Afrique du Nord
27 mai 2020

Libye : Moscou vole au secours de Haftar, Ndjaména réclame l’apaisement 

Moscou au secours du maréchal Haftar | Le Groupe de Contact de l’Union Africaine (UA) sur la Libye a tenu […]

20 mai 2020 Afrique du Nord

Ne laissons pas la Libye se déliter (ONU)

Genève (© 2020 Afriquinfos) – La Libye ferai état d’une escalade militaire alarmante et ce malgré la menace de l’épidémie […]

Lire la suite »
19 mai 2020 Afrique du Nord

Libye : nouveau revers militaire pour le maréchal Haftar

Conflit en Libye | Les forces du gouvernement libyen reconnu par l’ONU ont engrangé lundi un nouveau succès face aux […]

Lire la suite »
16 mai 2020 Afrique du Nord

Terrorisme en Libye : Nouvel appel du Caire pour une solution inclusive

Le Caire (© 2020 Afriquinfos) – Terrorisme en Libye – Alors qu’il s’entretenait au téléphone avec le ministre des Affaires […]

Lire la suite »
11 mai 2020 Afrique du Nord

Libye, l’aéroport bombardé, la Turquie menace Haftar

Nouvelle victime civile pour Haftar | Des dizaines de roquettes se sont abattues sur Tripoli, tuant au moins quatre civils […]

Lire la suite »
8 mai 2020 Afrique du Nord

Crise Libyenne : Nouvel appel du président Nguesso aux belligérants libyens

Crise libyenne | Alors qu’il s’entretenait avec des journalistes de France 24 et de RFI,  le président congolais Denis-Sassou-Nguesso est […]

Lire la suite »
7 mai 2020 Afrique du Nord

Libye : Des mercenaires russes et syriens combattent avec Haftar

Un rapport récent d’experts de l’ONU contrôlant l’embargo sur les armes imposé à la Libye confirme la présence dans ce […]

Lire la suite »
30 avril 2020 Afrique du Nord

Libye : Haftar accepte une trêve « pour le Ramadan

Le maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’est de la Libye, a annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi […]

Lire la suite »
28 avril 2020 Afrique du Nord

Libye, le « coup d’État » du maréchal Haftar

Le Gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli a dénoncé mardi un énième « coup d’Etat » de son rival, homme fort […]

Lire la suite »
16 avril 2020 Afrique du Nord

Libye : le gouvernement de Tripoli annonce un confinement général

Le Gouvernement d’union nationale (GNA) a annoncé un confinement général de dix jours dans les zones qu’il contrôle dans l’ouest […]

Lire la suite »
15 avril 2020 Afrique du Nord

Libye: l’ONU dénonce une escalade et des « actes de représailles »

La Mission d’appui de l’ONU en Libye (Manul) a dénoncé mercredi une escalade dans les violences en Libye, dont des […]

Lire la suite »
14 avril 2020 Afrique du Nord

La Libye s’enfonce dans le chaos militaire à l’abri de l’actu du Covid-19

Chaos militaire en Libye | Alors qu’un premier cas de Covid-19 a été officiellement enregistré le 24 mars en Libye, […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Nouveau revers pour le maréchal Haftar dans l’ouest libyen

Revers pour le maréchal Haftar | Le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’Est libyen qui mène depuis un an […]

Lire la suite »
6 avril 2020 Afrique du Nord

Libye: un ancien haut dirigeant de la rébellion anti-Kadhafi décède du coronavirus (parti)

Tripoli (© 2020 Afriquinfos)- Mahmoud Jibril, ex-chef de l’exécutif de la rébellion libyenne ayant contribué à renverser le régime de […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

L’ONU appelle à la cessation des hostilités en Libye, un an après le début de l’offensive militaire du général Haftar

New York (© 2020 Afriquinfos) – ONU – La Mission des Nations Unies en Libye (MANUL) a renouvelé ce weekend […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Libye: un ancien haut dirigeant de la rébellion anti-Kadhafi décède du coronavirus

Coronavirus en Libye – Mahmoud Jibril, ex-chef de l’exécutif de la rébellion libyenne ayant contribué à renverser le régime de […]

Lire la suite »
3 avril 2020 Afrique du Nord

En Libye, un an de guerre fratricide et le pire est à craindre

Tripoli (© 2020 Afriquinfos) – La Libye subit depuis un an une guerre d’usure entre ses pouvoirs rivaux, aux portes […]

Lire la suite »
2 avril 2020 Afrique du Nord

La Libye menacée par la propagation du Covid-19 en raison de l’insécurité et d’un système de santé affaibli

Tripoli (© 2020 Afriquinfos)-Les Nations Unies ont fait part mardi de leur inquiétude concernant le risque élevé de propagation du […]

Lire la suite »
25 mars 2020 Afrique australe

Coronavirus: premier cas de contamination en Libye ; Hausse des cas en Afrique du Sud, et un premier décès au Cap-Vert

https://afriquinfos.com/societe/sante/covid-19-plus-de-nouveau-cas-en-chine/Tripoli (© 2020 Afriquinfos)- Un premier cas de contamination au nouveau coronavirus a été enregistré en Libye, ont annoncé les […]

Lire la suite »
18 mars 2020 Afrique du Nord

Libye : la Communauté internationale appelle à une trêve humanitaire pour circonscrire le Coronavirus

Tripoli (© 2020 Afriquinfos)- Alors que le coronavirus fait rage à travers le monde et qu’à ce jour, un cas […]

Lire la suite »
10 mars 2020 Afrique du Nord

Libye: Rencontre entre le président français Emmanuel Macron et le maréchal Haftar

Paris (© 2020 Afriquinfos)- Le maréchal Khalifa Hafar « s’est engagé à signer le document du cessez-le-feu, mais que cet […]

Lire la suite »
5 mars 2020 Afrique du Nord

Libye: Paris regrette la démission de l’émissaire de l’ONU Ghassam Salamé

La France a regretté mercredi la démission de l’émissaire de l’ONU en Libye, Ghassan Salamé, et appelé à la désignation […]

Lire la suite »
4 mars 2020 Afrique du Nord

Libye : Tripoli appelle la communauté internationale à poursuivre les efforts de paix

Tripoli (© 2020 Afriquinfos)-Ce mardi, le gouvernement libyen d’union nationale (GNA), basé à Tripoli et reconnu par l’ONU, a appelé […]

Lire la suite »
2 mars 2020 Afrique du Nord

Ghassan Salamé, l’envoyé spécial de l’ONU pour la Libye vient de démissionner

Tripoli (© 2020 Afriquinfos)-L’émissaire onusien chargé de rétablir la paix en, Libye Ghassan Salamé, a  annoncé sur Twitter ce lundi […]

Lire la suite »
25 février 2020 Afrique du Nord

Libye: les deux camps rivaux annoncent « suspendre » leur participation aux pourparlers de Genève

Les deux camps rivaux libyens invités par l’ONU à des pourparlers politiques mercredi à Genève ont annoncé séparément avoir suspendu […]

Lire la suite »
21 février 2020 Afrique du Nord

Crise libyenne : La Russie toujours fermée à toute ingérence étrangère

Moscou (© 2020 Afriquinfos)- S’exprimant lors d’une conférence de presse avec son homologue jordanien Ayman Safadi, le ministre des Affaires […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Libye: si les pourparlers échouent, Haftar s’opposera à « l’envahisseur turc »

L’homme fort de l’Est de la Libye, le maréchal Haftar, a assuré vendredi qu’il s’opposerait militairement « aux envahisseurs turcs », Ankara […]

Lire la suite »
19 février 2020 Afrique du Nord

Libye: Tripoli suspend sa participation aux discussions à Genève (GNA)

Le gouvernement libyen d’union (GNA), basé à Tripoli et reconnu par les Nations unies, a annoncé dans la nuit de […]

Lire la suite »
18 février 2020 Afrique du Nord

L’UE va déployer des navires pour surveiller l’embargo sur les armes en Libye

Bruxelles (© 2020 Afriquinfos)- Alors qu’une nouvelle politique  en vue de renforcer l’embargo sur les armes en Libye, afin de […]

Lire la suite »
13 février 2020 Afrique du Nord

Libye : le Conseil de sécurité réclame un cessez-le-feu durable et la fin des interventions étrangères

Genève (© 2020 Afriquinfos)-Le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté mercredi une résolution condamnant la recrudescence des violences […]

Lire la suite »
2 février 2020 Afrique du Nord

Le plan Trump pour le Moyen-Orient qualifié de déséquilibré (ONU)

New York (© 2020 Afriquinfos)-Le plan présenté cette semaine par le Président américain Donald Trump sur le conflit israélo-palestinien est […]

Lire la suite »
31 janvier 2020 Afrique du Nord

Crise Libyenne : Les Etats Africains appellent à un cessez-le-feu

Brazzaville (© 2020 Afriquinfos)-L’Afrique doit prendre son destin en main, et parvenir à l’organisation d’une conférence de réconciliation, selon le […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Libye: l’émissaire de l’ONU dénonce des violations continues des accords de Berlin

L’émissaire de l’ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, a dénoncé jeudi devant le Conseil de sécurité les violations continues des […]

Lire la suite »
28 janvier 2020 Afrique du Nord

Frappes aériennes meurtrières en Libye de juillet 2019 : L’ONU appelle à une enquête indépendante

Genève (© 2020 Afriquinfos)-Ce lundi, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a appelé à demander des […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Libye: trois enfants tués dans la chute d’une roquette au sud de Tripoli

Trois enfants sont morts mardi et un autre a été blessé dans la chute d’une roquette près d’une école au […]

Lire la suite »
24 janvier 2020 Afrique du Nord

SOS Méditerranée porte secours à 92 personnes au large de la Libye

L’équipage de l’Ocean Viking, navire de secours en mer, est venu en aide à 92 personnes, dont un tiers de […]

Lire la suite »
23 janvier 2020 Afrique du Nord

Libye: l’aéroport de Tripoli de nouveau fermé, réunion régionale à Alger

Le seul aéroport fonctionnel de Tripoli a fermé de nouveau mercredi soir après des menaces des forces loyales au maréchal […]

Lire la suite »
21 janvier 2020 Afrique du Nord

Libye:Un accord international pour relancer les efforts de paix

Berlin (© 2020 Afriquinfos)- Les principaux pays concernés par le conflit en Libye ont promis dimanche de respecter un embargo […]

Lire la suite »
17 janvier 2020 Afrique du Nord

Libye: Sarraj a annoncé sa participation à la conférence de Berlin

Libye: Sarraj a annoncé sa participation à la conférence de Berlin Tripoli  (© 2020 Afriquinfos)-Ce jeudi, le chef du Gouvernement […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Washington inculpe un cerveau présumé des attentats de Ouagadougou et Grand-Bassam

Ouagadougou (© 2020 Afriquinfos)-Un Malien a été inculpé pour avoir joué « un rôle central » dans deux attaques jihadistes au Burkina […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

La conférence de Berlin redonne l’espoir d’une fin de crise en Libye

Tripoli (© 2020 Afriquinfos)-La conférence de Berlin sur la Libye qui s’ouvre dimanche prochain mettra fin au conflit armé en […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Libye: Haftar poursuit ses entretiens à Athènes avant la conférence de Berlin

Le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’est de la Libye qui s’oppose au gouvernement de Tripoli reconnu par l’ONU, […]

Lire la suite »
16 janvier 2020 Afrique du Nord

Près de 1000 migrants déjà interceptés sur les côtes libyennes depuis début 2020 (OIM)

Paris (© 2020 Afriquinfos)-Près d’un millier de personnes ont été interceptées en deux semaines au large des côtes libyennes, a […]

Lire la suite »
15 janvier 2020 Afrique du Nord

La conférence internationale sur la Libye s’ouvre à Berlin le 19 janvier prochain

New York (© 2020 Afriquinfos)-Les tractations de  la communauté internationale pour trouver une issue au conflit libyen se sont intensifiées […]

Lire la suite »
14 janvier 2020 Afrique du Nord

Libye: le maréchal Hatfar a quitté Moscou sans signer l’accord de cessez-le-feu

L’homme fort de l’est de la Libye Khalifa Haftar, qui combat le gouvernement libyen reconnu par l’ONU (GNA), a quitté […]

Lire la suite »
13 janvier 2020 Afrique du Nord

L’Italie fait de la paix en Libye « une question de sécurité nationale »

Rome (© 2020 Afriquinfos)- La réaction du ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, ne s’est pas fait attendre […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Libye: rencontre à Moscou pour signer les modalités du cessez-le-feu

Les deux rivaux libyens, le maréchal Khalifa Haftar et le chef du GNA Fayez al-Sarraj, sont attendus lundi à Moscou […]

Lire la suite »
9 janvier 2020 Afrique du Nord

La crise Libyenne toujours au plus profond des préoccupations diplomatiques

Istanbul (© 2020 Afriquinfos)-Alors qu’ils se réunissaient à Istanbul, les présidents russe et turc ont appelé mercredi à un cessez-le-feu […]

Lire la suite »
7 janvier 2020 Afrique du Nord

Al-Serraj étale la crise libyenne lors de sa visite en Algérie

Alger (© 2020 Afriquinfos)- Le Premier ministre libyen de l’union nationale, Fayez Al-Serraj, a bouclé lundi une courte visite en […]

Lire la suite »
6 janvier 2020 Afrique du Nord

Conflit en Libye/R. T. Erdogan détaille le chronogramme du déploiement des forces turques

Tripoli (© 2020 Afriquinfos)-Le déploiement de soldats turcs en Libye a commencé, selon une annonce faite dimanche par le président […]

Lire la suite »
1 2 3 24
Libye officiellement l’État de Libye est un pays de la région du Maghreb en Afrique du Nord, bordé par la mer Méditerranée au nord, l’Égypte à l’est, le Soudan au sud-est, le Tchad au sud, le Niger au sud-ouest, l’Algérie à l’ouest et la Tunisie au nord-ouest. L’État souverain est composé de trois régions historiques: la Tripolitaine, le Fezzan et la Cyrénaïque. Avec une superficie de près de 1,8 million de kilomètres carrés (700 000 mi2), la Libye est le quatrième plus grand pays d’Afrique et le 16e plus grand pays du monde. La Libye possède les 10e plus grandes réserves prouvées de pétrole de tous les pays du monde. Tripoli, la plus grande ville et capitale, est située dans l’ouest de la Libye et abrite plus d’un million des six millions d’habitants de la Libye. La deuxième plus grande ville est Benghazi, située dans l’est de la Libye. Le nom latin Libya est basé sur le nom de la région à l’ouest du Nil (Λιβύη) utilisé par les anciens Grecs et Romains pour toute l’Afrique du Nord, et a été adopté pour la première fois pendant la colonisation italienne depuis 1911. La Libye est habitée par des Berbères depuis la fin de l’âge du bronze en tant que descendants des cultures ibéromaurusienne et capsienne. Les Phéniciens ont établi des postes de traite dans l’ouest de la Libye, et les anciens colons grecs ont établi des cités-états dans l’est de la Libye. La Libye a été gouvernée de diverses manières par des Carthaginois, des Perses, des Égyptiens et des Grecs avant de faire partie de l’Empire romain. La Libye a été l’un des premiers centres du christianisme. Après la chute de l’Empire romain occidental, la région de la Libye a été principalement occupée par les Vandales jusqu’au 7ème siècle, lorsque les invasions ont amené l’islam dans la région. Au XVIe siècle, l’Empire espagnol et les Chevaliers de Saint-Jean ont occupé Tripoli, jusqu’au début du règne ottoman en 1551. La Libye a été impliquée dans les guerres barbaresques des XVIIIe et XIXe siècles. La domination ottomane s’est poursuivie jusqu’à la guerre italo-turque, qui a abouti à l’occupation italienne de la Libye et à l’établissement de deux colonies, la Tripolitaine italienne et la Cyrénaïque italienne (1911-1934), unifiées plus tard dans la colonie italienne de Libye de 1934 à 1947. Seconde Guerre mondiale, la Libye a été un domaine de guerre important dans la campagne nord-africaine. La population italienne a ensuite décliné. La Libye est devenue indépendante en tant que royaume en 1951. Un coup d’État militaire en 1969 a renversé le roi Idris I. Le chef du coup d’État « sans effusion de sang » Mouammar Kadhafi a gouverné le pays de 1969 et la révolution culturelle libyenne en 1973 jusqu’à ce qu’il soit renversé et tué en 2011. Guerre. Deux autorités ont initialement affirmé gouverner la Libye : la Chambre des représentants à Tobrouk et le Congrès national général (GNC) de 2014 à Tripoli, qui se considérait comme la continuation du Congrès national général, élu en 2012. Après des pourparlers de paix dirigés par l’ONU entre le Tobrouk et les gouvernements de Tripoli, un gouvernement d’union intérimaire unifié et soutenu par les Nations Unies a été créé en 2015, et le GNC a été dissous pour le soutenir. Depuis lors, une deuxième guerre civile a éclaté, avec des parties de la Libye réparties entre les gouvernements de Tobrouk et de Tripoli, ainsi que diverses milices tribales et islamistes. En juillet 2017, des pourparlers étaient toujours en cours entre le GNA et les autorités basées à Tobrouk pour mettre fin aux conflits et unifier les établissements divisés de l’État, y compris l’armée nationale libyenne et la Banque centrale de Libye. La Libye est membre des Nations Unies (depuis 1955), du Mouvement des pays non alignés, de la Ligue arabe, de l’OCI et de l’OPEP. La religion officielle du pays est l’islam, 96,6% de la population libyenne étant des musulmans sunnites.

L’histoire de la Libye

Libye antique

La plaine côtière de la Libye était habitée par des peuples néolithiques dès 8000 avant JC. Les ancêtres afro-asiatiques du peuple berbère se seraient répandus dans la région à la fin de l’âge du bronze. Le premier nom connu d’une telle tribu était les Garamantes, basés à Germa. Les Phéniciens ont été les premiers à établir des postes de traite en Libye. Au 5ème siècle avant JC, la plus grande des colonies phéniciennes, Carthage, avait étendu son hégémonie à travers une grande partie de l’Afrique du Nord, où une civilisation particulière, connue sous le nom de punique, a vu le jour. En 630 avant JC, les anciens Grecs ont colonisé la région autour du Barça en Libye orientale et ont fondé la ville de Cyrène. En 200 ans, quatre autres villes grecques importantes ont été établies dans la région qui est devenue connue sous le nom de Cyrénaïque.

Libye achéménide

En 525 avant JC, l’armée perse de Cambyse II envahit la Cyrénaïque, qui resta pendant deux siècles sous domination perse ou égyptienne. Alexandre le Grand a été accueilli par les Grecs lorsqu’il est entré en Cyrénaïque en 331 avant JC, et la Libye orientale est à nouveau tombée sous le contrôle des Grecs, cette fois dans le cadre du Royaume ptolémaïque. Après la chute de Carthage, les Romains n’occupèrent pas immédiatement la Tripolitaine (la région de Tripoli), mais la laissèrent à la place sous le contrôle des rois de Numidie, jusqu’à ce que les villes côtières demandent et obtiennent sa protection. Ptolémée Apion, le dernier souverain grec, a légué la Cyrénaïque à Rome, qui a officiellement annexé la région en 74 avant JC et l’a jointe à la Crète en tant que province romaine. Faisant partie de la province d’Africa Nova, la Tripolitaine était prospère et a atteint un âge d’or aux IIe et IIIe siècles, lorsque la ville de Leptis Magna, qui abritait la dynastie Severan, était à son apogée. Du côté oriental, les premières communautés chrétiennes de Cyrénaïque ont été établies à l’époque de l’empereur Claude. Il a été fortement dévasté pendant la guerre de Kitos et presque dépeuplé de Grecs et de Juifs. Bien que repeuplé par Trajan avec des colonies militaires, commence alors son déclin. La Libye était tôt pour se convertir au christianisme de Nicée et était la maison du pape Victor I ; cependant, la Libye a été un foyer pour les premières hérésies telles que l’arianisme et le donatisme. Le déclin de l’Empire romain a vu les villes classiques tomber en ruine, un processus accéléré par le balayage destructeur des Vandales à travers l’Afrique du Nord au 5ème siècle. Lorsque l’Empire est revenu (maintenant sous le nom de Romains de l’Est) dans le cadre des reconquêtes de Justinien du 6ème siècle, des efforts ont été faits pour renforcer les vieilles villes, mais ce n’était qu’un dernier soupir avant de s’effondrer. La Cyrénaïque, qui était restée un avant-poste de l’Empire byzantin pendant la période vandale, a également pris les caractéristiques d’un camp armé. Les gouverneurs byzantins impopulaires ont imposé des taxes lourdes pour couvrir les coûts militaires, tandis que les villes et les services publics – y compris le système d’eau – ont été abandonnés. Au début du 7ème siècle, le contrôle byzantin sur la région était faible, les rébellions berbères devenaient de plus en plus fréquentes et il n’y avait pas grand-chose pour s’opposer à l’invasion musulmane.

Libye islamique

Sous le commandement de ‘Amr ibn al-‘As, l’armée de Rashidun a conquis la Cyrénaïque. En 647, une armée dirigée par Abdullah ibn Saad a pris définitivement Tripoli aux Byzantins. Le Fezzan a été conquis par Uqba ibn Nafi en 663. Les tribus berbères de l’arrière-pays ont accepté l’islam, mais elles ont résisté au pouvoir politique arabe. Pendant les décennies suivantes, la Libye était sous la tutelle du calife omeyyade de Damas jusqu’à ce que les Abbassides renversent les Omeyyades en 750, et la Libye passa sous la domination de Bagdad. Lorsque le calife Harun al-Rashid a nommé Ibrahim ibn al-Aghlab gouverneur de l’Ifriqiya en 800, la Libye jouissait d’une autonomie locale considérable sous la dynastie des Aghlabides. Au 10ème siècle, les Fatimides chiites contrôlaient l’ouest de la Libye et gouvernaient toute la région en 972 et nommèrent Bologhine ibn Ziri gouverneur. La dynastie berbère-ziride d’Ibn Ziri s’est finalement séparée des Fatimides chiites et a reconnu les Abbassides sunnites de Bagdad comme des califes légitimes. En représailles, les Fatimides ont provoqué la migration de milliers de personnes principalement de deux tribus arabes Qaisi, les Banu Sulaym et Banu Hilal vers l’Afrique du Nord. Cet acte a radicalement modifié le tissu de la campagne libyenne et cimenté l’arabisation culturelle et linguistique de la région. Cependant, la domination ziride en Tripolitaine fut de courte durée, et déjà en 1001, les Berbères des Banu Khazrun se séparèrent. La Tripolitaine est restée sous leur contrôle jusqu’en 1146, lorsque la région a été dépassée par les Normands de Sicile. Ce n’est qu’en 1159 que le leader almohade marocain Abd al-Mu’min a reconquis Tripoli sous la domination européenne. Pendant les 50 années suivantes, la Tripolitaine a été le théâtre de nombreuses batailles entre Ayyoubides, dirigeants almohades et insurgés des Banu Ghaniya. Plus tard, un général des Almohades, Muhammad ibn Abu Hafs, a gouverné la Libye de 1207 à 1221 avant l’établissement ultérieur d’une dynastie tunisienne Hafsid indépendante des Almohades. Les Hafsids ont gouverné la Tripolitaine pendant près de 300 ans. Au 16ème siècle, les Hafsides sont de plus en plus pris dans la lutte pour le pouvoir entre l’Espagne et l’Empire ottoman. Après avoir affaibli le contrôle des Abbassides, la Cyrénaïque était sous des États basés en Égypte tels que les Tulunides, les Ikhshididés, les Ayyoubides et les Mamelouks avant la conquête ottomane en 1517. Enfin, Fezzan a acquis son indépendance sous la dynastie Awlad Muhammad après la domination kanem. Les Ottomans ont finalement conquis le Fezzan entre 1556 et 1577.

Tripolitaine ottomane (1551-1911)

Après une invasion réussie de Tripoli par les Habsbourg en Espagne en 1510 et sa remise aux Chevaliers de Saint-Jean, l’amiral ottoman Sinan Pacha prit le contrôle de la Libye en 1551. Son successeur Turgut Reis a été nommé le Bey de Tripoli et plus tard Pacha de Tripoli en 1556. En 1565, l’autorité administrative en tant que régent à Tripoli était confiée à un pacha nommé directement par le sultan à Constantinople / Istanbul. Dans les années 1580, les dirigeants du Fezzan ont prêté allégeance au sultan, et bien que l’autorité ottomane était absente en Cyrénaïque, un bey a été posté à Benghazi à la fin du siècle suivant pour agir en tant qu’agent du gouvernement à Tripoli. Les esclaves européens et un grand nombre de Noirs réduits en esclavage transportés du Soudan étaient également une caractéristique de la vie quotidienne à Tripoli. En 1551, Turgut Reis asservit presque toute la population de l’île maltaise de Gozo, quelque 5 000 personnes, les envoyant en Libye. Avec le temps, le véritable pouvoir est tombé avec le corps des janissaires du pacha. En 1611, les deys ont organisé un coup d’État contre le pacha et Dey Sulayman Safar a été nommé chef du gouvernement. Pendant les cent prochaines années, une série de deys a effectivement gouverné la Tripolitaine. Les deux Deys les plus importants étaient Mehmed Saqizli (r. 1631–49) et Osman Saqizli (r. 1649–72), tous deux également Pacha, qui dirigeait efficacement la région. Ce dernier a également conquis la Cyrénaïque. Faute de direction de la part du gouvernement ottoman, Tripoli est entrée dans une période d’anarchie militaire au cours de laquelle le coup d’État a suivi le coup d’État et peu de deys ont survécu au pouvoir plus d’un an. L’un de ces coups d’État a été dirigé par l’officier turc Ahmed Karamanli. Les Karamanlis ont régné de 1711 à 1835 principalement en Tripolitaine et ont également exercé une influence en Cyrénaïque et au Fezzan au milieu du XVIIIe siècle. Les successeurs d’Ahmad se sont révélés moins capables que lui, cependant, le fragile équilibre des pouvoirs de la région a permis aux Karamanli. La guerre civile tripolitaine de 1793–1795 s’est produite au cours de ces années. En 1793, l’officier turc Ali Benghul destitua Hamet Karamanli et ramena brièvement la Tripolitaine à la domination ottomane. Le frère de Hamet, Yusuf (r. 1795–1832), rétablit l’indépendance de la Tripolitaine. Au début du 19e siècle, une guerre éclata entre les États-Unis et la Tripolitaine, et une série de batailles s’ensuivit dans ce qui fut connu sous le nom de première guerre de Barbarie et de seconde guerre de Barbarie. En 1819, les divers traités des guerres napoléoniennes avaient forcé les États barbares à renoncer presque entièrement à la piraterie et l’économie de la Tripolitaine commença à s’effondrer. Alors que Yusuf s’affaiblissait, des factions se formaient autour de ses trois fils. La guerre civile a rapidement éclaté. Le sultan ottoman Mahmud II a envoyé des troupes ostensiblement pour rétablir l’ordre, marquant la fin de la dynastie Karamanli et de la Tripolitaine indépendante. L’ordre ne se rétablit pas facilement et la révolte des Libyens sous Abd-El-Gelil et Gûma ben Khalifa dura jusqu’à la mort de ce dernier en 1858.  La deuxième période de domination ottomane directe a vu des changements administratifs et un meilleur ordre dans la gouvernance des trois provinces de la Libye. La domination ottomane a finalement réaffirmé au Fezzan entre 1850 et 1875 pour gagner des revenus du commerce saharien.

Libye italienne (1911-1943)

Après la guerre italo-turque (1911-1912), l’Italie a simultanément transformé les trois régions en colonies. De 1912 à 1927, le territoire de la Libye était connu comme l’Afrique du Nord italienne. De 1927 à 1934, le territoire a été divisé en deux colonies, la Cyrénaïque italienne et la Tripolitaine italienne, dirigées par des gouverneurs italiens. Quelque 150 000 Italiens se sont installés en Libye, ce qui représente environ 20% de la population totale.

En 1934, l’Italie a adopté le nom de «Libye» (utilisé par les anciens Grecs et Romains pour toute l’Afrique du Nord, sauf l’Égypte) comme nom officiel de la colonie (composée des trois provinces de Cyrénaïque, Tripolitaine et Fezzan). Omar Mukhtar était le leader de la résistance contre la colonisation italienne et est devenu un héros national malgré sa capture et son exécution le 16 septembre 1931. Son visage est actuellement imprimé sur le billet de dix dinars libyens en mémoire et en reconnaissance de son patriotisme. Idris al-Mahdi as-Senussi (futur roi Idris I), émir de Cyrénaïque, a mené la résistance libyenne à l’occupation italienne entre les deux guerres mondiales. La pacification de la Libye a entraîné la mort massive de peuples indigènes en Cyrénaïque – un quart de la population de 225 000 personnes en Cyrénaïque est décédée. Ilan Pappé estime qu’entre 1928 et 1932, l’armée italienne « a tué la moitié de la population bédouine (directement ou par la maladie et la famine dans les camps de concentration italiens en Libye). » L’historien italien Emilio Gentile estime à 50 000 les décès résultant de la suppression de la résistance.

En 1934, le gouverneur général Balbo a créé l’entité politique appelée « Libye », avec Tripoli pour capitale. Les Italiens ont mis l’accent sur l’amélioration des infrastructures et les travaux publics. En particulier, ils ont considérablement étendu le réseau ferroviaire et routier libyen de 1934 à 1940, construisant des centaines de kilomètres de nouvelles routes et voies ferrées et encourageant la création de nouvelles industries et une douzaine de nouveaux villages agricoles. En juin 1940, l’Italie est entrée dans la Seconde Guerre mondiale. La Libye est devenue le cadre de la campagne nord-africaine âprement disputée qui s’est finalement soldée par une défaite pour l’Italie et son allié allemand en 1943. De 1943 à 1951, la Libye était sous occupation alliée. L’armée britannique a administré les deux anciennes provinces libyennes italiennes de Tripolitana et de Cyrénaïque, tandis que les Français ont administré la province de Fezzan. En 1944, Idris est revenu d’exil au Caire mais a refusé de reprendre sa résidence permanente en Cyrénaïque jusqu’à la suppression de certains aspects du contrôle étranger en 1947. Aux termes du traité de paix de 1947 avec les Alliés, l’Italie a renoncé à toutes ses prétentions à la Libye.

Indépendance, Royaume de Libye et Libye sous la direction de Kadhafi (1951-2011)

Le 24 décembre 1951, la Libye a déclaré son indépendance en tant que Royaume-Uni de Libye, une monarchie constitutionnelle et héréditaire sous le roi Idris, seul monarque de la Libye. La découverte d’importantes réserves de pétrole en 1959 et les revenus ultérieurs des ventes de pétrole ont permis à l’un des pays les plus pauvres du monde de créer un État extrêmement riche. Bien que le pétrole ait considérablement amélioré les finances du gouvernement libyen, le ressentiment de certaines factions a commencé à s’accumuler face à la concentration accrue des richesses du pays entre les mains du roi Idris.

Le 1er septembre 1969, un groupe d’officiers militaires rebelles dirigés par Mouammar Kadhafi a lancé un coup d’État contre le roi Idris, connu sous le nom de Révolution d’Al Fateh. Kadhafi a été désigné comme le « frère leader et guide de la révolution » dans les déclarations du gouvernement et dans la presse officielle libyenne. Dans le but de réduire l’influence italienne, en octobre 1970, tous les actifs appartenant à des Italiens ont été expropriés et la communauté italienne de 12 000 personnes a été expulsée de Libye aux côtés de la plus petite communauté de Juifs libyens. Le jour est devenu une fête nationale connue sous le nom de « jour de la vengeance ». L’augmentation de la prospérité de la Libye s’est accompagnée d’une intensification de la répression politique interne et la dissidence politique a été rendue illégale en vertu de la loi 75 de 1973. Une surveillance généralisée de la population a été effectuée par le biais des comités révolutionnaires de Kadhafi. Kadhafi voulait également lutter contre les strictes restrictions sociales imposées aux femmes par le régime précédent, en créant la formation révolutionnaire des femmes pour encourager les réformes. En 1970, une loi a été introduite affirmant l’égalité des sexes et insistant sur la parité salariale. En 1971, Kadhafi a parrainé la création d’une Fédération générale libyenne des femmes. En 1972, une loi a été votée criminalisant le mariage de toute femme de moins de seize ans et garantissant que le consentement d’une femme était une condition préalable nécessaire au mariage.

Le 25 octobre 1975, une tentative de coup d’État a été lancée par une vingtaine d’officiers militaires, principalement de la ville de Misrata. Cela a abouti à l’arrestation et à l’exécution des comploteurs du coup d’État.  Le 2 mars 1977, la Libye est officiellement devenue la « Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste ». Kadhafi a officiellement transféré le pouvoir aux Comités populaires généraux et a déclaré qu’il n’était désormais plus qu’une figure de proue symbolique. La nouvelle structure de gouvernance de la Jamahiriya (arabe pour « république ») qu’il a établie était officiellement appelée « démocratie directe ». En février 1977, la Libye a commencé à livrer des fournitures militaires à Goukouni Oueddei et aux Forces armées populaires du Tchad. Le conflit entre le Tchad et la Libye a commencé sérieusement lorsque le soutien de la Libye aux forces rebelles dans le nord du Tchad s’est transformé en invasion. Plus tard dans la même année, la Libye et l’Égypte ont mené une guerre frontalière de quatre jours connue sous le nom de guerre libyenne-égyptienne. Les deux nations ont convenu d’un cessez-le-feu sous la médiation du président algérien Houari Boumediène. Des centaines de Libyens ont perdu la vie grâce au soutien du pays à l’Ouganda d’Idi Amin dans sa guerre contre la Tanzanie. Kadhafi a financé divers autres groupes des mouvements anti-nucléaires aux syndicats australiens.

À partir de 1977, le revenu par habitant du pays a atteint plus de 11 000 $ US, le cinquième le plus élevé d’Afrique, tandis que l’indice de développement humain est devenu le plus élevé d’Afrique et supérieur à celui de l’Arabie saoudite. Cela a été réalisé sans emprunter de prêts étrangers, gardant la Libye libre de toute dette. La grande rivière artificielle a également été construite pour permettre le libre accès à l’eau douce dans de grandes parties du pays. En outre, un soutien financier a été fourni pour les bourses universitaires et les programmes d’emploi. Une grande partie des revenus libyens provenant du pétrole, qui a grimpé en flèche dans les années 1970, a été dépensé pour l’achat d’armes et le parrainage de dizaines de paramilitaires et de groupes terroristes dans le monde. Une frappe aérienne américaine destinée à tuer Kadhafi a échoué en 1986. La Libye a finalement été sanctionnée par les Nations Unies après le bombardement d’un vol commercial qui a tué 270 personnes.

Guerre civile 2011

Après que les mouvements du printemps arabe ont renversé les dirigeants de la Tunisie et de l’Égypte, la Libye a connu une révolte à grande échelle à partir du 17 février 2011. Le régime autoritaire libyen dirigé par Mouammar Kadhafi a opposé beaucoup plus de résistance que les régimes égyptien et tunisien. Bien que le renversement des régimes en Égypte et en Tunisie ait été un processus relativement rapide, la campagne de Kadhafi a posé des obstacles importants aux soulèvements en Libye. La première annonce d’une autorité politique concurrente est apparue en ligne et a déclaré le Conseil national de transition intérimaire comme gouvernement alternatif. L’un des conseillers principaux de Kadhafi a répondu en publiant un tweet, dans lequel il a démissionné, fait défection et a conseillé à Kadhafi de fuir. Le 20 février, les troubles s’étaient étendus à Tripoli. Le 27 février 2011, le Conseil national de transition a été créé pour administrer les zones de Libye sous contrôle rebelle. Le 10 mars 2011, la France est devenue le premier État à reconnaître officiellement le conseil comme le représentant légitime du peuple libyen. Les forces pro-Kadhafi ont pu répondre militairement aux poussées rebelles dans l’ouest de la Libye et ont lancé une contre-attaque le long de la côte en direction de Benghazi, le centre de facto du soulèvement. La ville de Zawiya, à 48 kilomètres (30 mi) de Tripoli, a été bombardée par des avions de l’armée de l’air et des chars de l’armée et saisie par les troupes de la Jamahiriya, « exerçant un niveau de brutalité jamais vu dans le conflit. »

Des organisations des Nations Unies, y compris le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, et le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, ont condamné la répression comme violant le droit international, ce dernier organe expulsant carrément la Libye dans une action sans précédent. Le 17 mars 2011, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté la résolution 1973 avec 10 voix contre 0 et cinq abstentions, dont la Russie, la Chine, l’Inde, le Brésil et l’Allemagne. La résolution a sanctionné la création d’une zone d’exclusion aérienne et l’utilisation de « tous les moyens nécessaires » pour protéger les civils en Libye. Le 19 mars, le premier acte des alliés de l’OTAN pour sécuriser la zone d’exclusion aérienne a commencé par détruire les défenses aériennes libyennes lorsque des avions militaires français sont entrés dans l’espace aérien libyen lors d’une mission de reconnaissance annonçant des attaques contre des cibles ennemies. Dans les semaines qui ont suivi, les forces américaines ont été à l’avant-garde des opérations de l’OTAN contre la Libye. Plus de 8 000 militaires américains dans des navires de guerre et des avions ont été déployés dans la région. Au moins 3 000 cibles ont été touchées en 14 202 sorties de frappe, dont 716 à Tripoli et 492 à Brega. L’offensive aérienne américaine comprenait des vols de bombardiers B-2 Stealth, chaque bombardier armé de seize bombes de 2000 livres, décollant et revenant à leur base dans le Missouri, dans le continent américain. Le soutien apporté par les forces aériennes de l’OTAN a contribué au succès ultime de la révolution. Le 22 août 2011, des combattants rebelles étaient entrés à Tripoli et avaient occupé la place verte, qu’ils ont rebaptisée place des Martyrs en l’honneur des tués depuis le 17 février 2011. Le 20 octobre 2011, les derniers combats violents du soulèvement ont pris fin. dans la ville de Syrte. La bataille de Syrte a été à la fois la dernière bataille décisive et la dernière en général de la première guerre civile libyenne où Kadhafi a été capturé et tué. La défaite des forces loyalistes a été célébrée le 23 octobre 2011, trois jours après la chute de Syrte. Au moins 30 000 Libyens sont morts pendant la guerre civile. En outre, le Conseil national de transition a estimé à 50 000 le nombre de blessés.

L’ère post-Kadhafi et la deuxième guerre civile

Depuis la défaite des forces loyalistes, la Libye a été déchirée par de nombreuses milices rivales et armées affiliées à des régions, villes et tribus distinctes, tandis que le gouvernement central a été faible et incapable d’exercer efficacement son autorité sur le pays. Les milices concurrentes se sont opposées les unes aux autres dans une lutte politique entre les politiciens islamistes et leurs opposants. Le 7 juillet 2012, les Libyens ont tenu leurs premières élections législatives depuis la fin de l’ancien régime. Le 8 août 2012, le Conseil national de transition a officiellement remis le pouvoir au Congrès national général, entièrement élu, qui a ensuite été chargé de la formation d’un gouvernement intérimaire et de l’élaboration d’une nouvelle constitution libyenne à approuver lors d’un référendum général. Le 25 août 2012, dans ce que Reuters a qualifié de « l’attaque sectaire la plus flagrante » depuis la fin de la guerre civile, des assaillants organisés sans nom ont rasé une mosquée soufie avec des tombes, en plein jour dans le centre de Tripoli, la capitale libyenne. C’était le deuxième tel rasage d’un site soufi en deux jours. De nombreux actes de vandalisme et de destruction du patrimoine ont été perpétrés par des milices islamistes présumées, notamment la suppression de la statue de la Gazelle nue et la destruction et la profanation de tombes britanniques de la Seconde Guerre mondiale près de Benghazi. De nombreux autres cas de vandalisme lié au patrimoine ont été perpétrés et auraient été perpétrés par des milices radicales et des foules islamistes qui ont détruit, volé ou pillé un certain nombre de sites historiques qui sont actuellement en danger. Le 11 septembre 2012, des militants islamistes ont lancé une attaque surprise contre le consulat américain à Benghazi, tuant l’ambassadeur américain en Libye, J. Christopher Stevens, et trois autres. L’incident a provoqué l’indignation aux États-Unis et en Libye.

Le 7 octobre 2012, le Premier ministre élu de la Libye, Mustafa A.G. Abushagur, a été évincé après avoir échoué une deuxième fois à obtenir l’approbation parlementaire pour un nouveau cabinet. Le 14 octobre 2012, le Congrès national général a élu l’ancien membre du GNC et avocat des droits humains Ali Zeidan au poste de Premier ministre désigné. Zeidan a prêté serment après l’approbation de son cabinet par le GNC. Le 11 mars 2014, après avoir été évincé par le GNC pour son incapacité à arrêter une cargaison de pétrole voyous, le Premier ministre Zeiden a démissionné et a été remplacé par le Premier ministre Abdullah al-Thani. Le 25 mars 2014, face à une instabilité croissante, le gouvernement d’al-Thani a brièvement exploré la possibilité de restaurer la monarchie libyenne.

En juin 2014, des élections ont eu lieu à la Chambre des représentants, nouvel organe législatif destiné à succéder au Congrès national général. Les élections ont été entachées de violence et de faible taux de participation, les bureaux de vote étant fermés dans certaines régions. Les laïcs et les libéraux ont bien fait aux élections, à la consternation des législateurs islamistes du GNC, qui se sont réunis à nouveau et ont déclaré un mandat permanent pour le GNC, refusant de reconnaître la nouvelle Chambre des représentants. Des partisans armés du Congrès national général ont occupé Tripoli, forçant le parlement nouvellement élu à fuir à Tobrouk.

La Libye est déchirée par le conflit entre les parlements rivaux depuis la mi-2014. Les milices tribales et les groupes djihadistes ont profité du vide du pouvoir. Plus particulièrement, des combattants islamistes radicaux ont saisi Derna en 2014 et Syrte en 2015 au nom de l’État islamique d’Irak et du Levant. Début 2015, l’Égypte voisine a lancé des frappes aériennes contre l’EIIL à l’appui du gouvernement de Tobrouk.

En janvier 2015, des réunions ont eu lieu dans le but de trouver un accord pacifique entre les parties rivales en Libye. Les soi-disant pourparlers Genève-Ghadames étaient censés réunir le GNC et le gouvernement Tobrouk autour d’une table pour trouver une solution au conflit interne. Cependant, le GNC n’a en fait jamais participé, signe que la division interne n’a pas seulement affecté le « camp de Tobrouk », mais aussi le « camp de Tripoli ». Entre-temps, le terrorisme en Libye n’a cessé d’augmenter, touchant également les pays voisins. L’attentat terroriste perpétré contre le musée du Bardo le 18 mars 2015 aurait été perpétré par deux militants formés en Libye. En 2015, une série prolongée de réunions diplomatiques et de négociations de paix a été soutenue par les Nations Unies, sous la conduite du Représentant spécial du Secrétaire général (RSSG), le diplomate espagnol Bernardino Leon. L’appui de l’ONU au processus de dialogue dirigé par le RSSG s’est poursuivi en plus du travail habituel de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL).

En juillet 2015, le RSSG Leon a rendu compte au Conseil de sécurité des Nations Unies de l’avancement des négociations, qui à ce moment-là venaient de conclure un accord politique le 11 juillet établissant « un cadre global … comprenant des principes directeurs … les institutions et la prise de décision » mécanismes pour guider la transition jusqu’à l’adoption d’une constitution permanente.  » L’objectif déclaré de ce processus était « … destiné à aboutir à la création d’un État moderne et démocratique fondé sur le principe de l’inclusion, de l’État de droit, de la séparation des pouvoirs et du respect des droits de l’homme ». Le RSSG a félicité les participants d’avoir conclu un accord, déclarant que « le peuple libyen s’est exprimé sans équivoque en faveur de la paix ». Le RSSG a ensuite informé le Conseil de sécurité que « la Libye est à un stade critique » et a exhorté « toutes les parties en Libye à continuer de s’engager de manière constructive dans le processus de dialogue », déclarant que « ce n’est que par le dialogue et le compromis politique qu’une résolution pacifique de la Une transition pacifique ne pourra réussir en Libye que grâce à un effort important et coordonné de soutien à un futur gouvernement d’accord national… « . Les pourparlers, les négociations et le dialogue se sont poursuivis à la mi-2015 dans divers lieux internationaux, pour aboutir à Skhirat au Maroc début septembre. Toujours en 2015, dans le cadre du soutien continu de la communauté internationale, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a demandé un rapport sur la situation en Libye et le Haut-Commissaire aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a établi un un organisme d’enquête (OIOL) chargé de faire rapport sur les droits de l’homme et la reconstruction du système judiciaire libyen. La Libye, envahie par le chaos, est devenue un point de transit majeur pour les personnes qui tentent d’atteindre l’Europe. Plus de 700 000 migrants sont arrivés en Italie par bateau depuis 2013. En mai 2018, les dirigeants rivaux de la Libye ont convenu de tenir des élections parlementaires et présidentielles à la suite d’une réunion à Paris. En avril 2019, Khalifa Haftar a lancé l’opération Flood of Dignity, dans une offensive de l’armée nationale libyenne visant à saisir les territoires occidentaux au gouvernement d’accord national (GNA). En juin 2019, les forces alliées au gouvernement libyen d’accord national reconnu par les Nations Unies ont réussi à capturer Gharyan, une ville stratégique où le commandant militaire Khalifa Haftar et ses combattants étaient basés. Selon un porte-parole des forces du GNA, Mustafa al-Mejii, des dizaines de combattants de la LNA sous Haftar ont été tués, tandis qu’au moins 18 ont été faits prisonniers.

La politique de la Libye

La législature de la Libye est la Chambre monocamérale des représentants qui se réunit à Tobrouk. L’ancienne législature était le Congrès national général, qui comptait 200 sièges. Le Congrès national général (2014), un parlement rival largement méconnu basé dans la capitale de jure de Tripoli, prétend être une continuation légale du GNC. Le 7 juillet 2012, les Libyens ont voté aux élections législatives, les premières élections libres en près de 40 ans. Une trentaine de femmes ont été élues pour devenir membres du Parlement. Les premiers résultats du vote ont montré que l’Alliance des Forces nationales, dirigée par l’ancien Premier ministre intérimaire Mahmoud Jibril, était le chef de file. Le Parti de la justice et de la construction, affilié aux Frères musulmans, a moins bien réussi que des partis similaires en Égypte et en Tunisie. Il a remporté 17 des 80 sièges contestés par les partis, mais environ 60 indépendants ont depuis rejoint son caucus. En janvier 2013, le public a exercé une pression croissante sur le Congrès national pour qu’il crée un organe de rédaction chargé de créer une nouvelle constitution. Le Congrès n’a pas encore décidé si les membres de l’organe seraient élus ou nommés. Le 30 mars 2014, le Congrès national général a voté pour se remplacer par une nouvelle Chambre des représentants. La nouvelle législature alloue 30 sièges aux femmes, disposera de 200 sièges au total (avec des individus pouvant se présenter comme membres de partis politiques) et permettra aux Libyens de nationalité étrangère de se présenter aux élections. Après les élections de 2012, Freedom House a amélioré la note de la Libye de Non libre à Partiellement libre et considère désormais le pays comme une démocratie électorale. Kadhafi a fusionné les tribunaux civils et la charia en 1973. Les tribunaux civils emploient maintenant des juges de la charia qui siègent dans les cours d’appel ordinaires et se spécialisent dans les affaires d’appel de la charia. Les lois concernant le statut personnel sont dérivées de la loi islamique. Lors d’une réunion de la commission des affaires étrangères du Parlement européen le 2 décembre 2014, le représentant spécial des Nations unies, Bernardino León, a qualifié la Libye de non-État. Un accord pour former un gouvernement intérimaire unifié a été signé le 17 décembre 2015. Aux termes de l’accord, un Conseil de présidence de neuf membres et un gouvernement d’accord national de dix-sept membres seraient formés, en vue de la tenue de nouvelles élections dans un délai de deux ans. La Chambre des représentants continuerait d’exister en tant que législature et un organe consultatif, appelé Conseil d’État, sera formé de membres nommés par le Congrès national général (2014).

L’économie de la Libye

L’économie libyenne dépend principalement des revenus du secteur pétrolier, qui représentent plus de la moitié du PIB et 97% des exportations. La Libye détient les plus grandes réserves prouvées de pétrole en Afrique et est un contributeur important à l’approvisionnement mondial en brut léger et doux. En 2010, lorsque le pétrole était en moyenne de 80 dollars le baril, la production de pétrole représentait 54% du PIB. Outre le pétrole, les autres ressources naturelles sont le gaz naturel et le gypse. Le Fonds monétaire international a estimé la croissance du PIB réel de la Libye à 122% en 2012 et 16,7% en 2013, après une chute de 60% en 2011. La Banque mondiale définit la Libye comme une «économie à revenu intermédiaire de la tranche supérieure», avec seulement sept autres pays africains. Des revenus substantiels provenant du secteur de l’énergie, associés à une petite population, donnent à la Libye l’un des PIB par habitant les plus élevés d’Afrique. Cela a permis à l’État libyen arabe de la Jamahiriya d’assurer un niveau élevé de sécurité sociale, en particulier dans les domaines du logement et de l’éducation. La Libye est confrontée à de nombreux problèmes structurels, notamment un manque d’institutions, une gouvernance médiocre et un chômage structurel chronique. L’économie affiche un manque de diversification économique et une forte dépendance à l’égard de la main-d’œuvre immigrée.  La Libye s’est traditionnellement appuyée sur des niveaux élevés et insoutenables d’embauche dans le secteur public pour créer des emplois. Au milieu des années 2000, le gouvernement employait environ 70% de tous les employés nationaux. Le chômage est passé de 8% en 2008 à 21% en 2009, selon les chiffres du recensement. Selon un rapport de la Ligue arabe, basé sur des données de 2010, le chômage des femmes s’élève à 18% tandis que celui des hommes est de 21%, faisant de la Libye le seul pays arabe où il y a plus d’hommes au chômage que de femmes. La Libye a des niveaux élevés d’inégalité sociale, des taux élevés de chômage des jeunes et des disparités économiques régionales. L’approvisionnement en eau est également un problème, 28% de la population n’ayant pas accès à l’eau potable en 2000.

La Libye importe jusqu’à 90% de ses besoins de consommation de céréales et les importations de blé en 2012/13 étaient estimées à environ 1 million de tonnes. La production de blé de 2012 était estimée à environ 200 000 tonnes. Le gouvernement espère porter la production alimentaire à 800 000 tonnes de céréales d’ici 2020. Cependant, les conditions naturelles et environnementales limitent le potentiel de production agricole de la Libye. Avant 1958, l’agriculture était la principale source de revenus du pays, représentant environ 30% du PIB. Avec la découverte du pétrole en 1958, la taille du secteur agricole a diminué rapidement, représentant moins de 5% du PIB en 2005. Le pays a adhéré à l’OPEP en 1962. La Libye n’est pas membre de l’OMC, mais les négociations pour son accession ont commencé en 2004. Au début des années 80, la Libye était l’un des pays les plus riches du monde ; son PIB par habitant était supérieur à celui de certains pays développés.

Au début des années 2000, des responsables de l’ère de la Jamahiriya ont mené des réformes économiques pour réintégrer la Libye dans l’économie mondiale. Les sanctions de l’ONU ont été levées en septembre 2003 et la Libye a annoncé en décembre 2003 qu’elle abandonnerait les programmes de fabrication d’armes de destruction massive. D’autres mesures ont consisté à demander l’adhésion à l’Organisation mondiale du commerce, à réduire les subventions et à annoncer des plans de privatisation. Les autorités ont privatisé plus de 100 entreprises publiques après 2003 dans des secteurs tels que le raffinage du pétrole, le tourisme et l’immobilier, dont 29 étaient détenus à 100% par des étrangers. De nombreuses sociétés pétrolières internationales sont rentrées dans le pays, notamment les géants pétroliers Shell et ExxonMobil. Après la levée des sanctions, le trafic aérien a augmenté progressivement et, en 2005, il y avait 1,5 million de voyageurs aériens par an. La Libye était depuis longtemps un pays notoirement difficile à visiter pour les touristes occidentaux en raison des exigences strictes en matière de visa. En 2007, Saif al-Islam Kadhafi, le deuxième fils aîné de Mouammar Kadhafi, a participé à un projet de développement vert appelé Zone de développement durable de la Montagne verte, qui visait à amener le tourisme à Cyrène et à préserver les ruines grecques de la région. En août 2011, il a été estimé qu’il faudrait au moins 10 ans pour reconstruire les infrastructures de la Libye. Même avant la guerre de 2011, l’infrastructure de la Libye était en mauvais état en raison de la « négligence totale » de l’administration de Kadhafi, selon le CNT. En octobre 2012, l’économie s’était remise du conflit de 2011, la production de pétrole étant revenue à des niveaux presque normaux. La production de pétrole était de plus de 1,6 million de barils par jour avant la guerre. En octobre 2012, la production moyenne de pétrole avait dépassé 1,4 million de b / j. La reprise de la production a été rendue possible grâce au retour rapide de grandes sociétés occidentales, telles que Total, Eni, Repsol, Wintershall et Occidental. En 2016, une annonce de la société a déclaré que la société vise 900 000 barils par jour au cours de la prochaine année. La production de pétrole est tombée de 1,6 million de barils par jour à 900 000 en quatre ans de guerre.

La démographie de la Libye

La Libye est un grand pays avec une population relativement petite, et la population est concentrée très étroitement le long de la côte. La densité de population est d’environ 50 personnes par km² (130 / sq. Mi.) Dans les deux régions septentrionales de la Tripolitaine et de la Cyrénaïque, mais tombe à moins d’une personne par km² (2,6 / sq. Mi.) Ailleurs. Quatre-vingt-dix pour cent de la population vit dans moins de 10% de la zone, principalement le long de la côte. Environ 88% de la population est urbaine, principalement concentrée dans les trois plus grandes villes, Tripoli, Benghazi et Misrata. La Libye compte environ 6,7 millions d’habitants dont 27,7% ont moins de 15 ans. En 1984, la population était de 3,6 millions d’habitants, une augmentation par rapport aux 1,54 millions déclarés en 1964. La majorité de la population libyenne est aujourd’hui identifiée comme arabe, c’est-à-dire arabophone et de culture arabe. Cependant, selon des études ADN, 90% de cette population arabe libyenne est en fait composée de berbères arabisés, tandis que les libyens berbères, ceux qui conservent la langue et la culture berbères, constituent une minorité. Il y a environ 140 tribus et clans en Libye. La vie de famille est importante pour les familles libyennes, dont la majorité vivent dans des immeubles d’appartements et d’autres logements indépendants, avec des modes de logement précis en fonction de leurs revenus et de leur richesse. Bien que les Libyens arabes vivaient traditionnellement des modes de vie nomades dans des tentes, ils se sont maintenant installés dans diverses villes. Pour cette raison, leurs anciens modes de vie disparaissent progressivement. Un petit nombre inconnu de Libyens vivent toujours dans le désert comme le font leurs familles depuis des siècles. La majeure partie de la population a des emplois dans l’industrie et les services, et un petit pourcentage est dans l’agriculture. Selon le HCR, il y avait environ 8 000 réfugiés enregistrés, 5 500 réfugiés non enregistrés et 7 000 demandeurs d’asile de diverses origines en Libye en janvier 2013. En outre, 47 000 ressortissants libyens ont été déplacés à l’intérieur du pays et 46 570 étaient des rapatriés déplacés à l’intérieur du pays.

L’éducation de la Libye

La population libyenne comprend 1,7 million d’étudiants, dont plus de 270 000 étudient au niveau supérieur. L’éducation de base en Libye est gratuite pour tous les citoyens et obligatoire jusqu’au niveau secondaire. Le taux d’alphabétisation des adultes en 2010 était de 89,2%. Après l’indépendance de la Libye en 1951, sa première université – l’Université de Libye – a été créée à Benghazi par décret royal. Au cours de l’année universitaire 1975-1976, le nombre d’étudiants universitaires était estimé à 13 418. En 2004, ce nombre était passé à plus de 200 000, avec 70 000 supplémentaires inscrits dans le secteur technique et professionnel supérieur. L’augmentation rapide du nombre d’étudiants dans le secteur de l’enseignement supérieur s’est traduite par une augmentation du nombre d’établissements d’enseignement supérieur. Depuis 1975, le nombre d’universités est passé de deux à neuf et après leur introduction en 1980, le nombre d’établissements d’enseignement technique et professionnel supérieur est actuellement de 84 (avec 12 universités publiques). Depuis 2007, de nouvelles universités privées comme la Libyan International Medical University ont été créées. Bien qu’avant 2011, un petit nombre d’établissements privés aient été accrédités, la majorité de l’enseignement supérieur libyen a toujours été financée par le budget public. En 1998, le budget alloué à l’éducation représentait 38,2% du budget national total de la Libye.

Les langues de la Libye

Selon la CIA, la langue officielle de la Libye est l’arabe. La variété arabe libyenne locale est parlée aux côtés de l’arabe standard moderne. Diverses langues berbères sont également parlées, notamment le tamasheq, le ghadamis, le nafusi, le suknah et le awjilah. Le Haut Conseil libyen amazigh (LAHC) a déclaré la langue amazigh (berbère ou tamazight) comme langue officielle dans les villes et les districts habités par les Berbères en Libye. En outre, l’italien et l’anglais sont largement compris dans les grandes villes, les premiers étant utilisés dans le commerce et toujours parlés parmi la population italienne restante.
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés