpi Atchadam rencontre Alpha Condé à Paris aujourd’hui

Lomé (© Afriquinfos 2017)- Le président du Parti national panafricain (PNP), Tikpi Atchadam en visite à Paris ce mardi, pour […]

Lire la suite »
2 novembre 2017 Afrique de l'Ouest

Suspension des élections au Liberia : Alpha Condé et Faure Gnassingbé pour calmer le jeu

Monrovia (© Afriquinfos 2017)-Le président de la Guinée et président en exercice de l’UA, Alpha Condé et son homologue du […]

Lire la suite »
28 février 2017 Afrique de l'Ouest

Manifestations en Guinée : le président Alpha Condé limoge trois ministres

Conakry  (© 2017 Afriquinfos) En Guinée, le président Alpha Condé a limogé trois de ses ministres. Grève des enseignants, fermeture […]

Lire la suite »
9 février 2017 Afrique de l'Ouest

Guinée: un front lancé par l’opposition pour empêcher un éventuel troisième mandat d’Alpha Condé

Conakry (© 2017 Afriquinfos) – Le président guinéen Alpha Condé, est soupçonné par les partis d’opposition de vouloir briguer un […]

Lire la suite »
3 février 2017 Afrique de l'Ouest

Guinée : le nouveau président de l’UA, Alpha Condé accueilli chez lui comme un Héro

Conakry (© 2017 Afriquinfos) –  Le président guinéen Alpha est rentré de son voyage d’Addis-Abeba ce jeudi. Désormais président de […]

Lire la suite »
22 octobre 2011 République de Guinée

Basse Guinée : consensus autour d’un candidat unique aux législatives

CONAKRY (Xinhua) – La Coordination régionale de la Basse Guinée a exprimé sa volonté de choisir le président du parti Guinée Pour Tous « GPT », Ibrahima Kassory Fofana, candidat malheureux à l’élection présidentielle, comme tête de liste d’une candidature unique pour les prochaines élections législatives, pour le compte de toute la Basse Guinée, l’une des quatre régions naturelles de la Guinée.

Lire la suite »

Alpha Condé, né le 4 mars 1938, est un homme politique guinéen qui est président de la Guinée depuis décembre 2010. Il a passé des décennies dans l’opposition à une succession de régimes en Guinée, se présentant sans succès contre le président Lansana Conté aux élections présidentielles de 1993 et ​​1998 et à la tête du Rassemblement. du peuple guinéen (RPG), parti d’opposition. Se présentant à nouveau à l’élection présidentielle de 2010, Condé a été élu président de la Guinée lors d’un second tour de scrutin. Lorsqu’il a pris ses fonctions en décembre, il est devenu le premier président librement élu de l’histoire du pays. Condé a été réélu en 2015 avec près de 58% des voix.

Lors de son élection en 2010, Condé a affirmé qu’il renforcerait la Guinée en tant que démocratie et lutterait contre la corruption dans son pays, mais lui et son fils ont depuis été impliqués dans un certain nombre de scandales de corruption principalement liés à l’industrie minière et soupçonné de truquage des élections. 

Le 30 janvier 2017, Condé a succédé à Idriss Deby du Tchad à la tête de l’Union africaine. Il a ensuite été succédé par le président rwandais Paul Kagame le 28 janvier 2018.

Jeunesse d’Alpha Condé

Condé est né le 4 mars 1938 à Boke en Basse Guinée. Ses parents venaient de Baro, une petite ville de la préfecture de Kouroussa dans la région de Kankan en Haute-Guinée.

Condé est parti en France à l’âge de 15 ans. Il a été actif en parallèle au sein de l’Union Nationale de l’Enseignement Supérieur (SNESUP) et a combiné les fonctions de charge au sein de l’Association des étudiants guinéens en France (AEGF), et au sein de la Fédération des Noirs Africains Étudiants en France (FEANF), dont il a été le Coordinateur Exécutif des Groupes Nationaux Africains (NG) de 1967 à 1975, supervisant les activités de la Direction du FEANF. 

Condé a rédigé une thèse de maîtrise en science politique intitulée Le P.D.G. et le peuple de Guinée en 1965. 

