Afrique du Sud
13 février 2020

Mozambique : l’UE déplore les irrégularités lors des élections d’octobre

Maputo (© 2020 Afriquinfos)- La Mission d’Observation de l’Union européenne lors de la présidentielle d’octobre dernier au Mozambique a rendu […]

29 janvier 2020 Afrique australe

Coronavirus: le Mozambique suspend la délivrance des visas aux Chinois

Le gouvernement du Mozambique a annoncé mardi la suspension de la délivrance des visas d’entrée sur son territoire aux citoyens […]

Lire la suite »
15 janvier 2020 Afrique australe

Le Mozambique veut créer un fonds souverain pour ses futures ressources gazières

Le président mozambicain Filipe Nyusi a annoncé mercredi que son gouvernement souhaitait créer un fonds souverain destiné à investir dans […]

Lire la suite »
31 décembre 2019 Afrique australe

L’opposition du Mozambique dément tout rôle dans une récente série d’attaques

Le chef du principal parti d’opposition du Mozambique a catégoriquement nié lundi toute implication dans une récente vague d’attaques visant […]

Lire la suite »
16 octobre 2019 Mozambique

Le Mozambique vit une journée électorale sous tension

Maputo (© 2019 Afriquinfos)- Après une violente campagne électorale, suivi par le cyclone Idai en mars 2019,   le Mozambique c […]

Lire la suite »
15 octobre 2019 Économie

Au coeur des élections au Mozambique, le miracle ou le mirage gazier

« Avec ce projet, les enfants de paysans seront docteurs et les enfants de mineurs avocats ». Le président mozambicain sortant Filipe […]

Lire la suite »
9 octobre 2019 Afrique australe

Le plus important projet de gaz naturel d’Afrique verra le jour au Mozambique…

Maputo (© 2019 Afriquinfos)-  ExxonMobil a annoncé mardi un investissement initial de 500 millions de dollars qui à terme devrait […]

Lire la suite »
Mozambique

Sécurité/Le péril terroriste s’étend et s’encre dorénavant en Afrique australe

Maputo (© 2019 Afriquinfos)-Lors de violents affrontements avec l’armée du Mozambique, neuf combattants islamistes ont été tués la semaine dernière […]

Lire la suite »
6 septembre 2019 Afrique australe

En voyage au Mozambique, le pape salue le récent accord de paix

Le pape François a salué jeudi l’accord de paix signé récemment au Mozambique, première étape de sa tournée africaine, et […]

Lire la suite »
Afrique australe

Le long périple d’un fidèle mozambicain venu voir le pape à Maputo (Reportage)

Son long voyage témoigne de sa foi indéfectible. Davide Hilario a pris la moto, le train, la voiture et l’avion, […]

Lire la suite »
Afrique

Le pape au Mozambique pour marteler son appel à la paix

Le pape François, arrivé la veille au soir au Mozambique et salué le long des routes par une population enthousiaste, […]

Lire la suite »
4 septembre 2019 Afrique australe

Le pape François au chevet des déshérités du Mozambique et Madagascar

Le pape François s’est envolé mercredi pour le Mozambique dans le cadre d’un voyage de sept jours dans l’océan Indien […]

Lire la suite »
3 septembre 2019 Mozambique

Le pape François en tournée dans trois pays de l’océan indien

Rome (© 2019 Afriquinfos)-Dès demain mercredi 4 septembre, démarre une visite du pape François dans trois pays riverains de l’Océan […]

Lire la suite »
7 août 2019 Fil AFP

Mozambique: La Renamo a signé un accord de paix historique

MAPUTO (© 2019 AFP) – La Renamo, ancienne rébellion devenue le principal parti d’opposition au Mozambique, a signé mardi un […]

Lire la suite »
4 août 2019 Mozambique

L’UA salue la conclusion d’un accord de paix « historique » au Mozambique

Addis-Abeba (© 2019 Afriquinfos)-L’accord de paix signé jeudi entre les deux plus grands partis politiques du Mozambique a été salué […]

Lire la suite »
1 août 2019 Mozambique

Mozambique: accord de paix historique entre le gouvernement et l’ex-rébellion

Maputo (© 2019 Afriquinfos)- Après 27 années de guerre, de guerre civile,  un accord de paix vient d’intervenir ce jeudi […]

Lire la suite »
27 novembre 2017 Mozambique

Transition au Zimbabwe : la Chine nie toute implication dans la chute Mugabe

Pékin (© Afriquinfos 2017)- Tout en saluant l’investiture du nouveau président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa ce lundi, la Chine à […]

Lire la suite »
6 octobre 2016 Mozambique

La Côte d’Ivoire et le Mozambique enregistrent un meilleur score en matière de gouvernance globale en 2016 (Indice Mo Ibrahim)

Londres (© 2016 Afriquinfos) – Selon le rapport de l’IIGA (Indice Ibrahim de la gouvernance africaine), en 2016, parmi les […]

Lire la suite »
2 juillet 2015 Mozambique

Mozambique: l’homosexualité et l’avortement ne sont plus passibles de peine !

MAPUTO (© 2015 Afriquinfos) – Depuis lundi, les gays peuvent enfin exprimer leur choix sans crainte. Il n’y aura plus de persécution légale contre eux. Le nouveau code entré en vigueur exige la tolérance envers les couples de même sexe. Il en est de même pour l’avortement qui n’est plus sanctionné par la nouvelle loi promulguée.

Lire la suite »
17 juillet 2014 Mozambique

Movitel S.A., la coentreprise de télécommunications de Viettel au Mozambique, reçoit des prix distinguant ses innovations mobiles

MAPUTO (© APO) – Le seul opérateur d’Afrique à remporter 3 prix internationaux prestigieux au cours de 3 années consécutives.

Lire la suite »
8 juillet 2014 Mozambique

Mozambique : Arrestation du porte-parole de la Renamo

MAPUTO (Xinhua) – La Renamo, principal parti d’opposition du Mozambique, a confirmé l’arrestation du porte- parole de son leader, Antonio Muchanga, par le gouvernement.

Lire la suite »
3 juillet 2014 Mozambique

Mozambique : Le Parlement demande plus d’actions contre le sida

MAPUTO (Xinhua) – Le parlement mozambicain a appelé jeudi à davantage d’actions dans la lutte contre le sida.

Lire la suite »
27 juin 2014 Mozambique

Le Mozambique a accueilli le premier “TechCamp” d’Afrique Australe

MAPUTO (Global Voices) – Un événement pour enseigner comment utiliser la technologie dans le but de régler les problèmes à été organisé pour la première fois au Mozambique.

Lire la suite »
26 juin 2014 Mozambique

Le dialogue politique reste bloqué au Mozambique à l’approche des élections

MAPUTO (Xinhua) – Ces dernières semaines, le dialogue politique entre le gouvernement mozambicain et la Renamo, principal parti d’opposition, est resté dans l’impasse car les deux parties ne parviennent pas à avancer sur la question du mandat à attribuer aux observateurs étrangers qui doivent contrôler la cessation des hostilités.

