Décès du prix Nobel sud-africain, Nadine Gordimer, fervante opposante à l’Apartheid

Afriquinfos Editeur
2 Min de Lecture

Agée de 90 ans, l’écrivain Nadine Gordimer avait vécu les moments les plus sombre de la ségrégation raciale qu’a connue l’Afrique du Sud dans les années 60-70. Née en Afrique du Sud, elle n'avait jamais souhaité abandonné son pays.

Auteur de 15 romans et de nombreuses nouvelles, son oeuvre a longtemps été interdite durant le régime de l'Apartheid avant son abolition en 1991. Son dernier roman, elle l'avait publié en 2012 sous le nom de "No Time Like The Present" (Vivre à présent).

Elle avait choisi d’utiliser sa plume pour dénoncer la ségrégation qui régnait dans son pays même si elle le faisait d’une manière très subtile de peur tomber dans la propagande en parlant d’un sujet qui la touchait tellement. Récompensé pour son talent d’écrivain en 1991 par le prix Nobel de littérature, elle était également engagée puisqu’elle avait témoigné à un procès 1986 sauvant ainsi la vie de personnes accusées de trahison.

- Advertisement -

Cet engagement lui a valu le respect de l’icône de la lutte anti-Apartheid Nelson Mandela qui avait d’ailleurs souhaité la voir immédiatement après sa libération en 1990.

Cette grande dame est décédée hier, dimanche 13 juillet, dans la soirée paisiblement dans sa maison de Pretoria selon sa famille.

Ce décès arrive quelques jours après le refus de la remise en liberté de celui qui est considéré comme le « numéro un » des tueurs de l’Apartheid. Eugène de Kock, aujourd’hui âgé de 65 ans est en prison depuis 20 ans pour 89 crimes et délits. Il a été condamné à 212 ans de prison.


Afriquinfos