S. Séjourné trouve ‘inutile’ la polémique autour du recadrage des propos d’E. Macron sur le génocide rwandais

Afriquinfos Editeur
4 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Abidjan (© 2024 Afriquinfos)-  Le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères Stéphane Séjourné a réagi aux déclarations faites par le Président français Emmanuel Macron, à l’occasion de la commémoration du 30e anniversaire du génocide des Tutsis en 1994 au Rwanda.

Dans une vidéo, le dirigeant français martelait sur la nécessité de « regarder le passé en face », précisant que la France « aurait pu arrêter le génocide ». Alors que l’Elysée voyait mal de diffuser cette partie du message, du président français rappelant que la France, qui aurait pu arrêter le génocide avec ses alliés, n’en a pas eu la volonté, pour le ministre Séjourné, les propos de son président n’enlèvent en rien le travail d’introspection qui a été fait permettant à la France de regarder en face ses responsabilités dans le génocide rwandais. C’est une polémique qui est vaine, qui ne retire en rien la volonté de la France qui souhaite ‘’ la réconciliation avec le Rwanda’’.

D’après le diplomate français, ce sont des mots forts qui marquent un pas supplémentaire dans la reconnaissance de la responsabilité française. ‘’La responsabilité accablante de la France dans le génocide, reconnu par la France, c’est ce qui nous a permis de réengager avec le Rwanda tout état de sujet bilatéraux avec une coopération plus grande, la Francophonie et à aborder un certain nombre de sujets, d’accord internationaux avec le Rwanda’’, a poursuivi Stéphane Séjourné qui venait de prendre part à Kigali aux activités marquant la commémoration des trente ans du génocide.

Un événement qui selon lui était ‘’dense en émotions, en témoignages terribles et poignants’’, a-t-il reconnu. S’agissant du conflit dans l’est de la RDC pour lequel le Rwanda est pointé du doigt, le diplomate qu’aucune sanction n’est pour l’heure appliquée pour Kigali, cependant il affirle que Paris est toujours dans son rôle de ‘’passeur de message’’. Mon rôle est de passer les messages des deux côtés, de reprendre les discussions et de mettre tout le monde autour de la table.

- Advertisement -

Le Président rwandais a également balayé du revers de la main les propos de son homologue français : ‘’En ce qui me concerne, la relation entre le Rwanda et la France a été bonne ces derniers jours. J’ai entendu parler de cette contradiction, de cette déclaration, comme ça, édulcorée. Mais moi, je me concentre sur les bonnes choses qui peuvent arriver si on fait des progrès. Nous, nous sommes toujours dans la volonté de continuer à faire des progrès, sans tenir compte de la mauvaise histoire que nous avons connue’’, a réagi Paul Kagame ce lundi 8 avril lors d’une conférence de presse dans la capitale Kigali.

Le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères Stéphane Séjourné tenait ces propos lors d’un entretien accordé à France 24 et à Rfi, alors qu’il arrivait en fin de sa première tournée africaine l’ayant conduit au Kenya, au Rwanda et  en Côte d’Ivoire. Lors de son entretien, le ministre français s’est en outre prononcé sur divers sujets liés au continent, notamment les relations entre Paris et les États du continent africain, le franc CFA : l’avenir de cette monnaie dépend « de la souveraineté des États africains » pour le ministre, qui estime que « ce n’est pas à la France d’avoir un avis » sur cette question,  l’élection à la présidence du Sénégal de l’opposant sénégalais Bassirou Diomaye Faye, saluant un « bon exemple (…) d’alternance démocratique« .

Vignikpo Akpéné