Carrière politique d’Alpha Condé

Condé a remporté 19,6% des voix lors de la première élection présidentielle multipartite de Guinée, tenue le 19 décembre 1993. Lansana Conté, qui était président depuis un coup d’État sans effusion de sang de 1984, a remporté cette élection avec 51,7% des voix. Les partisans de Condé ont allégué une fraude lors de cette élection après que la Cour suprême a annulé les résultats dans les préfectures de Kankan et Siguiri, où Condé avait recueilli plus de 90% des voix. Lors de l’élection présidentielle de 1998, Condé s’est de nouveau présenté et a obtenu 17,6% des voix, se plaçant troisième derrière Conté (56,1%) et Mamadou Boye Bâ (24,6%). Le 16 décembre, deux jours après le scrutin, Condé a été arrêté et accusé d’avoir tenté de quitter le pays illégalement; il a également été accusé d’avoir tenté de recruter des forces pour déstabiliser le gouvernement.

La controverse au cours de sa détention a porté sur la question de savoir s’il pouvait être représenté par des avocats étrangers et nationaux et si les avocats de la défense avaient pleinement accès à lui en prison. Le procès de Condé, qui devait initialement débuter en septembre 1999, n’a commencé qu’en avril 2000. Condé, avec 47 co-accusés, a été accusé d’avoir engagé des mercenaires, d’avoir l’intention d’assassiner le président Conté et de perturber la sécurité de l’État. Les avocats de la défense ont commencé par demander au juge de libérer immédiatement leurs clients, puis ont démissionné, affirmant que, dans ces circonstances, ils ne pouvaient pas se défendre correctement. Le procès a donc été retardé à plusieurs reprises, période pendant laquelle Condé a refusé de parler au tribunal, et ses co-accusés ont nié toutes les charges. Le procès s’est finalement poursuivi en août et, à la mi-septembre, Condé a été condamné à cinq ans de prison.

Cependant, Condé a été remis en liberté en mai 2001 après avoir été gracié par le président Conté, à la condition qu’il lui soit interdit de se livrer à des activités politiques. Après sa libération, il a quitté la Guinée pour la France, y retournant en juillet 2005. À son retour, certains rapports indiquaient qu’il avait l’intention d’organiser le RPG pour les élections municipales qui se sont tenues fin 2005, mais ont déclaré plus tard son intention de les boycotter. 

À la suite de la mort de Conté et du coup d’État militaire du 23 décembre 2008, Condé a rencontré Moussa Dadis Camara, président du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD), le 27 décembre 2008. Après la réunion, Condé a déclaré que les membres de la junte du CNDD étaient des « patriotes ». Plus tard, cependant, il s’est opposé à la junte et a été critiqué par Camara. 

Élection 2010

Condé s’est présenté de nouveau aux élections présidentielles de juin – novembre 2010. Au premier tour, il a obtenu 18% des voix, tandis que Cellou Dalein Diallo s’est classé premier avec plus de 40%. Le 15 novembre 2010, Condé a été déclaré vainqueur du deuxième tour avec 52,5%. Les observateurs de l’élection ont noté que sa victoire était surprenante compte tenu de ses mauvais résultats au premier tour. Un rapport préparé par le Centre Carter a noté plusieurs irrégularités dans l’inscription des électeurs, le dépouillement des votes et la perte de près d’un million d’électeurs du décompte final. Le Centre Carter a critiqué la décision de la Cour suprême de Guinée de procéder à un second tour de scrutin. Malgré des allégations de corruption électorale, Alpha Condé a prêté serment le 21 décembre 2010. 

En 2011, Palladino Capital 2, une société d’investissement dirigée par le milliardaire sud-africain Walter Hennig, a prêté 25 millions de dollars à la Guinée pour financer la création d’une mine d’État. Mais il est vite devenu évident que l’argent n’était pas utilisé comme prévu et que les conditions étaient préjudiciables à la Guinée. En outre, selon l’ancien ministre guinéen des Mines Mahmoud Thiam, l’accord comprenait un engagement à soutenir la campagne politique de Condé. En 2012, après de nombreuses critiques publiques, le prêt a été remboursé et l’accord a été annulé. 

Après son élection, Condé a apparemment tenté d’améliorer la loi minière en Guinée, afin de réduire la corruption dans le secteur et d’augmenter les bénéfices du pays. Cependant, comme cela a été révélé en 2016 Samuel Mebiame, qui avait été impliqué dans la corruption de hauts fonctionnaires du gouvernement en échange de droits miniers dans le pays, a également été impliqué dans la réécriture de la loi minière d’une manière qui a profité aux entreprises avec lesquelles il travaillait. 

