Deux policiers cap-verdiens soupçonnés de trafic de drogue

Afriquinfos Editeur 4 Vues
2 Min de Lecture

Ces agents de la direction de la police des étrangers étaient, selon Praia, en "mission de routine d'escorte" d'une citoyenne bissau-guinéenne expulsée du Cap-Vert pour trafic de drogue.

Rui Barros a déclaré que les policiers cap-verdiens sont entrés à Bissau "avec de fausses adresses et de fausses raisons de séjour ", déclarant "qu'ils sont venus à Bissau pour des vacances et n' ont pas évoqué l'extradition d'une citoyenne bissau-guinéenne impliquée dans le trafic de drogue au Cap-Vert".

"Le plus grave encore, les deux policiers n'ont ni informé les autorités bissau-guinéennes encore moins le consulat de Guinée- Bissau au Cap-Vert, au moment de l'expulsion" de la Bissau- guinéenne", a indiqué Rui Duarte Barros.

Il a précisé que les deux agents de police sont détenus à la prison de la police judiciaire à Bissau en même temps qu'un autre citoyen cap-verdien accusé de trafic de drogue entre le Brésil et la Guinée-Bissau.

Le chef du gouvernement bissau-guinéen a assuré que les droits des détenus seront respectés, ainsi que la durée de leur détention conformément à la loi bissau-guinéenne.

Pour sa part, la Ligue bissau-guinéenne des Droits de l'Homme dénonce dans un communiqué que les deux suspects soient détenus sans avoir été présentés à un juge d'instruction. Elle invite les autorités à respecter le principe de la légalité et des normes internationales sur les droits des détenus.

A Praia, le gouvernement capverdien a demandé jeudi aux autorités bissau-guinéennes des clarifications sur les conditions et les fondements juridiques de l'arrestation des deux agents capverdiens.

Selon la ministre de l'Administration interne capverdienne, Marisa Morais, les deux policiers ont été entendus mardi par le ministère public bissau-guinéen, sans qu'une accusation soit, jusqu'à présent, officialisée à leur encontre.