Revue de presse de la semaine qui s’achève

ecapital
7 Min de Lecture

Burkina Faso: Un relent  de l’enlisement de la crise

L’armée joue-t-elle le chrono pour s’imposer au pouvoir ? En tout cas la dernière sortie du Lt-Colonel Zida laisser penser que l’armée ne compte pas lâcher prise de sitôt. Lors de la conférence de presse qu’il a animé, l’actuel homme fort du Burkina annonce que : « Suite à la démission du président Blaise Compaoré, l’armée a entrepris des consultations avec toutes les composantes de la société en vue de la mise en place d’un organe de transition consensuel et représentatif de toutes les composantes du peuple burkinabè”, rapporte le journal Fasonet.

D’ailleurs, nullement inquiété, le Lt-Colonel Zida nargue l’Union africaine qui  a donné un ultimatum de (15) quinze jours aux militaires pour céder le pouvoir aux civils. Et comme  la réponse du berger à la bergère, la réaction du Lt-Colonel ne s’est pas fait attendre constate Fasozine qui relaie les propos du militaire qui traite l’Union africaine de n’avoir pas été à la “hauteur”, au moment où le peuple burkinabé avait besoin d’elle. 

- Advertisement -

C’est sur ce même ton que le journal satirique Le Journal du jeudi s’étonne de l’empressement subit de la communauté internationale au chevet du Burkina.” La soi disante communauté internationale (qui) s’époumonne à intimer des ultimatums après s’être restée bouche bée pendant longtemps,  laissant les Burkinabè se débrouiller entre eux et régler leur affaire de limitation-là en grand, dans la douleur, les casses et le sang».

De son côté, l’Observateur Paalga s’interroge sur l’opportunité de l’ultimatum: « Etait-il opportun de fixer une date butoir serrée au nouvel homme fort comme si on cherchait à le pousser dans ses derniers retranchements,se demande le journal. Et de se poser la question :“Maintenant que la menace est brandie, on fait quoi si au bout des 12 jours qui restent on ne parvient pas à dénicher cet oiseau rare de la transition ? ».

A propos de l’oiseau rare, guinéeconakry.info dresse un le profil sur un ton satirique.” Il serait souhaitable que chaque candidat(e) soit une «synthèse réussie entre Dioncounda Traoré et Andry Rajoelina. Pas trop effacé, mais pas trop futé non plus ! », Et d’ajouter que chaque candidat ne doit pas nécessairement être titulaire d’un doctorat dans un domaine quelconque. Mais il est tout de même souhaitable qu’il ou elle ait été à l’école»

C’est sous un autre angle le quotidien Le Pays a traité l’actualité politique au Burkina. Il a dans sa livraison vigoureusement dénoncé la tentative initié par les anciens barons du régime de Blaise Compaoré pour rencontrer les emissaires de la Cedeao.« Il y a quelque chose d’indécent dans l’attitude de ces has been, s’indigne le confrère. Comment, au moment où les cadavres sont encore frais et les décombres toujours fumants, des bourreaux peuvent-ils pousser l’outrecuidance au point de vouloir partager la même table que leurs victimes ? Cela est inadmissible et inconcevable quand on sait que cette tragi-comédie se joue quelques heures seulement après la chute d’un régime qui était loin d’imaginer qu’il allait s’effondrer un jour comme un château de cartes. Il y a donc lieu que l’ex-majorité fasse profil bas », assène le journal.

Crise burkinabè: La Cedeao, après le piétinement, les actions?

Les 5 et 6 novembres derniers a eu lieu à Accra le sommet de la Cedeao. Les présidents africains après tergiversations ont mis en place un groupe de contact qui sera dirigé par Macky Sall. Dans une interview accordée au journal Fasozine, le président sénégalais a affiché la position de la Cedeao :«Nous ne sommes pas venus en donneurs de leçons».  

Répondant aux questions du confrère sur le debat autour de la conduite de la transition par un civil ou un militaire Macky Sall estime qu’il n’y a aucun antagonisme. La vie d’une Nation est une dynamique. Il y a eu des évènements qui ont entrainé la démission du président Blaise Compaoré. Ce qui a laissé le pouvoir vacant. Le gouvernement a été dissout et l’Assemblée nationale dissoute également. Même si, juridiquement, cela peut être incontestable, le fait est que le gouvernement et l’Assemblée ne sont plus sur place, il fallait à la fois allier les principes constitutionnels et la réalité politique pour trouver un chemin et cela, la Constitution aussi le permet.

Pas de sanction contre le Burkina, pouvait-on sur le site du gouvernement togolais republioftogo. Sur la situation au Burkina le journal a relevé que les chefs d'Etat ouest-africains, réunis à Accra, ont déclaré vendredi être opposés à des sanctions internationales contre le Burkina Faso, où les militaires se sont emparés du pouvoir vacant après la démission forcée du président Blaise Compaoré. Republicoftogo a souligné également la décision qui a été prise en marge de cette rencontre. Entre autre points inscrits à l’ordre du jour, la fièvre hémorragique Ebola. A l’issue des mesures prises Faure Gnassingbé président Faure Gnassingbé est nommé coordinateur de la lutte contre le virus Ebola en Afrique de l’Ouest. Il sera chargé de superviser le processus de riposte et d’éradication de la maladie à virus Ebola, rapporte le journal en ligne togolais.

Sur un air de culture: Les artistes se mobilisent face à Ebola

Si du côté des politiques des tentatives se multiplient pour éradiquer la maladie, les artistes eux aussi se mobilisent. C’est ce que révèle le journal benininfo : « Lutte contre Ebola:Un collectif d’artistes chante « Stop Ebola »,Une brochette d’artistes chanteurs  sont annoncés notamment, Dobet Gnahoré, Mani Bella, Soum Bill…

Que dit Doc?

Enfin sur une note d’espoir benininfo rapporte queles carottes réduiraient le risque de cancer de la prostate.  « En plus de vous rendre aimable, les carottes pourraient bien vous protéger du cancer ! Du moins si vous êtes un homme. Des chercheurs de l’université de Zhejiang en Chine affirment qu’elles réduiraient les risques de tumeur de la prostate », fait savoir le journal.

Anani  GALLEY