Les dirigeants africains réitèrent les appels pour le financement de la lutte contre le changement climatique

Afriquinfos Editeur 8 Vues
3 Min de Lecture

Les chefs d' Etat et de gouvernement qui se sont réunis au sommet de l' Union Africaine (UA) à Malabo ont souligné que le nord industriel doit aider les pays africains à s' adapter aux clocs climatiques.

 "L' Afrique ne contribue qu' à moins de 3 % du total des gaz à effet de serre qui causent le changement climatique. Cela justifie que nous demandions au monde développé de contribuer davantage pour combler la facture ", a déclaré le président tanzanien, Jakaya Kikwete.

 M. Kikwete a expliqué que le financement du déficit, la lente adoption technologique et les politiques décousues nuisent à la lutte contre le changement climatique en Afrique.

 "Faire face au changement climatique nécessite des ressources financières importantes et un soutien technologique jamais encore envisagé. Par exemple, faire face à l' adaptation seulement nécessite des ressources financières allant de 7 à 15 milliards de dollars de dollars par an d' ici 2020", a déclaré M. Kikwete aux dirigeants et diplomates africains.

 La communauté internationale est lente à honorer ses promesses financières pour aider les nations africaines à lutter contre les difficultés liées au changement climatique.

"Les évaluations scientifiques montrent que l' Afrique sub-saharienne souffrira des catastrophes liées au climat. Il y aura une baisse de 19 % et 68 % des récoltes de maïs et de grains respectivement", a illustre M. Kikwete.

 Il a précisé que les nations africaines pourraient perdre 311 millions de dollars par an à cause des impacts du changement climatique sur les secteurs économiques basés sur les ressources.

Les dirigeants politiques africains ont rejoint la société civile pour demander plus d' argent pour lutter contre le changement climatique.

Le Comité des chefs d' Etat et de gouvernement africains sur le changement climatique, dirigé par le président tanzanien, demande aux grands pollueurs d'augmenter les flux financiers et les technologies requises pour l' adaptation au changement climatique.

Il demande également aux gouvernements de mettre en place des cadres politiques et législatifs pour faciliter l' absorption des fonds pour le climat.