La société civile s’oppose contre l’injection d’un montant milliard de dollars promis par la CEDEAO dans la lutte anti- djihadisme

Niamey (© 2019 Afriquinfos)-Pour les quatre prochaines années, la Cédéao vient de promettre un milliard de dollars supplémentaires pour combattre le djihadisme. Une somme correspondant au double de celle promise fin 2018 à la force conjointe du G5 Sahel par les bailleurs étrangers (Union européenne, Arabie Saoudite, Etats-Unis, France et Emirats arabes unis). D’autant que ces fonds n’ont pas tous été débloqués.

L’annonce déçoit les organisations de la société civile dans les zones concernées qui auraient souhaité que l’accent soit davantage mis  sur l’aide au développement. Amadou Barre Cheffou, secrétaire exécutif de l’ONG Karkara travaille notamment dans la région de Tillaberi au Niger, dans la zone frontalière avec le Mali. Il regrette la « désolation » semée par les groupes armés :

« Ils brûlent les écoles, ils chassent les enseignants et s’en prennent même aux autorités locales qu’ils considèrent comme les informateurs du gouvernement au niveau du pays. Les besoins sont énormes, au-delà de la sécurité, parce que les populations qui ont dû quitter leur village et leur ménage ont des besoins alimentaires, des besoins de soins et aussi d’éducation de leurs enfants. »

« L’éducation et l’emploi sont deux priorités pour combattre le djihadisme » – Souley Adji, politologue nigérien

Le politologue nigérien Souley Adji estime qu’il faut agir en priorité en direction des jeunes.

« Il faut occuper ces jeunes, leur trouver un emploi. Parce qu’il y a aussi des impératifs sociaux qui sont forts : dans ces villages-là, il faut que les jeunes gens et les jeunes filles soient mariés. S’ils se retrouvent à 25 ans encore célibataires, il y a des risques qu’ils rejoignent les groupes djihadistes. »

D’où l’importance à ce que les aspirations des populations civiles soient davantage prises en compte.

Amadou Barre Cheffou ajoute : « Cette crise ne peut pas se résoudre de manière militaire. Si on prend le début de l’intervention [de l’armée française] Barkhane jusqu’à aujourd’hui, ça fait plus de cinq ans qu’on est en train de patauger. On ne peut pas dire que les besoins militaires ne sont pas nécessaires, mais il faut aussi d’autres approches, qui visent notamment la satisfaction des communautés en aval pour leur donner le sentiment d’appartenir à un espace  national et que leur mal est pris en compte par les autorités au sommet. C’est très important. J’ai cru comprendre que l’Union européenne en avait pris conscience, elle a lancé des appels à proposition pour un certain nombre de projets dont les montants sont assez consistants, que ce soit pour ce qu’ils appellent le ‘fuseau ouest’, c’est-à-dire la Mauritanie, le ‘fuseau centre’, côté Niger-Mali-Burkina, et le ‘fuseau est’ au Tchad-Niger. Ça permettra de travailler au renforcement des infrastructures sociales de base et faire face aux besoins et nécessités de base des communautés. »

La consultation des leaders et associations locales est donc primordiale pour qu’un dialogue s’établisse entre l’Etat et les habitants, mais aussi entre les militaires et les habitants, qui pourraient leur fournir les informations précieuses s’ils avaient moins peur des terroristes et davantage confiance dans les forces armées.

Le Niger fait déjà des efforts, note Souley Adji: « Dans l’ouest du Niger, les marabouts, les chefs traditionnels sont très impliqués. Ils sont formés, il y a des groupes de dialogue entre les autorités traditionnelles et les autorités modernes, administratives. C’est une voie à suivre par les autres pays. Bien sûr, il faut qu’en amont les Etats mettent les moyens pour que les pays soient développés . »

Les ONG de la société appellent à investir dans le développement plutôt que dans la réponse militaire.

Cette fois, la somme promise provient de fonds internes de la Cédéao, élargie pour l’occasion à la Mauritanie et au Tchad.

Des questions se posent également sur l’utilité Un milliard de dollars. Pour quoi faire exactement ? Pour le moment, on ne sait pas : le budget et le plan seront détaillés au prochain sommet sous-régional à Abuja, en décembre. Ce qui a déjà été annoncé, c’est que la somme sera employée à « renforcer les capacités opérationnelles » des forces armées du G5 Sahel et des armées nationales déployées sur le terrain.

V.A.

Ces articles devraient vous intéresser :

José Mario Vaz nomme un nouveau gouvernement et se met à dos la CEDEAO et l’UA
Guinée/Exigence d’un fichier électoral fiable et​ consensuel: L’UA et de la CEDEAO reçoivent le sout...
La poussée jihadiste au Mozambique met à l'épreuve les Etats d'Afrique australe
Monnaie Unique de la CEDEAO : qu’est-ce qui coince ?
Washington et la CEDEAO solidaires du Faso après les tueries de Koutougou
Direction de l'OMC : la CEDEAO appuie la candidature d'Okonjo-Iweala et mobilise l'Afrique pour sa c...
Plaidoyer de la CEDEAO pour le soutien du Japon dans le cadre de la mise en œuvre de ses Programmes ...
Report des élections en Guinée : la CEDEAO et l’UA saluent la décision
Les questions sécuritaires au cœur d’une rencontre à Lomé entre des experts de la Cedeao et de la Ce...
La CEDEAO signe un accord de soutien aux femmes entrepreneurs en Afrique
Guinée : Une mission de la Cédéao attendue à Conakry
Election présidentielle au Togo : La CEDEAO déploie soixante observateurs
La CEDEAO, porte-voix de l’Inclusion dans le processus électoral dans la région
Alassane Ouattara réitère le soutien de la Côte d’Ivoire pour l’adhésion du Maroc à la CEDEAO
Guinée-Bissau/ Contentieux électoral : la CEDEAO donne jusqu’au 15 février à la Cour Suprême pour tr...
Crise post-électorale en Guinée : La Cedeao prend des décisions fermes
Rabat invite les pays de la CEDEAO à prendre le leadership dans la lutte contre le terrorisme
La CEDEAO préconise une réouverture synchronisée des frontières début juillet
Djihadisme en Afrique : le G5 Sahel note des avancées dans la lutte coalisée et remobilise les troup...
Djihadisme : Le bilan des victimes civiles et militaires au Faso depuis 5 ans passé au peigne fin
Manifestation du 19 juin : la CEDEAO joue aux facilitateurs, les Maliens dans l'expectative
Environnement des affaires dans la zone CEDEAO : un fiche d’évaluation désormais en vigueur
Après la fermeture unilatérale de ses frontières, Abuja agite la menace d'une dislocation de la CEDE...
Réunion ministérielle de haut niveau de la CEDEAO sur la fermeture des frontières terrestres du Nigé...

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés