Rumeur : Elle menace de faire exploser un avion de la Royal Air Maroc

ecapital
3 Min de Lecture

Vendredi soir, l’avion de la Royal Air Maroc reliant Bologne à Casablanca a failli ne pas décoller, du moins c'est ce qu'affirment plusieurs organes de presse. Alors qu’il était sur la piste, prêt au décollage, une altercation entre deux passagers aurait dégénéré, l’obligeant à faire demi-tour. Une jeune marocaine d’une vingtaine d’années, voyageant avec son fils et son mari et portant un voile intégral noir n’aurait pas supporté une remarque de son voisin. Il semblerait que celui-ci aurait été gêné par le fait que même son visage soit couvert. Ne supportant pas cette réflexion, la jeune femme a violemment réagi.

Au terme d’une violente altercation verbale, elle se serait exclamée en arabe : « cet avion je le fais sauter dans l’air ». Joignant le geste à la parole, et affolant passagers et membres de l’équipage, elle se serait emparée d’une bouteille d’un litre de liquide transparent et se le serait versé dessus. A ce moment-là, les membres de l’équipage auraient réussi à intervenir et à l’empêcher d’agir. Ils auraient ainsi pu prévenir le pilote qui aurait appelé la tour de contrôle ce qui lui aurait permis de faire demi-tour. De ce fait, la police aurait pu intervenir. L’avion serait finalement parti en retard de Bologne, sans la jeune marocaine, remise aux autorités italiennes afin qu’elles puissent enquêter.

Selon les témoins, la jeune femme aurait été dans un état second. En attendant les résultats de l’enquête, elle devrait comparaitre devant le procureur pour menace d’attentat. D'après les médias ayant relayé l'information, seule l’analyse du liquide permettra de savoir s’il s’agissait d’une simple menace ou d’une véritable tentative d’attentat, liée à un groupe terroriste. A en croire les autres voyageurs, la bouteille qu aurait possédé la marocaine n’était pas vendue à l’aéroport. Elle aurait donc réussi à lui faire passer les contrôles ce qui pose un véritable problème de sécurité.

- Advertisement -

Pour l’heure, l’aéroport et la police seraient restés prudents dans leurs communiqués. Ils n'auraient pas invoqué d’éventuels problèmes de sécurités. Questionnés par les journalistes, ils se seraient contentés de répondre qu’une enquête était en cours. De son côté, la RAM a démenti l'information, expliquant ne posséder aucun avion de type Airbus. Elle nie donc "catégoriquement" les faits qui ont été rapportés par plusieurs médias, italiens et marocains et déplore "le fait que certains supports de presse aient diffusé l’information sans se donner la peine de vérifier son authenticité et sans se soucier des conséquences fâcheuses que cela pourrait avoir sur l’image et les intérêts de la compagnie nationale".

Afriquinfos