Selon divers documents qui ont été divulgués à l’ONG internationale Global Witness, la société minière Sable Mining a été impliquée pour aider Condé à remporter les élections de 2010 en échange des droits miniers dans le pays. Global Witness a rapporté que Sable a soutenu la campagne électorale de Condé, organisé des réunions logistiques et stratégiques, offert de lui prêter un hélicoptère et versé un pot-de-vin à son fils, Alpha Mohammed Condé, afin d’obtenir des permis miniers dans un certain nombre de domaines, y compris le mont Nimba. Dans un e-mail envoyé par Alpha Mohammed Condé à Sable en août 2010, il a déclaré que soutenir la campagne de son père « rendra mon père d’autant plus à l’aise pour soutenir nos partenariats commerciaux ». 

Tentative d’assassinat

Le 19 juillet 2011, la résidence présidentielle a été bombardée, entraînant la mort d’un garde présidentiel et deux autres blessés ; Condé, cependant, a survécu à la tentative d’assassinat. Un ancien chef de l’armée et un membre de la garde présidentielle ont été arrêtés quelques heures après les deux attaques contre sa maison. Le président a ensuite parlé au pays en disant que « ma maison a été attaquée la nuit dernière, mais je félicite la garde présidentielle qui a combattu héroïquement de 3h10 à 5h00 avant l’arrivée des renforts ». Il a également ajouté que ses plans de réforme n’échoueraient pas. 

Trois jours plus tard, au moins 41 soldats ont été arrêtés pour la tentative d’assassinat. Un responsable du gouvernement a déclaré que bon nombre des personnes arrêtées avaient des liens avec les anciens dirigeants militaires du pays.

L’ONU a réagi en déclarant qu’il y avait un besoin accru de réformes militaires en Guinée. Le représentant spécial des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest, Said Djinnit, a déclaré que l’attaque a montré que « les faiblesses des systèmes de défense et de sécurité de la Guinée renforcent la détermination de l’ONU à soutenir les réformes militaires du pays. J’ai vu les dégâts … l’attaque visait clairement à tuer le président. « 

Violence préélectorale de 2013

Condé a été critiqué lors d’une manifestation d’une semaine et de violences fin février et début mars 2013, après que des partisans de l’opposition soient descendus dans les rues de Conakry pour protester contre ses prétendues tentatives de truquer les élections législatives de 2013. La coalition d’opposition s’est retirée du processus électoral à la mi-février, principalement en raison de l’insistance de Condé à utiliser une firme sud-africaine, Waymark Infotech, pour établir la liste électorale enregistrée.

Les violences qui ont suivi ont fait au moins neuf morts et des centaines de blessés, dont beaucoup à cause de la brutalité présumée des forces de sécurité qui auraient utilisé des balles réelles pour disperser une partie de la foule.

Le vote a finalement eu lieu le 28 septembre, mais des observateurs locaux et internationaux ont affirmé que le processus était considérablement défectueux, ils ont observé des bourrages de bulletins de vote, de l’intimidation des électeurs et des mineurs votant. Ces problèmes d’organisation et ces irrégularités ont entraîné un retard de trois semaines dans l’annonce des résultats des élections, ce qui a à son tour entraîné de nouvelles tensions. À ce stade, des représentants régionaux des Nations Unies et de l’UE sont intervenus et ont fortement recommandé que la situation soit traitée pacifiquement via le système juridique.

Élection 2015

Le 17 octobre 2015, Condé a été réélu pour un second mandat avec 57,85% des voix, remportant une majorité absolue au premier tour de scrutin. L’opposition a affirmé que l’élection avait été entachée de fraude et de mauvaise gestion. Cellou Dalein Diallo, qui a reçu environ 30% des voix, a rejeté les résultats, affirmant que le vote avait été truqué. Il a accusé le gouvernement d’intimider les électeurs, de bourrer les bulletins de vote, de permettre aux mineurs de voter et de modifier la carte électorale. Cependant, il n’a pas déposé d’appel officiel. Condé a prêté serment pour son deuxième mandat le 14 décembre 2015. 

Allégations de corruption en 2016

En 2016, l’organisme de presse français FRANCE 24 a publié des enregistrements audio qui semblent prouver que la société minière Rio Tinto a versé au fonctionnaire du gouvernement guinéen et à une connaissance proche du président François de Combret en une somme de 10,5 millions de dollars pour les droits miniers dans la mine Simandou. Le président Condé dit que de Combret a agi seul. Les enregistrements audio n’impliquent pas le président, car rien n’indique qu’il ne demandait pas simplement un acompte sur le contrat de 700 millions de dollars au nom du gouvernement sans aucun bénéfice. Rio Tinto a admis le paiement en novembre 2016.

Vie privée d’Alpha Condé

Condé est musulman. Il est marié à Djene Kaba Condé. Condé a un fils, Alpha Mohamed Condé.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés