La CARIC, au cœur des préoccupations de PAX AFRICANA

Afriquinfos Editeur 12 Vues
4 Min de Lecture

Cette prise de position de PAX AFRICANA vis-à-vis de la CARIC est condensée dans sa Déclaration, le 15ème du genre, en cette année 2014. Voici l'intégralité de ce point de vue: «Le 23ème Sommet de l’UA (Union Africaine) qui vient de s’achever à Malabo, en Guinée équatoriale, aura permis à la CARIC (Capacité africaine de réponse immédiate aux crises) d'engranger de nouvelles adhésions, en prélude à sa mise en œuvre imminente. Initiative historique et de grande importance dans la dynamique de la construction de l’indispensable unité du Continent africain impulsée lors du 22ème Sommet de l’UA (Union Africaine) par Pretoria, la CARIC a reçu à Malabo, fin juin 2014, l'engagement du Burkina Faso et de l'Egypte de rejoindre la douzaine d'Etats africains déjà disposés à agir en faveur de sa mise en œuvre.

Il s'agissait de l’Algérie (au Nord), du Sénégal, du Niger, de la Guinée, la Mauritanie (en Afrique de l’Ouest), du Tchad (au Centre), l’Ethiopie, le Soudan et l’Ouganda (à l’Est), la Tanzanie, l’Angola et l’Afrique du Sud en Afrique australe.

Cet engagement croissant dans les rangs de la CARIC témoigne et réaffirme une fois encore la détermination des Africains à relever le défi du maintien de la paix sur leur continent; un exercice diplomatique et humanitaire qui nécessite généralement une intervention de type humanitaire et une mobilisation rapide, urgente et ferme.

L'originalité de la CARIC dans le processus de recherche de la consolidation de l'unité africaine réside dans sa capacité à fédérer les Africains autour de maux internes présentés jusqu’ici comme insurmontables, en l'occurrence, la prévention et la résolution de conflits en Afrique, par et pour les Africains. Contrairement au Projet de la FAA (Force africaine en attente) toujours en cours de matérialisation, la CARIC a le grand mérite d’être portée par des pays africains volontaires, prêts à mettre leurs troupes nationales à disposition, à assumer le coût et le financement des opérations, et tout ceci sous la coordination du CPS (Conseil de Paix et de Sécurité de l’UA). Cette subtile unité d’action renforçant ainsi les rouages du fonctionnement et de la gouvernance de l’UA.

Que ce soit à travers une approche continentale ou régionale, la mise en branle des activités de la CARIC se révèle être une urgence, face à la survivance de plusieurs drames humanitaires sur le Continent noir comme les conflits en cours en Centrafrique et au Soudan du Sud. Ou encore devant la recrudescence et l'internationalisation des attentats terroristes orchestrés par la secte islamiste et radicale nigériane, Boko Haram.

Dans ce contexte, la consolidation des bases de la CARIC qui laisse encore sceptiques certains milieux de notre Continent et fait transparaître la possibilité d'une Afrique à deux vitesses dans la recherche de solutions durables à de multiples différends meurtriers internes est à encourager. «PAX AFRICANA»(Forum Panafricain pour la Paix et le Développement) convie les autres Etats africains à s'engager résolument dans la dynamique de la consolidation de la CARIC qui a reçu, dès son lancement en Ethiopie, début 2014, le soutien ferme de la plupart des partenaires multilatéraux de l'Afrique, dont l'ONU».

 

Afriquinfos