Lire la suite »
25 juin 2014 Mozambique

Mozambique : La Renamo confirme la candidature de son leader à la présidentielle

MAPUTO (Xinhua) – Le principal parti d’opposition du Mozambique, la Renamo, a confirmé à l’unanimité lundi soir la candidature de son leader Afonso Dhlakama à la présidence lors des élections générales du 15 octobre, a rapporté mardi l’agence de presse locale.

Lire la suite »
Mozambique

Kenneth Kaunda se voit conférer la citoyenneté honoraire du Mozambique

MAPUTO (Xinhua) – L’ancien président zambien Kenneth Kaunda s’est vu conférer la citoyenneté honoraire du Mozambique, dans le cadre des célébrations du 39e anniversaire de l’indépendance du Mozambique fêté le 25 juin juin.

Lire la suite »
23 juin 2014 Mozambique

Le Mozambique bientôt exempt de mines terrestres

MAPUTO (Xinhua) – Près de 90% des 128 districts mozambicains sont désormais sans mines antipersonnel, a déclaré lundi le président mozambicain Armando Guebuza, promettant que son pays ira au bout de son engagement d’éliminer toutes les mines antipersonnel avant décembre cette année.

Lire la suite »
20 juin 2014 Mozambique

Mozambique : L’armée gouvernementale échoue dans son offensive contre une base de la Renamo

MAPUTO (Xinhua) – L’armée gouvernementale mozambicaine a échoué dans son opération de mardi contre une base du principal parti d’opposition, la Renamo, dans la province de Sofala (centre), a rapporté jeudi l’Agence de presse mozambicaine (AIM).

Lire la suite »
9 juin 2014 Mozambique

Mozambique : Le gouvernement compare la Renamo à un mouvement rebelle

MAPUTO (Xinhua) – La délégation du gouvernement mozambicain a déclaré lundi que l’attaque de l’opposition, la Résistance nationale mozambicaine (RENAMO), contre les civils est similaire à celle de Boko Haram au Nigeria et à d’autres mouvements rebelles du monde entier.

Lire la suite »
2 juin 2014 Mozambique

Un économiste convoqué par le parquet mozambicain après avoir écrit une lettre ouverte au président

MAPUTO (Global Voices) – En novembre 2013, l’économiste et professeur des universités Nuno Castel-Branco était accusé d’avoir proféré des insultes à l’égard du chef de l’État mozambicain après avoir publié une lettre ouverte, dans laquelle il exprimait son opinion vis-à-vis du gouvernement du président Armando Guebuza.

Lire la suite »
20 mai 2014 Mozambique

Mozambique : Le gouvernement et l’opposition reprennent les discussions, sans parvenir à un accord

MAPUTO (Xinhua) – Les délégations du gouvernement et du principal parti d’opposition au Mozambique, le Renamo, ont repris lundi les négociations à Maputo, mais sans parvenir une fois de plus à se mettre d’accord sur les termes de référence concernant les observateurs internationaux qui seront invités à surveiller le cessez-le-feu, le désarmement et la réintégration des combattants du Renamo dans la société civile mozambicaine.

Lire la suite »
Mozambique

Mozambique : Une mine d’or clandestine fermée après le décès de 10 personnes dans un effondrement

MAPUTO (Xinhua) – Les autorités mozambicaines ont ordonné la fermeture immédiate d’une mine d’or clandestine dans la province de Nampula dans le nord du pays, suite à la mort de dix mineurs dans un effondrerment il y a quelques jours, a rapporté lundi la radio locale.

Lire la suite »
8 mai 2014 Mozambique

Mozambique : La Renama déclare qu’elle cessera les attaques

MAPUTO (Xinhua) – La Renamo, ancien mouvement rebelle mozambicain transformé en parti politque, a annoncé mercredi qu’elle allait cesser les attaques dans la région centrale du pays, afin de permettre aux électeurs de s’inscrire pour le scrutin du 15 octobre prochain.

Lire la suite »
7 mai 2014 Mozambique

Le Mozambique fête l’Europe

MAPUTO (© 2014 Afriquinfos) – A partir du 5 mai, une série de festivals et d’évènements mettront à l’honneur l’Europe au Mozambique.

Lire la suite »
4 mai 2014 Mozambique

Mozambique : Un convoi civil attaqué, cinq blessés

MAPUTO (Xinhua) – Des éléments du principal parti d’opposition du Mozambique, la Renamo, ont attaqué un convoi de véhicules civils samedi matin sur l’autoroute reliant le nord et le sud, dans la province de Sofala (centre), causant cinq blessés.

Lire la suite »
2 mai 2014 Mozambique

Mozambique : Le fisc lance une opération pour saisir les véhicules importés illégalement

MAPUTO (Xinhua) – La Mozambique Tax Authority (AT), autorité fiscale du Mozambique, mène actuellement une opération pour saisir des véhicules importés illégalement sans le versement des taxes dues.

Lire la suite »
Mozambique

L’UE et le Mozambique signeront un accord sur les radios communautaires

MAPUTO (Xinhua) – L’Union européenne (UE) va signer un accord samedi avec le Mozambique et le bureau l’UNESCO dans le pays pour développer les radios communautaires locales, a rapporté vendredi la radio d’Etat.

Lire la suite »
28 avril 2014 Mozambique

Le vice-ministre italien des AE en visite au Mozambique

MAPUTO (Xinhua) – Le vice-ministre italien des Affaires étrangères Lapo Pistelli a entamé lundi une visite de travail de trois jours au Mozambique, selon un communiqué de l’ambassade d’Italie à Maputo.

Lire la suite »
27 avril 2014 Mozambique

Mozambique : 130.000 déplacés menacés par la faim

MAPUTO (Xinhua) – Dans la province mozambicaine de Inhambane (sud), quelque 130.000 personnes déplacées par le conflit armé entre les troupes gouvernementales et celles de l’opposition, la Renamo, sont menacées par la faim, rapporte samedi Radio Mozambique.

Lire la suite »
24 avril 2014 Mozambique

Mozambique : Le chef d’opposition confirme qu’il se fera enregistrer sur les listes électorales

MAPUTO (Xinhua) – Le chef de la Renamo, le principal parti d’opposition du Mozambique, Afonso Dhlakama, a confirmé jeudi qu’il s’enregistrerait sur les listes électorales pour les prochaines élections générales.

Lire la suite »
23 avril 2014 Mozambique

Mozambique : Le chef de l’opposition réclame des garanties de sécurité pour l’enregistrement des électeurs

MAPUTO (Xinhua) – Afonso Dhlakama, chef du principal parti d’opposition du Mozambique, la Renamo, a réclamé des garanties de sécurité pour quitter sa cachette afin de se faire enregistrer pour les élections, a rapporté mardi l’agence de presse mozambicaine AIM.

Lire la suite »
Mozambique

Mozambique : Les autorités affirment que la dengue est "sous contrôle"

MAPUTO (Xinhua) – Les autorités sanitaires dans le nord du Mozambique ont déclaré mardi que la dengue était « sous contrôle », bien que le nombre total d’infections ait grimpé à 32.

