Crise en Egypte : Catherine Ashton au Caire en quête d’une solution de médiation

Afriquinfos Editeur 3 Vues
4 Min de Lecture

Mme Ashton est arrivée dimanche soir au Caire pour sa seconde visite en moins de deux semaines dans le sillage de la destitution de l'ancien président Mohamed Morsi, renversé par l'armée le 3 juillet. Sa visite intervient après un week-end sanglant d'affrontements entre les pro-Morsi et ses opposants qui ont fait au moins 80 morts et environ 800 blessées, principalement au Caire et à Alexandrie.

Mme Ashton a rencontré lundi le vice-président par intérim des Affaires internationales, Mohamed El Baradei, pour discuter de moyens envisageables pour sortir de la crise politique actuelle.

Lors de la rencontre, M. El Baradei a déclaré que toute solution retenue devrait respecter les lois et les institutions égyptiennes sans menacer la sécurité du pays. Il a également souligné l'importance de la participation de "toutes" les forces politiques dans le plan de sortie de crise proposé par l'armée.

Parallèlement, le conseiller en communication de la présidence Ahmed al-Mislimani a déclaré que l'Union européenne comprenait la situation en Egypte, continuait de soutenir le pays et appréciait le plan de sortie de crise.

Interrogé sur les informations selon lesquelles Mme Ashton a demandé de rencontrer M. Morsi, qui n'est plus en contact avec l'extérieur depuis son renversement, M. Mislimani a commenté : " "Nous respectons et étudions les points de vue et initiatives de toutes les parties concernées, y compris l'Union européenne, les Etats-Unis et tout autre Etat, mais nous n'accepterons jamais de nous faire dicter la marche à suivre", a déclaré M. Mislimani.

Mme Ashton a également rencontré le président par intérim Adli Mansour pour discuter de l'exécution de la feuille de route proposée par l'armée. Elle s'est également entretenue avec le chef des forces armées, ministre de la Défense et vice-Premier ministre Abdel-Fattah al-Sisi.

Lors d'une rencontre avec Mme Ashton, le ministre égyptien des Affaires étrangères Nabil Fahmi a mis l'accent sur la "réconciliation nationale" de tous les partis, tandis que Mme Ashton a souligné la nécessité d'un processus détaillé de transition qui prenne en compte toutes les forces politiques, dont les Frères musulmans.

Mme Ashton a également insisté auprès d'Ahmed Maher, fondateur du groupe militant Mouvement de la jeunesse du 6 avril, sur le fait que la solution politique était le seul moyen pour sortir de la crise.

Mme Ashton a rencontré lundi une délégation du parti salafiste Nour, la seconde force politique ultra-conservatrice et islamiste du pays après les Frères musulmans. Elle s'est également entretenue avec des dirigeants de l'Alliance nationale pour soutenir la légitimité, sous l'égide des Frères musulmans.

Selon le conseiller politique à la présidence égyptienne Mostafa Hegazi, la visite de Mme Ashton n'a pas pour objectif d'interférer dans les affaires intérieures de l'Egypte et le gouvernement égyptien apprécie les efforts de l'Union européenne pour atténuer les tensions en Egypte.

Mme Ashton pourrait décider de prolonger son séjour en Egypte pour rencontrer d'autres acteurs de la scène politique et renforcer la position européenne au Caire.