Le Maroc reprend les négociations pour la ratification de l’accord de pêche avec l’UE

Afriquinfos Editeur 5 Vues
4 Min de Lecture

Un communiqué du ministère marocain de l'Agriculture et de la Pêche maritime a annoncé que ce nouveau round permettra aux deux parties d'examiner les possibilités de coopération dans le secteur de la pêche et d'approfondir les questions techniques et financières abordées lors de la dernière réunion tenue au cours du mois de février 2013.

L'Espagne se dit "confiante" quant à la reprise des négociations pour la ratification de l'accord de pêche avec le Maroc, c'est ce qu'a déclaré Miguel Arias Canete, le ministre espagnol de l'Agriculture, de l'Alimentation et de l'Environnement. La visite de Juan Carlos au Maroc, du 15 au 17 juillet, qui a compte une importante délégation ministérielle et d'hommes d'affaires, renforce l'espoir d'une adoption définitive du protocole, note le ministre espagnol.

Les discussions butent sur des contraintes techniques notamment sur le nombre de licences autorisées et les zones de pêche. Bruxelles réclame une hausse du quota des captures ou une extension des zones de pêche.

 La signature d'un nouvel accord de pêche entre le Maroc et l'UE bute aussi sur le versement de la contribution financière annuelle en échange du retour des chalutiers européens dans les eaux atlantiques du royaume. Rabat réclamerait 38 millions d'euros annuellement, c'est plus que les 36,1 millions d'euros que Bruxelles versait lors de l'ancien protocole 2007-2011. En revanche, les négociateurs européens ont nettement revu à la baisse leur offre. Elle oscillerait entre 25 et 28 millions d'euros. Lors des précédents rounds de négociations, les experts marocains et européens ont convenu que le nouveau protocole de partenariat dans le secteur de la pêche doit impérativement garantir la préservation et l'exploitation durable et responsable des ressources halieutiques marocaines.

Ils se sont également mis d'accord sur l'importance de prendre en compte les intérêts nationaux du Maroc et des professionnels du secteur et de faire en sorte que le nouvel accord contribue d'une manière significative au développement et à la modernisation de la filière de la pêche marocaine. Les négociateurs marocains et européens ont convenu aussi de partager le reliquat des catégories de produits de la mer sous- exploitées.  L'ancien accord concédait 119 licences de pêche à la flotte européenne, en majorité espagnole. Signé en 2007, l'accord qui permettait à la flotte européenne, et particulièrement espagnole, de pêcher dans les eaux territoriales marocaines n'avait pas été reconduit en décembre 2011 par les députés européens, qui l'avaient rejeté en recommandant que les intérêts des provinces sahariennes soient mieux pris en compte. En riposte à cette décision, les autorités marocaines avaient le jour même de l'annonce du vote du Parlement européen, le 14 décembre 2011, demandé à la flottille de pêche européenne de quitter les eaux marocaines.

Même s'il est signé par le Maroc, l'accord de pêche devra être validé par le Parlement européen et ne sera pas immédiatement mis en œuvre.