Lire la suite »
Mozambique

Mozambique : Le gouvernement jure de se défendre contre les embuscades

MAPUTO (Xinhua) – Les pourparlers entre le gouvernement mozambicain et le principal parti d’opposition, la Renamo, ont continué mercredi à Maputo pour essayer de parvenir à un accord sur les termes de référence pour que les observateurs internationaux surveillent le cessez-le-feu.

Lire la suite »
Mozambique

Mozambique : La Renamo demande davantage de temps pour l’enregistrement des électeurs

MAPUTO (Xinhua) – Le principal parti d’opposition du Mozambique, la Renamo, demande le prolongement de la période d’ enregistrement des électeurs, en raison du faible afflux d’ électeurs venus s’inscrire dans les bureaux à cet effet, a rapporté mercredi une agence de presse locale.

Lire la suite »
Mozambique

Mozambique : Deux soldats tués dans des affrontements

MAPUTO (Xinhua) – Deux soldats mozambicains ont été tués mardi dans des affrontements entre les troupes gouvernementales et des hommes de la Renamo dans la province centrale de Sofala, a rapporté mercredi la télévision locale.

Lire la suite »
21 avril 2014 Mozambique

Mozambique : Les négociations marquées par une tournure brusque

MAPUTO (Xinhua) – Les négociations entre le gouvernement mozambicain et le principal parti d’opposition, la Renamo, ont connu une tournure brusque la semaine passée, alors que l’ancien mouvement rebelle, qui exigeait initialement des postes supérieurs dans les forces armées et la police, a accepté ensuite de déposer les armes et de réintégrer ses hommes armés dans l’armée gouvernementale et les forces de sécurité.

Lire la suite »
Mozambique

Mozambique : Le gouvernement et la Renamo tentent de mettre fin aux hostilités

MAPUTO (Xinhua) – Les délégations du gouvernement mozambicain et du principal parti d’opposition, la Renamo, se sont rencontrées lundi à Maputo pour tenter d’atteindre un accord sur la fin des hostilités entre les deux parties, surtout dans la province centrale de Sofala.

Lire la suite »
20 avril 2014 Mozambique

Mozambique: 16 cas de dengue confirmés

MAPUTO (Xinhua) – Les autorités mozambicaines ont confirmé samedi 16 cas de dengue dans le nord du pays.

Lire la suite »
16 avril 2014 Mozambique

Mozambique : 44 enlèvements et 52 extorsions en 2013

MAPUTO (Xinhua) – Le Mozambique a enregistré 44 enlèvements et 52 extorsions par la menace d’enlèvement en 2013, sur fond de crise politique qui s’intensifiée dans le pays entre le gouvernement et l’ex-mouvement rebelle la Renamo, ont révélé mercredi les autorités du pays.

Lire la suite »
15 avril 2014 Mozambique

Zambie : Le gouvernement enquête sur la location d’une piste d’atterrissage à un Mozambicain

LUSAKA (Xinhua) – Les autorités zambiennes ont exprimé leur colère sur la location, par un investisseur mozambicain, d’une piste d’atterrissage à Luangwa, district situé à plus de 200 km à l’est de la capitale Lusaka, et ont lancé une enquête sur l’affaire, a rapporté lundi le Zambia Daily Mail.

Lire la suite »
1 2 3 5

Mozambique officiellement la République du Mozambique est un pays situé en Afrique du Sud-Est bordé par l’océan Indien à l’est, la Tanzanie au nord, le Malawi et la Zambie au nord-ouest, le Zimbabwe à l’ouest, et Eswatini (Swaziland) et l’Afrique du Sud au sud-ouest . L’Etat souverain est séparé des Comores, Mayotte et Madagascar par le canal du Mozambique à l’est. La capitale et la plus grande ville du Mozambique est Maputo (anciennement connue sous le nom de « Lourenço Marques » de 1876 à 1976).

Entre le premier et le cinquième siècle après JC, les peuples de langue bantoue ont migré vers le Mozambique actuel du nord et de l’ouest. Le nord du Mozambique se trouve dans les alizés de mousson de l’océan Indien. Entre le 7e et le 11e siècle, une série de villes portuaires swahili se sont développées ici, ce qui a contribué au développement d’une culture et d’une langue swahili distinctes. À la fin de la période médiévale, ces villes étaient fréquentées par des commerçants de Somalie, d’Éthiopie, d’Égypte, d’Arabie, de Perse et d’Inde. Le voyage de Vasco da Gama en 1498 a marqué l’arrivée des Portugais, qui ont commencé un processus graduel de colonisation et de colonisation en 1505. Après plus de quatre siècles de domination portugaise, le Mozambique a accédé à l’indépendance en 1975, devenant la République populaire du Mozambique peu de temps après. Après seulement deux ans d’indépendance, le pays est entré dans une guerre civile intense et prolongée de 1977 à 1992. En 1994, le Mozambique a tenu ses premières élections multipartites et est resté depuis une république présidentielle relativement stable, bien qu’il soit toujours confronté à une insurrection d’intensité. Le Mozambique est doté de ressources naturelles riches et étendues. L’économie du pays repose en grande partie sur l’agriculture, mais l’industrie se développe, principalement les produits alimentaires et les boissons, la fabrication de produits chimiques et la production d’aluminium et de pétrole. Le secteur du tourisme est également en expansion. L’Afrique du Sud est le principal partenaire commercial du Mozambique et la principale source d’investissement étranger direct, tandis que la Belgique, le Brésil, le Portugal et l’Espagne figurent également parmi les principaux partenaires économiques du pays. Depuis 2001, la croissance annuelle moyenne du PIB du Mozambique est parmi les plus élevées au monde. Cependant, le pays est toujours l’un des pays les plus pauvres et les moins développés du monde, se classant au niveau du PIB par habitant, du développement humain, des mesures des inégalités et de l’espérance de vie moyenne.

La seule langue officielle du Mozambique est le portugais, qui est principalement parlé comme deuxième langue par environ la moitié de la population. Les langues natives courantes sont le makhuwa, le sena et le swahili. La population du pays, d’environ 29 millions d’habitants, est composée en majorité de Bantous. La plus grande religion au Mozambique est le christianisme, avec des minorités importantes suivant l’islam et les religions traditionnelles africaines. Le Mozambique est membre des Nations Unies, de l’Union africaine, du Commonwealth des nations, de l’Organisation de la coopération islamique, de la Communauté des pays de langue portugaise, du Mouvement des pays non alignés, de la Communauté de développement de l’Afrique australe et est observateur à La Francophonie.

L’histoire du Mozambique

Migrations bantoues

La migration des personnes de langue bantoue vers le Mozambique remonte au IVe siècle avant JC. On pense qu’entre le 1er et le 5e siècle après JC, des vagues de migration de l’ouest et du nord ont traversé la vallée du fleuve Zambèze, puis progressivement dans le plateau et les zones côtières de l’Afrique australe. Ils ont établi des communautés ou des sociétés agricoles basées sur l’élevage du bétail. Ils ont apporté avec eux la technologie pour faire fondre et forger le fer.

Côte swahili

À partir de la fin du premier millénaire après JC, de vastes réseaux commerciaux de l’océan Indien se sont étendus aussi au sud du Mozambique, comme en témoigne l’ancienne ville portuaire de Chibuene. À partir du 9ème siècle, une implication croissante dans le commerce de l’océan Indien a conduit au développement de nombreuses villes portuaires le long de toute la côte est-africaine, dont le Mozambique moderne. Largement autonomes, ces villes ont largement participé à la culture swahili naissante. L’islam a souvent été adopté par les élites urbaines, facilitant le commerce. Au Mozambique, Sofala, Angoche et l’île de Mozambique étaient des puissances régionales au XVe siècle. Les villes faisaient du commerce avec des marchands de l’intérieur de l’Afrique et du monde plus large de l’océan Indien. Les itinéraires des caravanes d’or et d’ivoire étaient particulièrement importants. Des États intérieurs comme le Royaume du Zimbabwe et le Royaume de Mutapa ont fourni l’or et l’ivoire convoités, qui ont ensuite été échangés le long de la côte vers de plus grandes villes portuaires comme Kilwa et Mombasa.

Mozambique portugais (1498–1975)

Après que les Portugais ont envahi le Mozambique vers 1500, les postes de traite et les forts portugais ont déplacé l’hégémonie commerciale et militaire arabe, devenant des escales régulières sur la nouvelle route maritime européenne vers l’est. Le voyage de Vasco da Gama autour du Cap de Bonne-Espérance en 1498 a marqué l’entrée des Portugais dans le commerce, la politique et la société de la région. Les Portugais ont pris le contrôle de l’île de Mozambique et de la ville portuaire de Sofala au début du XVIe siècle et, dans les années 1530, de petits groupes de commerçants et de prospecteurs portugais à la recherche d’or ont pénétré dans les régions intérieures, où ils ont établi des garnisons et des postes de traite à Sena. et Tete sur le fleuve Zambèze et a tenté d’obtenir un contrôle exclusif sur le commerce de l’or. Dans la partie centrale du territoire mozambicain, les Portugais ont tenté de légitimer et de consolider leurs positions commerciales et de peuplement en créant des prazos (concessions de terres) liés à leur peuplement et à leur administration. Alors que les prazos étaient à l’origine développés pour être détenus par des Portugais, par le biais de mariages mixtes, ils sont devenus des centres africains portugais ou indiens africains défendus par de grandes armées d’esclaves africains appelés Chikunda. Historiquement au Mozambique, il y avait de l’esclavage. Les êtres humains ont été achetés et vendus par des chefs tribaux africains, d’abord à des commerçants arabes musulmans et envoyés dans des villes et des plantations d’Asie du Moyen-Orient, puis à des commerçants portugais et européens également. De nombreux esclaves mozambicains ont été approvisionnés par des chefs de tribus qui ont attaqué des tribus belligérantes et vendu leurs captifs aux prazeiros.

Bien que l’influence portugaise se soit progressivement élargie, son pouvoir était limité et exercé par des colons individuels et des fonctionnaires bénéficiant d’une large autonomie. Les Portugais ont réussi à arracher une grande partie du commerce côtier aux musulmans arabes entre 1500 et 1700, mais, avec la saisie par les Arabes musulmans des clés du Portugal au fort Jésus sur l’île de Mombasa (maintenant au Kenya) en 1698, le pendule a commencé à osciller l’autre sens. En conséquence, l’investissement a pris du retard tandis que Lisbonne s’est consacrée au commerce plus lucratif avec l’Inde et l’Extrême-Orient et à la colonisation du Brésil. Pendant ces guerres, les Arabes Mazrui et Omanais ont repris une grande partie du commerce de l’océan Indien, forçant les Portugais à battre en retraite vers le sud. De nombreux prazos avaient décliné au milieu du XIXe siècle, mais plusieurs d’entre eux ont survécu. Au cours du XIXe siècle, d’autres puissances européennes, en particulier les Britanniques (British South Africa Company) et les Français (Madagascar), se sont impliquées de plus en plus dans le commerce et la politique de la région autour des territoires portugais d’Afrique de l’Est.

Au début du XXe siècle, les Portugais avaient transféré l’administration d’une grande partie du Mozambique à de grandes sociétés privées, comme la Mozambique Company, la Zambezia Company et la Niassa Company, contrôlées et financées principalement par des financiers « britanniques » tels que Solomon Joel, qui a établi le chemin de fer vers leurs colonies voisines (Afrique du Sud et Rhodésie). Bien que l’esclavage ait été légalement aboli au Mozambique, à la fin du XIXe siècle, les entreprises agréées ont adopté une politique de travail forcé et fourni de la main-d’œuvre africaine bon marché, souvent forcée, aux mines et plantations des colonies britanniques voisines et de l’Afrique du Sud. La Zambezia Company, la société à charte la plus rentable, a repris un certain nombre de petites exploitations de prazeiro et a établi des avant-postes militaires pour protéger ses biens. Les sociétés à charte ont construit des routes et des ports pour acheminer leurs marchandises sur le marché, y compris un chemin de fer reliant le Zimbabwe actuel au port mozambicain de Beira. En raison de leurs performances insatisfaisantes et de l’évolution, sous le régime corporatiste Estado Novo d’Oliveira Salazar, vers un contrôle portugais plus fort de l’économie de l’Empire portugais, les concessions des entreprises n’ont pas été renouvelées lorsqu’elles se sont épuisées. C’est ce qui s’est produit en 1942 avec la Mozambique Company, qui a cependant continué à opérer dans les secteurs agricole et commercial en tant que société, et cela s’était déjà produit en 1929 avec la fin de la concession de la Niassa Company. En 1951, les colonies portugaises d’outre-mer en Afrique ont été rebaptisées Provinces d’outre-mer du Portugal.

Guerre d’indépendance du Mozambique (1964-1974)

Alors que les idéologies communistes et anti-coloniales se répandaient à travers l’Afrique, de nombreux mouvements politiques clandestins ont été créés pour soutenir l’indépendance du Mozambique. Ces mouvements ont affirmé que puisque les politiques et les plans de développement étaient principalement conçus par les autorités dirigeantes au profit de la population portugaise du Mozambique, peu d’attention était accordée à l’intégration tribale du Mozambique et au développement de ses communautés autochtones. Selon les déclarations officielles de la guérilla, cela a touché une majorité de la population indigène qui a subi à la fois une discrimination parrainée par l’État et une énorme pression sociale. Beaucoup estiment avoir reçu trop peu d’opportunités ou de ressources pour améliorer leurs compétences et améliorer leur situation économique et sociale à un degré comparable à celui des Européens. Statistiquement, les blancs portugais du Mozambique étaient en effet plus riches et plus qualifiés que la majorité indigène noire. En réponse au mouvement de guérilla, le gouvernement portugais des années 60 et principalement du début des années 70 a initié des changements graduels avec de nouveaux développements socio-économiques et des politiques égalitaires. Le Front pour la libération du Mozambique (FRELIMO) a lancé une campagne de guérilla contre la domination portugaise en septembre 1964. Ce conflit – ainsi que les deux autres déjà initiés dans les autres colonies portugaises de l’Angola et de la Guinée portugaise est devenu une partie du soi-disant portugais Guerre coloniale (1961-1974). D’un point de vue militaire, l’armée régulière portugaise a maintenu le contrôle des centres de population tandis que les forces de guérilla ont cherché à saper leur influence dans les zones rurales et tribales du nord et de l’ouest. Dans le cadre de sa réponse au FRELIMO, le gouvernement portugais a commencé à accorder plus d’attention à la création de conditions favorables au développement social et à la croissance économique.

