Centrafrique: une intervention de la Minusca provoque la mort de 5 personnes

Afriquinfos 4 Vues
3 Min de Lecture

Bangui (© 2017 Afriquinfos) –Lancée en vue de neutraliser un chef de groupe d’auto-défense, une opération des forces de sécurité centrafricaines appuyées par la police de l’ONU, a fait cinq morts à Bangui ce mardi 7 février, précisément dans le quartier du PK5.  L’information a été révélée ce mercredi 8 février au cours d’une conférence de presse animée par le porte-parole de la force de l’ONU en Centrafrique (Minusca), Vladimir Monteiro.

Selon M. Monteiro, « Une opération a eu lieu mardi 7 février au PK5 dans le 3e arrondissement de Bangui. Au cours de cette opération, Youssouf Malinga alias ‘Big Man’ et ses hommes ont ouvert le feu sur les forces de sécurité intérieures tuant deux passants − un homme et une femme − et causant des blessés ».  Et de préciser, « La riposte des forces de sécurité intérieures, a entraîné la mort de Youssouf Malinga et d’un de ses hommes. Au cours de cet incident, trois gendarmes centrafricains ont également été blessés ».

S’en étaient suivies des actions de représailles de la part des éléments de Youssouf Malinga qui auraient ainsi poignardé mortellement un pasteur d’une église apostolique basée au PK5.

Pour sa part, le chef de la force onusienne dit trouver « regrettable que des populations civiles aient été victimes des tirs indiscriminés des criminels ». A l’en croire, « Youssouf Malinga et ses hommes faisaient régner depuis un certain temps, un climat de terreur et étaient responsables de la hausse des activités criminelles dans le 3e arrondissement ».

Vladimir Monteiro a saisi l’occasion de cette conférence de presse du 8 février, pour indiquer que « La Minusca appelle les populations à garder leur calme et à éviter tout acte susceptible d’exacerber les tensions intercommunautaires ».

Il faut préciser que cette intervention de la force onusienne fait suite à une interpellation du chef de l’Etat centrafricain. Le 3 février en effet, le président Faustin-Archange Touadéra avertissait qu’un plan « visant à réduire les malfaiteurs était en cours ». Il semblait ainsi mettre en garde les groupes d’autodéfense artisans de violences meurtrières entre communautés civiles du pays.

Innocente Nice