Egypte : 12 partisans de Morsi condamnés à la peine capitale

Afriquinfos Editeur 9 Vues
2 Min de Lecture

Ces personnes sont accusés d'être impliquées dans un affrontement entre des islamistes et la police le 19 septembre 2013, durant lequel Nabil Farag, assistant du chef de la sécurité de Gizeh, a été tué.

Les prévenus ont aussi été accusés d'avoir formé un groupe terroriste, attaqué des locaux de la police et de s'en être pris à des églises et des bâtiments publics, en plus d'avoir troublé l'ordre public. Huit des accusés sont en détention mais quatre d'entre eux n'ont toujours pas été arrêtés. Après que la cour a rendu son jugement, l'affaire a été transférée au bureau du Grand Mufti pour révision. Le verdict final sera rendu le 8 août.

Depuis la destitution en juillet dernier de M. Morsi, premier président placé à la tête du pays à l'issue d'élections libres, l'Egypte a connu une vague d'attaques et d'attentats à la bombe visant des locaux et du personnel de sécurité, principalement dans la région instable du Sinaï. Récemment, les attaques ont gagné Le Caire, la capitale du pays, ainsi que les villes du delta du Nil. Un récent rapport gouvernemental a chiffré à près de 500 le nombre de personnes tuées dans les attaques des activistes. La plupart des victimes sont des soldats et des policiers.

Des milliers de partisans de M. Morsi et de membres des Frères musulmans, organisation désormais interdite, ainsi que des journalistes et des militants laïcs, ont été arrêtés et condamnés à de longues peines de prison.