Indépendance (1975)

Le FRELIMO a pris le contrôle du territoire après dix ans de guerre sporadique, ainsi que le retour du Portugal à la démocratie après la chute du régime autoritaire d’Estado Novo, la révolution des œillets d’avril 1974 et le coup d’État manqué du 25 novembre 1975. En moins d’un an, la plupart des 250 000 Portugais du Mozambique sont partis – certains expulsés par le gouvernement du territoire presque indépendant, d’autres fuyant par peur – et le Mozambique est devenu indépendant du Portugal le 25 juin 1975. Une loi a été adoptée à l’initiative de l’Armando, relativement inconnu. Guebuza du parti FRELIMO, ordonnant aux Portugais de quitter le pays en 24 heures avec seulement 20 kilos (44 livres) de bagages. N’ayant pu récupérer aucun de leurs actifs, la plupart d’entre eux sont rentrés au Portugal sans le sou.

Guerre civile mozambicaine (1977–1992)

Le nouveau gouvernement dirigé par le président Samora Machel a établi un État à parti unique basé sur les principes marxistes. Il a reçu un soutien diplomatique et militaire de Cuba et de l’Union soviétique et a commencé à réprimer l’opposition. Peu de temps après l’indépendance, le pays a été tourmenté de 1977 à 1992 par une longue et violente guerre civile entre les forces d’opposition des milices rebelles anticommunistes de la Résistance nationale mozambicaine (RENAMO) et le régime du FRELIMO. Ce conflit a caractérisé les premières décennies de l’indépendance du Mozambique, combiné au sabotage des États voisins de la Rhodésie et de l’Afrique du Sud, des politiques inefficaces, un échec de la planification centrale et l’effondrement économique qui en a résulté. Cette période a également été marquée par l’exode des ressortissants portugais et des Mozambicains d’origine portugaise, l’effondrement des infrastructures, le manque d’investissement dans les actifs productifs et la nationalisation gouvernementale des industries privées, ainsi que la famine généralisée. Pendant la majeure partie de la guerre civile, le gouvernement central formé par le FRELIMO n’a pas été en mesure d’exercer un contrôle efficace en dehors des zones urbaines, dont beaucoup ont été coupées de la capitale. Les zones contrôlées par la RENAMO comprenaient jusqu’à 50% des zones rurales de plusieurs provinces, et il est signalé que les services de santé de toute nature ont été isolés de l’assistance pendant des années dans ces zones. Le problème s’est aggravé lorsque le gouvernement a réduit les dépenses de santé. La guerre a été marquée par des violations massives des droits de l’homme des deux côtés du conflit, la RENAMO contribuant au chaos par le recours à la terreur et le ciblage aveugle de civils. Le gouvernement central a exécuté des dizaines de milliers de personnes tout en essayant d’étendre son contrôle à travers le pays et a envoyé de nombreuses personnes dans des « camps de rééducation » où des milliers de personnes sont mortes. Pendant la guerre, la RENAMO a proposé un accord de paix basé sur la sécession des territoires du nord et de l’ouest contrôlés par la RENAMO en tant que République indépendante de Rombesia, mais le FRELIMO a refusé, insistant sur la souveraineté indivise de tout le pays. On estime qu’un million de Mozambicains ont péri pendant la guerre civile, 1,7 million se sont réfugiés dans les États voisins et plusieurs millions d’autres ont été déplacés à l’intérieur du pays. Le régime du FRELIMO a également fourni un abri et un soutien aux mouvements rebelles sud-africains (Congrès national africain) et zimbabwéens (Union nationale africaine du Zimbabwe), tandis que les gouvernements de la Rhodésie et plus tard de l’Afrique du Sud (à l’époque encore l’apartheid) ont soutenu la RENAMO dans la guerre civile. Le 19 octobre 1986, Samora Machel revenait d’une réunion internationale en Zambie dans l’avion présidentiel Tupolev Tu-134 lorsque l’avion s’est écrasé dans les montagnes de Lebombo près de Mbuzini. Il y avait dix survivants, mais le président Machel et trente-trois autres sont morts, y compris des ministres et des fonctionnaires du gouvernement du Mozambique. La délégation soviétique des Nations Unies a publié un rapport minoritaire affirmant que leur expertise et leur expérience avaient été sapées par les Sud-Africains. Des représentants de l’Union soviétique ont avancé la théorie selon laquelle l’avion avait été intentionnellement détourné par un faux signal de balise de navigation, en utilisant une technologie fournie par des agents du renseignement militaire du gouvernement sud-africain. Le successeur de Machel, Joaquim Chissano, a mis en œuvre des changements radicaux dans le pays, entamant des réformes telles que le passage du marxisme au capitalisme, et a entamé des pourparlers de paix avec la RENAMO. La nouvelle constitution promulguée en 1990 prévoyait un système politique multipartite, une économie de marché et des élections libres. La guerre civile a pris fin en octobre 1992 avec les accords généraux de paix de Rome, négociés d’abord par le Conseil chrétien du Mozambique (Conseil des Églises protestantes), puis repris par la Communauté de Sant’Egidio. La paix est revenue au Mozambique, sous la supervision de la force de maintien de la paix ONUMOZ des Nations Unies.

Ère démocratique (1993-présent)

Le Mozambique a tenu des élections en 1994, qui ont été acceptées par la plupart des partis politiques comme libres et équitables bien que toujours contestées par de nombreux ressortissants et observateurs. FRELIMO a gagné, sous Joaquim Chissano, tandis que RENAMO, dirigé par Afonso Dhlakama, s’est présenté comme l’opposition officielle. En 1995, le Mozambique a rejoint le Commonwealth des nations, devenant, à l’époque, le seul pays membre qui n’avait jamais fait partie de l’Empire britannique. Au milieu de 1995, plus de 1,7 million de réfugiés qui avaient demandé l’asile dans les pays voisins étaient rentrés au Mozambique, une partie du plus grand rapatriement observé en Afrique subsaharienne. Quatre millions de personnes déplacées supplémentaires sont rentrées chez elles. En décembre 1999, le Mozambique a tenu des élections pour la deuxième fois depuis la guerre civile, qui ont de nouveau été remportées par le FRELIMO. La RENAMO a accusé le FRELIMO de fraude et a menacé de reprendre la guerre civile, mais a reculé après avoir porté l’affaire devant la Cour suprême et perdu. Au début de 2000, un cyclone a provoqué des inondations généralisées dans le pays, tuant des centaines de personnes et dévastant les infrastructures déjà précaires. On soupçonnait largement que les ressources de l’aide étrangère avaient été détournées par de puissants dirigeants du FRELIMO. Carlos Cardoso, un journaliste enquêtant sur ces allégations, a été assassiné et sa mort n’a jamais été expliquée de manière satisfaisante.

