Les pays est-africains discutent de la libéralisation du secteur de l’aviation

Afriquinfos Editeur 10 Vues
2 Min de Lecture

Le secrétaire général adjoint Enos Bukuku a déclaré devant la presse, vendredi à Nairobi, que le projet vise à éviter les accords bilatéraux de services aériens entre pays membres de la commuanté.

Les négociations entre le Kenya, l'Ouganda, la Tanzanie, le Rwanda et le Burundi pour la libération du secteur de l'aviation vise à "stimuler le commerce régional", a déclaré M. Bukuku à l'occasion d'une réunion du Conseil de business de l'Afrique de l'Est avec le agences de facilitation du commerce du Kenya.

La rencontre a réuni une centaine d'hommes d'affaires et décideurs de politiques de l'EAC qui se sont penchés sur les moyens d'accélérer l'intégration régionale.

M. Bukuku a rappelé que les compagnies aériennes des pays membres de l'EAC doivent avoir l'autorisation si elles veulent augmenter le nombre des fréquences et des destinations dans la sous-région.  

"Nous prévoyons que lorsque la libéralisation se produit, la compétitivité du secteur de l'aviation va augmenter", a-t-il affirmé, ajoutant que la libéralisation du secteur entraînerait aussi une réduction du coût du transport au sein de la région.

Par ailleurs, M. Bukuku a affirmé que les pays de l'EAC avaient achevé les négociations sur l'Union monétaire est-africaine et que les chefs d'Etat devraient signer le protocole en la matière vers la fin du mois de novembre.

Les Parlement des pays seraient invités à ratifier le traité pour qu'il soit mis en vigeur. "Nous espérons que les législateurs achèvent la tâche dans deux ans", a dit M. Bukuku.

L'EAC déclare que la Banque centrale de l'EAC pourrait être mise en place d'ici 2015. "Nous estimons que la région pourrait avoir une monnaie unique dans 10 ans", a dit M. Bukuku.