Afrique
24 août 2020

Côte d’Ivoire : Ouattara promet une victoire en « un coup KO », tensions dans le pays

Investi samedi à Abidjan candidat de son parti à la présidentielle d’octobre, le président ivoirien Alassane Ouattara, qui briguera un […]

14 juillet 2020 Afrique

Côte d’Ivoire: surprenante démission du vice-président Daniel Kablan Duncan

La démission surprise du vice-président ivoirien Daniel Kablan Duncan, en pleine période de deuil du défunt Premier ministre Amadou Gon […]

Lire la suite »
5 mars 2020 Afrique de l'Ouest

Renoncement d’Alassane Ouattara à un 3ème mandat : les parlementaires ivoiriens parlent d’un discours « historique »

Yamoussoukro (© 2020 Afriquinfos)- Alors que pour nombre d’entre eux, les députés et Sénateurs des deux chambres du Parlement et […]

Lire la suite »
3 février 2020 Afrique de l'Ouest

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara annonce une réconciliation avec Bédié et maintient le suspense sur sa candidature

Abidjan (© 2020 Afriquinfos)- Le président ivoirien sera-t-il candidat à sa propre succession ? Le suspense reste entier alors même qu’Alassane […]

Lire la suite »
22 janvier 2020 Afrique de l'Ouest

L’opposition ivoirienne exhorte Alassane Ouattara à abandonner son projet de modification de la Constitution

Abidjan (© 2020 Afriquinfos)- La Coalition pour la Démocratie, la réconciliation et la Paix (CDRP), un regroupement de partis d’opposition fera […]

Lire la suite »
22 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

Les pays de l’Uemoa feront leurs adieux au franc CFA au profit de l’Eco dès 2020 (Alassane Ouattara et Macron)

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)-La fin prochaine du franc CFA, monnaie vestige de la « Françafrique » dans huit pays francophones […]

Lire la suite »
5 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

Arrimage de l’ECO à l’Euro : Alassane Ouattara seul contre tous

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)-  La position du président ivoirien Alassance Dramane Ouattara dans le grand débat sur les conditions de […]

Lire la suite »
3 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

Alassane Ouattara attend son homologue français à Abidjan d’ici fin décembre

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)-  Initialement annoncée pour les 10 et 11 décembre, la visite du Président français Emmanuel Macron en […]

Lire la suite »
2 décembre 2019 Non classé

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara sera candidat si Bedié ou Gbagbo le sont

Katiola (© 2019 Afriquinfos)-Lors d’un meeting dans le cadre d’une tournée de cinq jours dans le nord de la Côte […]

Lire la suite »
28 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Côte d’Ivoire/Présidentielles de 2020 : Alpha Blondy pas contre un 3ème mandat d’Alassane Ouattara

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)– Le rastaman le plus célèbre d’Afrique est l’une des voix les plus écoutées de la sphère […]

Lire la suite »
6 septembre 2019 Afrique de l'Ouest

Le nouvel exécutif installé en Côte d’Ivoire est un « gouvernement de mission » (Alassane Ouattara)

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- Dans une intervention jeudi lors d’un conseil des ministres, le président ivoirien Alassane Ouattara a laissé […]

Lire la suite »
7 août 2019 Afrique de l'Ouest

Fête nationale : Alassane Ouattara se félicite de l’embellie économique de son pays

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- Mardi, veille de la célébration du 59ème anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara […]

Lire la suite »

Alassane Dramane Ouattara né le 1er janvier 1942 est un homme politique ivoirien président de la Côte d’Ivoire depuis 2010. Économiste de profession, Ouattara a travaillé pour le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), et il a été Premier ministre ivoirien de novembre 1990 à décembre 1993, nommé à ce poste par le président Félix Houphouët-Boigny. Ouattara est devenu président du Rassemblement des républicains (RDR), un parti politique ivoirien, en 1999.

Jeunesse d’Alassane Ouattara

Ouattara est né le 1er janvier 1942 à Dimbokro en Afrique occidentale française. Il est un descendant du côté de son père des dirigeants musulmans du Burkina Faso, qui faisait alors partie de l’Empire Kong – également connu sous le nom d’Empire Wattara (Ouattarra). Ouattara lui-même est d’origine musulmane. Il a reçu un baccalauréat ès sciences en 1965 du Drexel Institute of Technology, qui s’appelle maintenant Drexel University, à Philadelphie, Pennsylvanie. Ouattara a ensuite obtenu à la fois sa maîtrise en économie en 1967 et un doctorat en économie en 1972 à l’Université de Pennsylvanie.

En 1991, Ouattara était mariée à Dominique Nouvian, une femme d’affaires catholique française d’origine juive. Leur cérémonie de mariage a eu lieu à la mairie du prestigieux 16e arrondissement de Paris.

Carrière dans les institutions financières

Il était économiste pour le Fonds monétaire international à Washington, D.C. de 1968 à 1973, puis chargé de mission à Paris de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (1973). À la BCEAO, il a ensuite été conseiller spécial du gouverneur et directeur de la recherche de février 1975 à décembre 1982 et vice-gouverneur de janvier 1983 à octobre 1984. De novembre 1984 à octobre 1988, il a été directeur du Département Afrique au FMI, et en mai 1987, il est également devenu conseiller du directeur général du FMI. Le 28 octobre 1988, il a été nommé gouverneur de la BCEAO, et il a prêté serment le 22 décembre 1988. Ouattara a la réputation d’être un travailleur acharné, soucieux de transparence et de bonne gouvernance.

Carrière politique

Premier ministre

En avril 1990, le FMI, dans le cadre du programme d’ajustement structurel, a contraint le président ivoirien, Félix Houphouët-Boigny, à accepter Ouattara comme président du comité interministériel de coordination du programme de stabilisation et de relance économique de la Côte d’Ivoire. Tout en occupant ce poste, Ouattara est également resté à son poste de gouverneur de la BCEAO. Il est par la suite devenu Premier ministre de la Côte d’Ivoire le 7 novembre 1990, toujours sous l’imposition du FMI, après quoi Charles Konan Banny l’a remplacé comme gouverneur par intérim de la BCEAO.

Alors qu’il était Premier ministre, Ouattara a également tenté, illégalement et contre la constitution, d’exercer ses fonctions présidentielles pendant un total de 18 mois, y compris la période de mars à décembre 1993, lorsque Houphouët-Boigny était malade. Houphouët-Boigny est décédé le 7 décembre 1993, et Ouattara a annoncé sa mort à la nation, déclarant que « la Côte d’Ivoire est orpheline ». Une brève lutte de pouvoir s’ensuivit entre Ouattara et Henri Konan Bédié, le président de l’Assemblée nationale, au sujet de la succession présidentielle au mépris total de la constitution qui donnait clairement à Bedié le droit légal de diriger le pays si Houphouet devenait inapte. Bédié a prévalu et Ouattara a démissionné de son poste de Premier ministre le 9 décembre. Ouattara est ensuite retourné au FMI en tant que directeur général adjoint, occupant ce poste du 1er juillet 1994 au 31 juillet 1999.

Élection de 1995

Avant l’élection présidentielle d’octobre 1995, l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire a approuvé un code électoral qui interdit aux candidats si l’un de leurs parents était de nationalité étrangère et s’ils n’avaient pas résidé en Côte d’Ivoire au cours des cinq années précédentes. De l’avis général, ces dispositions visaient Ouattara. En raison de ses fonctions au FMI, il n’avait pas résidé dans le pays depuis 1990. De plus, la rumeur disait que son père était né au Burkina Faso. Le Rassemblement des républicains (RDR), parti d’opposition formé en scission avec le Parti démocratique au pouvoir en Côte d’Ivoire (PDCI) en 1994, a demandé à Ouattara d’être son candidat à la présidentielle. Fin juin 1995, le secrétaire général du RDR, Djéni Kobina, a rencontré Ouattara, date à laquelle, selon Kobina, Ouattara a déclaré: « Je suis prêt à vous rejoindre ». Le parti a désigné Ouattara comme candidat à la présidentielle le 3 juillet. 1995 lors de son premier congrès ordinaire. Cependant, le gouvernement ne changera pas le code électoral et Ouattara a décliné la nomination. Le RDR a boycotté l’élection, avec le Front populaire ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo, laissant le candidat du PDCI, le président sortant Henri Konan Bédié, remporter une victoire facile.