Indiquant en 2001 qu’il ne se présenterait pas pour un troisième mandat, Chissano a critiqué les dirigeants qui sont restés plus longtemps que lui, ce qui était généralement considéré comme une référence au président zambien Frederick Chiluba, qui envisageait à l’époque un troisième mandat, et au président zimbabwéen. Robert Mugabe, alors dans son quatrième mandat. Les élections présidentielles et à l’Assemblée nationale ont eu lieu du 1er au 2 décembre 2004. Le candidat du FRELIMO, Armando Guebuza, a remporté 64% des suffrages, tandis que son adversaire, Afonso Dhlakama de RENAMO, a obtenu 32% des suffrages. Le FRELIMO a remporté 160 sièges au Parlement, avec une coalition de la RENAMO et plusieurs petits partis remportant les 90 sièges restants. Guebuza a été nommé président du Mozambique le 2 février 2005 et a servi deux mandats de cinq ans. Son successeur, Filipe Nyusi, est devenu le quatrième président du Mozambique le 15 janvier 2015. De 2013 à 2019, une insurrection de faible intensité de RENAMO s’est produite, principalement dans les régions du centre et du nord du pays. Le 5 septembre 2014, l’ancien président Guebuza et le chef de la RENAMO Dhlakama ont signé l’accord de cessation des hostilités, qui a mis fin aux hostilités militaires et a permis aux deux parties de se concentrer sur les élections générales qui se tiendront en octobre 2014. Cependant, après Aux élections générales, une nouvelle crise politique est apparue. La RENAMO n’a pas reconnu la validité des résultats des élections et a exigé le contrôle de six provinces – Nampula, Niassa, Tete, Zambezia, Sofala et Manica – où elles prétendaient avoir obtenu la majorité. Environ 12 000 réfugiés se trouvent actuellement au Malawi voisin. Le HCR, Médecins sans frontières et Human Rights Watch ont signalé que les forces gouvernementales avaient incendié des villages et procédé à des exécutions sommaires et à des abus sexuels. Depuis 2015, le pays est confronté à une insurrection continue de groupes islamistes.

La politique du Mozambique

Le Mozambique est une démocratie multipartite en vertu de la constitution de 1990. Le pouvoir exécutif comprend un président, un premier ministre et un conseil des ministres. Il y a une Assemblée nationale et des assemblées municipales. Le pouvoir judiciaire comprend une Cour suprême et des tribunaux provinciaux, de district et municipaux. Le suffrage est universel à dix-huit ans. Aux élections de 1994, Joaquim Chissano a été élu président avec 53% des voix et une assemblée nationale de 250 membres a été votée avec 129 députés du Front de libération du Mozambique (FRELIMO), 112 députés de la Résistance nationale mozambicaine (RENAMO) et neuf représentants de trois petits partis qui ont formé l’Union démocratique (UD). Depuis sa formation en 1994, l’Assemblée nationale a progressé en devenant un organe de plus en plus indépendant de l’exécutif. En 1999, plus de la moitié (53%) des lois adoptées émanaient de l’Assemblée. Après quelques retards, le pays a tenu en 1998 ses premières élections locales pour assurer une représentation locale et une certaine autorité budgétaire au niveau municipal. Le principal parti d’opposition, la RENAMO, a boycotté les élections locales, invoquant des failles dans le processus d’inscription. Des listes indépendantes ont contesté les élections et remporté des sièges dans les assemblées municipales. La participation a été très faible. À la suite des élections locales de 1998, le gouvernement a décidé de prendre davantage en compte les préoccupations procédurales de l’opposition pour le deuxième tour des élections nationales multipartites en 1999. En collaboration avec l’Assemblée nationale, la loi électorale a été réécrite et adoptée par consensus en décembre 1998 financé en grande partie par des donateurs internationaux, une inscription électorale très réussie a été menée de juillet à septembre 1999, fournissant des cartes d’inscription électorale à 85% des électeurs potentiels (plus de sept millions d’électeurs).

Les deuxièmes élections générales ont eu lieu du 3 au 5 décembre 1999, avec une forte participation électorale. Les observateurs internationaux et nationaux ont convenu que le processus de vote était bien organisé et s’est déroulé sans heurts. L’opposition et les observateurs ont par la suite cité des défauts dans le processus de tabulation qui, s’ils n’avaient pas eu lieu, auraient pu changer l’issue. En fin de compte, cependant, les observateurs internationaux et nationaux ont conclu que le résultat serré du vote reflétait la volonté du peuple.

Le président Chissano a remporté la présidence avec une marge de 4% sur le candidat de la coalition RENAMO-Union électorale, Afonso Dhlakama, et a entamé son mandat de cinq ans en janvier 2000. Le FRELIMO a accru sa majorité à l’Assemblée nationale avec 133 des 250 sièges. La coalition RENAMO-UE a remporté 116 sièges, l’un est devenu indépendant et aucun tiers n’est représenté. La coalition d’opposition n’a pas accepté les résultats du vote présidentiel de la Commission électorale nationale et a déposé une plainte officielle auprès de la Cour suprême. Un mois après le vote, le tribunal a rejeté la contestation de l’opposition et a validé les résultats des élections. L’opposition n’a pas déposé de plainte concernant les résultats du vote législatif. Les deuxièmes élections locales, impliquant trente-trois municipalités avec quelque 2,4 millions d’électeurs inscrits, ont eu lieu en novembre 2003. C’était la première fois que le FRELIMO, la RENAMO-UE et des partis indépendants se disputaient sans boycotts importants. Le taux de participation de 24% était bien supérieur au taux de participation de 15% lors des premières élections municipales. FRELIMO a remporté vingt-huit postes de maire et la majorité dans vingt-neuf assemblées municipales, tandis que RENAMO a remporté cinq postes de maire et la majorité dans quatre assemblées municipales. Le vote s’est déroulé de manière ordonnée sans incidents violents. Cependant, la période qui a immédiatement suivi les élections a été marquée par des objections concernant l’enregistrement des électeurs et des candidats et la tabulation des votes, ainsi que par des appels à une plus grande transparence. Le gouvernement allait ensuite approuver une nouvelle loi sur les élections générales en mai 2009 qui contiendrait des innovations fondées sur l’expérience des élections municipales de 2003.

Les élections présidentielles et à l’Assemblée nationale ont eu lieu du 1er au 2 décembre 2004. Le candidat du FRELIMO, Armando Guebuza, a remporté 64% des suffrages. Son adversaire, Afonso Dhlakama de RENAMO, a obtenu 32% des suffrages. FRELIMO a remporté 160 sièges au Parlement. Une coalition de la RENAMO et plusieurs petits partis ont remporté les 90 sièges restants. Armando Guebuza a été nommé président du Mozambique le 2 février 2005. La RENAMO et certains autres partis d’opposition ont dénoncé la fraude électorale et dénoncé le résultat. Ces affirmations ont été appuyées par des observateurs internationaux (notamment par la Mission d’observation des élections de l’Union européenne au Mozambique et le Centre Carter) aux élections qui ont critiqué le fait que la Commission électorale nationale (CNE) n’a pas organisé d’élections justes et transparentes. Ils ont énuméré toute une série de lacunes des autorités électorales qui ont profité au parti au pouvoir FRELIMO. Selon des observateurs de l’UE, les lacunes des élections n’ont probablement pas affecté le résultat final de l’élection présidentielle. En revanche, les observateurs ont déclaré que le résultat des élections législatives et donc la répartition des sièges à l’Assemblée nationale ne reflétait pas la volonté du peuple mozambicain et était clairement au détriment de la RENAMO. Après des affrontements entre les gardes de la RENAMO et la police à Muxungue et à la télécabine en avril 2013, la RENAMO a déclaré qu’elle boycotterait et perturberait les élections locales en novembre 2013. Depuis la fin de la guerre civile en 1992, environ 300 gardes de la RENAMO sont restés armés et ont refusé de se joindre. l’armée nationale ou la police.

L’économie du Mozambique

Le Mozambique est l’un des pays les plus pauvres et les moins développés du monde, même si entre 1994 et 2006 sa croissance annuelle moyenne du PIB était d’environ 8%. Le FMI classe le Mozambique parmi les pays pauvres très endettés. Dans une enquête de 2006, les trois quarts des Mozambicains ont déclaré qu’au cours des cinq dernières années, leur situation économique était restée la même ou s’était aggravée. La monnaie officielle du Mozambique est le nouveau metical (en mars 2018, 1 $ US équivaut à peu près à 62 nouveaux meticals), qui a remplacé les anciens meticals au taux de mille pour un. L’ancienne monnaie était remboursable à la Banque du Mozambique jusqu’à la fin de 2012. Le dollar américain, le rand sud-africain et récemment l’euro sont également largement acceptés et utilisés dans les transactions commerciales. Le salaire minimum légal est d’environ 60 $ US par mois. Le Mozambique est membre de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC). Le protocole de libre-échange de la SADC vise à rendre la région de l’Afrique australe plus compétitive en éliminant les tarifs et autres barrières commerciales. En 2007, la Banque mondiale a évoqué le «rythme effréné de la croissance économique» du Mozambique. Une étude conjointe donateur-gouvernement au début de 2007 a déclaré que «le Mozambique est généralement considéré comme une réussite de l’aide».

Rebond de la croissance

La réinstallation des réfugiés de la guerre civile et la réussite des réformes économiques ont conduit à un taux de croissance élevé : le pays a connu une reprise remarquable, atteignant un taux annuel moyen de croissance économique de 8% entre 1996 et 2006 et de 6 à 7% de 2006 à 2011. Les inondations dévastatrices du début de 2000 ont ralenti la croissance du PIB à 2,1%, mais une reprise complète a été réalisée en 2001 avec une croissance de 14,8%. L’expansion rapide à l’avenir dépendait de plusieurs grands projets d’investissement étranger, de la poursuite des réformes économiques et de la relance des secteurs de l’agriculture, des transports et du tourisme. En 2013, environ 80% de la population était employée dans l’agriculture, dont la majorité était engagée dans une agriculture de subsistance à petite échelle, qui souffrait encore de l’insuffisance des infrastructures, des réseaux commerciaux et des investissements. Cependant, en 2012, plus de 90% des terres arables du Mozambique étaient encore incultes. En 2013, un article de la BBC a rapporté qu’à partir de 2009, les Portugais étaient de retour au Mozambique en raison de la croissance économique du Mozambique et de la mauvaise situation économique du Portugal.

Réformes économiques

Plus de 1 200 petites entreprises publiques, pour la plupart, ont été privatisées. Des préparatifs en vue de la privatisation et / ou de la libéralisation du secteur ont été effectués pour les autres entreprises parapubliques, notamment les télécommunications, l’énergie, les ports et les chemins de fer. Le gouvernement a fréquemment sélectionné un investisseur étranger stratégique lors de la privatisation d’une entreprise paraétatique. En outre, les droits de douane ont été réduits et la gestion des douanes a été rationalisée et réformée. Le gouvernement a introduit une taxe sur la valeur ajoutée en 1999 dans le cadre de ses efforts pour augmenter les recettes intérieures. Les plans pour 2003-2004 comprenaient la réforme du Code de commerce ; réforme judiciaire globale ; renforcement du secteur financier ; poursuite de la réforme de la fonction publique ; et amélioration du budget du gouvernement, de l’audit et des capacités d’inspection. Une instabilité politique supplémentaire résultant des inondations a fait des milliers de sans-abri, déplacés à l’intérieur de leur propre pays.

La corruption

L’économie du Mozambique a été ébranlée par un certain nombre de scandales de corruption. En juillet 2011, le gouvernement a proposé de nouvelles lois anti-corruption pour criminaliser le détournement de fonds, influencer le trafic et la corruption, à la suite de nombreux cas de vol d’argent public. Cela a été approuvé par le Conseil des ministres du pays. Le Mozambique a condamné deux anciens ministres pour corruption au cours des deux dernières années. Le Mozambique est classé 116e sur 178 pays dans le dernier indice de surveillance mondiale de la corruption de Transparency International. Selon un rapport de l’USAID rédigé en 2005, « l’ampleur et l’ampleur de la corruption au Mozambique sont alarmantes ». En mars 2012, le gouvernement de la province d’Inhambane, dans le sud du Mozambique, a découvert le détournement de fonds publics par le directeur de l’Office provincial de lutte contre la drogue, Calisto Alberto Tomo. Il s’est avéré avoir été de connivence avec la comptable de l’Office anti-drogue, Recalda Guambe, pour avoir volé plus de 260 000 meticais entre 2008 et 2010. Le gouvernement du Mozambique a pris des mesures pour s’attaquer au problème de la corruption, et certains développements positifs peuvent être observés, tels que l’adoption de plusieurs nouveaux projets de loi anti-corruption en 2012.

Le tourisme

L’environnement naturel, la faune et le patrimoine historique du pays offrent des opportunités pour la plage, la culture et l’écotourisme. Le Mozambique a un grand potentiel de croissance de son produit intérieur brut (PIB), bien que sa contribution actuelle n’est que de 5,6%. Les plages du nord avec de l’eau propre conviennent au tourisme, en particulier celles qui sont très loin des centres urbains, comme celles de la province de Cabo Delgado, en particulier les îles Quirimbas, et la province d’Inhambane, en particulier l’archipel de Bazaruto. La province d’Inhambane attire des plongeurs internationaux en raison de la biodiversité marine et de la présence de requins baleines et de raies manta. Le pays possède également plusieurs parcs nationaux, dont le parc national de Gorongosa, avec ses infrastructures réhabilitées et repeuplées chez certaines espèces animales déjà en voie de disparition.

