Priorités post-2015 : Les Béninois réclament un meilleur système de santé et une bonne éducation

Afriquinfos Editeur 11 Vues
3 Min de Lecture

Selon ce rapport rendu public mardi par la Coordinatrice résident du Système des Nations Unies au Bénin, Nardos Békélé- Thomas, les priorités évoquées au cours des consultations comprennent aussi l'accès à l'eau potable, la promotion de la bonne gouvernance, la sécurité alimentaire et nutritionnelle à travers l'accès à une alimentation saine nutritive et à prix abordable, l'accès à de bonnes infrastructures de transport, d' énergie et d'eau.

D'autres priorités sont des opportunités d'emplois décents, la protection contre le crime et la violence, la lutte contre le changement climatique, et les libertés politiques. Faisant référence à la bonne gouvernance, le rapport montre que les populations associent les questions de corruption, des injustices, des inégalités et de l'insécurité humaine liée au manque de solidarité.

"Ces sujets sont identifiés parmi les principales raisons pour lesquelles certaines personnes ne vivent pas bien dans les communautés. Ainsi, l'intensification de l'exclusion sociale due à la mauvaise répartition des richesses du pays (l'enrichissement illicite d'une infime partie de la société) est signalée tout autant que les questions de sécurité juridique (les violences faites aux enfants et aux femmes)", explique le document.

Le rapport rappelle que l'incidence de la pauvreté au Bénin a augmenté ces dernières années en passant de 35,2% en 2009 à 36,2% en 2011.

"Cette augmentation s'est accompagnée d'un accroissement d' écart de revenu entre riches et pauvres. En effet, à l'unanimité, tous les groupes ont admis que l'écart entre les riches et les pauvres s'agrandit", révèle la même source, soulignant que cette disparité est ressentie au niveau des communautés à la base qui l'expliquent par le manque de solidarité, l'augmentation du niveau de corruption et la répartition inéquitable des richesses au niveau national.

"Il s'avère nécessaire et impérieux que l'Etat prenne des mesures pour protéger les plus ulnérables, afin de réduire cet écart", préconise le document.

Ces consultations nationales procèdent d'un processus de réflexion initié au niveau mondial par les Nations Unies, qui doit aboutir à la mise en place d'un nouvel Agenda de développement post-2015, dont le principal défi est de parvenir à un accord sur la définition d'objectifs de développement durable qui permettront de guider des actions politiques cohérentes à partir de 2015, a-t- on rappelé.