Guinée : Alpha Condé appelle au "calme" après l’attaque de sa résidence

ecapital
2 Min de Lecture

Dans un message radiodiffusé, Alpha Condé a confirmé l'attaque de sa résidence qui a fait un mort parmi sa garde avant d'appeler la population à "rester calme et à éviter toute manifestation populaire".

Le président a déclaré être sain et sauf grâce à la garde républicaine qui a "bataillé dur" de 3h10 à 5h du matin (locale et GMT).

Les assaillants lourdement armés ont été repoussés mais un élément de la garde présidentielle a été tué.

- Advertisement -

Alpha Condé a ajouté que "la marche du peuple de Guinée ne saurait s'arrêter".

"Faites-moi confiance, je vous fais confiance", a-t il conclu.

 Les militaires procèdent depuis matin à la fouille systématique des véhicules dans certains endroits de la capitale Conakry.

 Plusieurs endroits et sites stratégiques de l'Etat ont été occupés par les militaires de la garde présidentielle lourdement armés, a constaté un journaliste de Xinhua sur place.

 La circulation a été bloquée par des militaires devant le carrefour du domicile du président à Kipé. Pour éviter des bruits et des attroupements dans les environs du lieu de l'attaque.

 A la maison de la Radio télévision guinéenne (RTG) à Koloma, une unité de soldats veille à la sortie et à l'entrée des journalistes travaillant pour ce media d'Etat.

Dans les principaux carrefours, des unités composées de gendarmes, de policiers et de militaires, vigilantes, surveillent la circulation non sans procéder à la fouille des voitures et des personnes.

 A Mafanco, quartier où réside la famille d'Alpha Condé, la sécurité est renforcée avec la présence de camions chargés de militaires, rapporte un habitant joint par téléphone.

Devant les camps militaires  (camp Alpha Yaya Diallo, camp Almamy Samory Touré, camp Camayenne et camp Makambo), des militaires sont postés, armes lourdes au poing et en alerte maximale.

Un calme régnait sur la ville de Conakry où la circulation était au ralenti et les magasins, boutiques, banques restaient fermés.