Président du RDR

Alors qu’il était directeur général adjoint du FMI, Ouattara a exprimé en mars 1998 son intention de retourner en Côte d’Ivoire et de participer à nouveau à la politique. Après avoir quitté le FMI en juillet 1999, il a été élu président du RDR le 1er août 1999 lors d’un congrès extraordinaire du parti, et a été choisi comme candidat à la prochaine élection présidentielle. Il a dit qu’il était éligible pour se présenter aux élections, soulignant les documents qui, selon lui, démontraient que lui et ses parents étaient de naissance ivoirienne.

Il a cependant été accusé d’avoir falsifié ces papiers et une enquête a été ouverte. Le président Bédié a décrit Ouattara comme un Burkinabé et a déclaré que Houphouët-Boigny « voulait qu’Alassane Ouattara ne se préoccupe que de l’économie ». Le certificat de nationalité d’Ouattara, délivré fin septembre 1999, a été annulé par un tribunal le 27 octobre. Un mandat d’arrêt contre Ouattara a été délivré le 29 novembre, alors qu’il se trouvait hors du pays à l’époque; il a néanmoins déclaré qu’il reviendrait fin décembre.

Le 24 décembre, les militaires ont pris le pouvoir, évincant Bédié. Ouattara est retourné en Côte d’Ivoire après trois mois en France le 29 décembre, saluant l’éviction de Bédié comme « non pas un coup d’État », mais « une révolution soutenue par tout le peuple ivoirien ».

Une nouvelle constitution, approuvée par référendum en juillet 2000, a interdit de façon controversée les candidats à la présidence à moins que leurs deux parents ne soient ivoiriens et que Ouattara ait été disqualifié de l’élection présidentielle de 2000. Les problèmes qui l’entourent ont été des facteurs majeurs de la première guerre civile ivoirienne, qui a éclaté en 2002.

Interrogé dans une interview sur la nationalité de Ouattara, le président burkinabé Blaise Compaoré a répondu: « Pour nous, les choses sont simples : il ne vient pas du Burkina Faso, ni de naissance, ni de mariage, ni de naturalisation. Cet homme a été Premier ministre de Côte d’Ivoire. « 

Le président Gbagbo a affirmé le 6 août 2007 que Ouattara pourrait se présenter aux prochaines élections présidentielles ivoiriennes. Ouattara a été désigné comme candidat présidentiel du RDR lors de son deuxième congrès ordinaire les 1er et 3 février 2008 ; il a également été réélu président du RDR pour cinq autres années. Lors du congrès, il a invité les anciennes Forces nouvelles rebelles, dont il s’était auparavant distancé, à faire équipe avec le RDR pour l’élection.

À l’époque, Ouattara a déclaré publiquement qu’il ne pensait pas que Gbagbo organiserait des élections transparentes et équitables.

Le RDR et le PDCI sont tous deux membres du Rassemblement des Houphouëtistes, et tandis que Ouattara et Bédié se sont présentés séparément au premier tour, chacun a accepté de se soutenir l’un l’autre si un seul d’entre eux est devenu un deuxième tour potentiel.

Élection présidentielle de 2010 et ses suites

Les élections présidentielles qui auraient dû être organisées en 2005 ont été reportées à novembre 2010. Les résultats préliminaires annoncés de manière indépendante par le président de la Commission électorale du siège de Ouattara en raison de la fraude au sein de cette commission. Ils ont montré une perte pour Gbagbo en faveur de l’ancien Premier ministre Alassane Ouattara.

Le FPI au pouvoir a contesté les résultats devant le Conseil constitutionnel, accusant la fraude massive dans les départements du nord contrôlés par les rebelles des Forces nouvelles. Ces accusations ont été contredites par les observateurs des Nations Unies (contrairement aux observateurs de l’Union africaine). Le rapport des résultats a provoqué de graves tensions et des incidents violents. Le Conseil constitutionnel, qui se composait de partisans de Gbagbo, a déclaré illégaux les résultats de sept départements du nord et que Gbagbo avait remporté les élections avec 51% des voix – au lieu de Ouattara avec 54%, comme l’a rapporté la Commission électorale. Après l’inauguration de Gbagbo, Ouattara – qui a été reconnu comme le vainqueur par la plupart des pays et les Nations Unies – a organisé une inauguration alternative. Ces événements ont fait craindre une résurgence de la guerre civile ; des milliers de réfugiés ont fui le pays.

L’Union africaine a envoyé Thabo Mbeki, ancien président de l’Afrique du Sud, pour arbitrer le conflit. Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté une résolution reconnaissant Alassane Ouattara vainqueur des élections, sur la base de la position de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, qui a suspendu la Côte d’Ivoire de tous ses organes de décision, tandis que l’Union africaine a également suspendu l’appartenance du pays.

En 2010, un colonel des forces armées ivoiriennes, Nguessan Yao, a été arrêté à New York dans le cadre d’une opération américaine d’immigration et d’application des douanes d’un an chargée de se procurer et d’exporter illégalement des armes et des munitions : 4000 armes de poing de 9 mm, 200000 cartouches munitions et 50 000 grenades lacrymogènes, en violation d’un embargo de l’ONU. Plusieurs autres officiers de la Côte d’Ivoire ont été libérés parce qu’ils avaient un passeport diplomatique. Son complice, Michael Barry Shor, un commerçant international, était situé en Virginie.

L’élection présidentielle de 2010 a conduit à la crise ivoirienne de 2010-2011 et à la deuxième guerre civile ivoirienne. Les organisations internationales ont signalé de nombreuses violations des droits de l’homme par les deux parties. Dans la ville de Duékoué, des centaines de personnes ont été tuées. À Bloléquin, à proximité, des dizaines de personnes ont été tuées. L’ONU et les forces françaises ont mené une action militaire contre Gbagbo. Gbagbo a été arrêté après une descente dans sa résidence le 11 avril 2011. Le pays a été gravement endommagé par la guerre, et les observateurs affirment qu’il sera difficile pour Ouattara de reconstruire l’économie et de réunir les Ivoiriens.

Les développements dans le pays ont été salués par les dirigeants mondiaux. Le président américain Barack Obama a applaudi la nouvelle de l’évolution de la situation en Côte d’Ivoire et CNN a cité la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton comme disant que la capture de Gbagbo « envoie un signal fort aux dictateurs et aux tyrans … Ils ne peuvent pas ignorer la voix de leur propre peuple ». 

Ligne 2012 sur le droit du mariage

Dans une décision controversée en novembre 2012, le président Ouattara a limogé son gouvernement d’affilée au sujet d’une nouvelle loi sur le mariage qui ferait des épouses des chefs conjoints du ménage. Son propre parti a soutenu les changements mais les éléments de la coalition au pouvoir ont résisté, l’opposition la plus forte venant du Parti démocratique de Côte d’Ivoire.

Deuxième mandat, 2015-présent

Alassan Ouattara a remporté un deuxième mandat de cinq ans en 2015 avec près de 84% des voix. Avec 2118229 voix, soit 83,66% des suffrages exprimés, et une participation de 54,63%, la victoire de Ouattara a été un glissement de terrain par rapport aux 50% nécessaires pour éviter un second tour et aux 9% de son plus proche rival, le leader du FPI Pascal Affi N’Guessan .

Lors du troisième congrès ordinaire du RDR, les 9 et 10 septembre 2017, il était prévu que Ouattara soit élue présidente du RDR, mais il a plutôt proposé Henriette Diabaté pour le poste, et elle a été dûment élue par acclamation.

Honneurs

Distinctions étrangères

Grand collier de l’Ordre du Prince Henry, Portugal (12 septembre 2017)

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés