Guinée-Bissau : Iaia Djalo, ancien conseiller spécial du président désigné candidat pour les prochaines élections présidentielles

Afriquinfos Editeur 5 Vues
2 Min de Lecture

Bissau (© 2019 Afriquinfos)- D’après un communiqué de presse du Conseil national du PND, Iaia Djalo, ancien conseiller spécial du président bissau-guinéen et leader du Parti de la nouvelle démocratie (PND), a été désigné candidat du parti à l’élection présidentielle de la Guinée-Bissau prévue le 24 novembre prochain.

A l’issue d’un vote au sein du Conseil national du PND, M. Djalo a été désigné par 131 membres sur 151 qui ont voté, et 11 membres pour Braima Cassama, alors que neuf personnes se sont abstenues, précise le communiqué.

M. Djalo, ministre du Commerce et de l’Artisanat de l’actuel gouvernement d’Aristides Gomes, a participé à toutes les élections présidentielles depuis 2005.

En tant que candidat désigné, il a promis de garantir, s’il est élu, la stabilité gouvernementale et parlementaire.

Il a également promis de favoriser les relations avec l’Union européenne, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP), l’Union africaine (UA) et les Nations Unies (ONU), afin de promouvoir la Guinée-Bissau dans le monde entier.

Aspect finance

De l’autre côté, le ministre de l’Administration territoriale en charge de la gestion des élections, Odete Semedo a fait savoir que le coût de l’élection présidentielle bissau-guinéenne a été estimé à 5,9 millions d’euros, après une compression du budget initial de 8,7 millions d’euros, décidée par le ministère des finances.

Le montant retenu inclut les dépenses et les dettes présentées par diverses entités participant au processus, notamment le ministère public, la Commission nationale électorale (CNE), les forces de défense et de sécurité, le Bureau d’appui technique au processus électoral (GTAPE) et le ministère de l’administration territoriale, a-t-elle précisé.

S’exprimant lors d’une conférence de presse, Mme Semedo a laissé entendre que sur le montant global prévu pour la présidentielle, le gouvernement bissau-guinéen « finance déjà les principales dépenses » et le Portugal a déjà proposé de fournir du matériel électoral, qui devrait être comptabilisé dans le budget.

V.A.