La démographie du Mozambique

Les provinces du centre-nord de Zambezia et Nampula sont les plus peuplées, avec environ 45% de la population. Les quelque quatre millions de Macua sont le groupe dominant dans la partie nord du pays ; les Sena et Shona (principalement Ndau) sont prédominants dans la vallée du Zambèze et les Tsonga et Shangaan dominent dans le sud du Mozambique. Les autres groupes comprennent Makonde, Yao, Swahili, Tonga, Chopi et Nguni (y compris les Zoulous). Les Bantous représentent 97,8% de la population, le reste étant composé d’ascendance portugaise, d’Euro-Africains (mestiço d’ascendance mixte bantoue et portugaise) et d’Indiens. Environ 45 000 personnes d’origine indienne résident au Mozambique. Pendant la domination coloniale portugaise, une grande minorité de personnes d’origine portugaise vivaient en permanence dans presque toutes les régions du pays et les Mozambicains d’origine portugaise au moment de l’indépendance étaient au nombre d’environ 360 000. Beaucoup d’entre eux ont quitté le pays après l’indépendance du Portugal en 1975. Il existe diverses estimations de la taille de la communauté chinoise du Mozambique, allant de 7 000 à 12 000 en 2007. Selon une enquête de 2011, l’indice synthétique de fécondité était de 5,9 enfants par femme, dont 6,6 dans les zones rurales et 4,5 dans les zones urbaines.

L’éducation du Mozambique

Le portugais est la principale langue d’enseignement dans toutes les écoles mozambicaines. Tous les Mozambicains sont tenus par la loi de fréquenter l’école jusqu’au niveau primaire ; cependant, beaucoup d’enfants au Mozambique ne vont pas à l’école primaire parce qu’ils doivent travailler pour les fermes de subsistance de leur famille pour vivre. En 2007, un million d’enfants n’étaient toujours pas scolarisés, la plupart issus de familles rurales pauvres, et près de la moitié de tous les enseignants du Mozambique n’étaient toujours pas qualifiés. Le taux de scolarisation des filles est passé de 3 millions en 2002 à 4,1 millions en 2006, tandis que le taux d’achèvement est passé de 31 000 à 90 000, ce qui témoigne d’un très faible taux d’achèvement. Après la 7e année, les élèves doivent passer des examens nationaux normalisés pour entrer dans le secondaire, qui va de la 8e à la 10e année. L’espace dans les universités mozambicaines est extrêmement limité ; ainsi, la plupart des élèves qui terminent l’école préuniversitaire ne poursuivent pas immédiatement leurs études universitaires. Beaucoup vont travailler comme enseignants ou sont au chômage. Il existe également des instituts qui dispensent une formation plus professionnelle, spécialisée dans les études agricoles, techniques ou pédagogiques, que les étudiants peuvent suivre après la 10e année au lieu d’une école préuniversitaire. Après l’indépendance du Portugal en 1975, un certain nombre d’élèves mozambicains ont continué à être admis chaque année dans les lycées portugais, les instituts polytechniques et les universités, grâce à des accords bilatéraux entre le gouvernement portugais et le gouvernement mozambicain. Selon les estimations de 2010, le taux d’alphabétisation du Mozambique était de 56,1% (70,8% d’hommes et 42,8% de femmes). En 2015, ce chiffre était passé à 58,8% (73,3% d’hommes et 45,4% de femmes).

Les langues du Mozambique

Le portugais est la langue officielle et la plus parlée de la nation, parlée par 50,3% de la population. Les langues du groupe bantou du Mozambique qui sont indigènes au pays varient considérablement dans leurs groupements et, dans certains cas, sont plutôt mal appréciées et documentées. Hormis ses usages en lingua franca dans le nord du pays, le swahili est parlé dans une petite partie de la côte à côté de la frontière tanzanienne ; au sud de celle-ci, vers l’île Moçambique, le kimwani, considéré comme un dialecte swahili, est utilisé. Immédiatement à l’intérieur de la zone swahili, le Makonde est utilisé, séparé plus à l’intérieur des terres par une petite bande de territoire parlant le makhuwa d’une zone où Yao ou ChiYao est utilisé. Makonde et Yao appartiennent à un groupe différent, Yao étant très proche de la langue Mwera de la région du Plateau Rondo en Tanzanie. Les prépositions apparaissent dans ces langues comme des préfixes locatifs préfixés au nom et déclinés selon leur propre classe de nom. Certains Nyanja sont utilisés sur la côte du lac Malawi, ainsi que de l’autre côté du lac. Les langues du groupe eMakhuwa sont quelque peu différentes de toutes ces langues, avec une perte de k- initial, ce qui signifie que de nombreux noms commencent par une voyelle: par exemple, epula = « rain ». Il y a eMakhuwa proprement dit, avec les eLomwe et eChuwabo, avec une petite zone parlant eKoti sur la côte. Dans une zone à cheval sur le Zambèze inférieur, Sena, qui appartient au même groupe que Nyanja, est parlée, les zones parlant CiNyungwe et CiSenga apparentées plus en amont.

Une grande zone de langue Shona s’étend entre la frontière du Zimbabwe et la mer : anciennement connue sous le nom de variété Ndau, elle utilise désormais l’orthographe du Shona standard du Zimbabwe. Apparemment similaire à Shona, mais dépourvu des modèles de ton de la langue Shona et considéré par ses locuteurs comme tout à fait différent, CiBalke, également appelé Rue ou Barwe, est utilisé dans une petite zone près de la frontière du Zimbabwe. Au sud de cette zone se trouvent les langues du groupe Tsonga, qui sont encore très différentes. XiTswa ou Tswa se trouve sur la côte et à l’intérieur des terres, XiTsonga ou Tsonga chevauche la zone autour du fleuve Limpopo, y compris des dialectes locaux tels que XiHlanganu, XiN’walungu, XiBila, XiHlengwe et XiDzonga. Cette zone linguistique s’étend à l’Afrique du Sud voisine. GiTonga, BiTonga et CiCopi ou Chopi, parlés au nord de l’embouchure du Limpopo, et XiRonga ou Ronga, parlés dans la région immédiate autour de Maputo, sont toujours apparentés à ceux-ci, mais distincts. Les langues de ce groupe sont, à en juger par les vocabulaires courts, très vaguement similaires au zoulou, mais évidemment pas dans le même groupe immédiat. Il y a de petites zones de langue swazie et zoulou au Mozambique juste à côté des frontières du Swaziland et du KwaZulu-Natal. Les Arabes, les Chinois et les Indiens parlent principalement le portugais et un peu d’hindi. Les Indiens de l’Inde portugaise parlent l’un des créoles portugais de leur origine, à part le portugais comme deuxième langue.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés