Cameroun/Consommation: L’ignorance et la pauvreté pavent la voie aux morts occasionnées par l’odontol

Afriquinfos 18 Vues
3 Min de Lecture

Yaoundé (Afriquinfos, 2016) – A l’Est du Cameroun, une boisson alcoolisée artisanale fabriquée à base du maïs et du vin de palme tue. Il s’agit de l’odontole. Le bilan des victimes qui l’ont consommée ne cesse d’augmenter. 30 personnes sont déjà décédées tandis que plus d’une centaine sont sous traitement. Devant cet enchaînement de décès dû à ce whisky artisanal, le gouvernement a interdit sa fabrication. 

C’est le département du Haut-Nyong qui paie le lourd tribut. Le bilan actuel fait état de 30 personnes mortes. Une centaine de victimes reçoivent des soins intensifs dans les centres de santé. Au village de Moampi, c’est la stupéfaction. Joseph Moampi, le chef traditionnel est déboussolé: «Cela me fait très mal au cœur», a-t-il affirmé. Il a dit ne pas comprendre ce qui se passe dans son fief. «Mon mari souffrait des yeux, il respirait autrement», a décrit Rose Mpane dont  le mari est décédé après avoir bu odontol.

Elle fait partie des habitants de Moampi qui rallient chaque jour la cour du chef traditionnel à la quête des nouvelles concernant leurs parents et proches. Car, la «boisson macabre» pourrait faire encore d’autres victimes qui se terrent chez les tradi-thérapeutes et dans les nouvelles églises dites éveillées. Ce qui a amené le sous-préfet Richard Zengle Ntou d’Abong-Mbang, à les sensibiliser en les exhortant  à se faire traiter dans les hôpitaux.

Source d’un mal zonal

C’est depuis la semaine écoulée que les premiers décès dus à l’odontol ont été enregistrés. La boisson a fait des victimes dans les arrondissements de Mindourou où 18 personnes sont mortes après aoir consommé le fameux breuvage.  «L’odontol est un breuvage traditionnel avec un taux d’alcool très fort, et qui contient même du méthanol, (…) substance très dangereuse pour l’organisme», a expliqué Thimothée Donangmaye Delor Magellan Kamseu, président exécutif de la Ligue camerounaise des consommateurs (LCC).  Selon lui, c’est la misère qui pousse les gens à consommer cette boisson dont la bouteille de 65 cl coûte 100 FCFA, contre 500 FCFA pour une bouteille de bière classique.

Il n’y a pas que les hommes qui sont victimes de l’odontol. Les femmes aussi en font partie. «Quand je vous vois, mes yeux commencent à tourner», a témoigné Angeline qui après avoir bu la boisson artisanale. Elle a avoué n’avoir bu que deux verres. Le Cameroun figure dans le rang des 10 premiers pays d’Afrique sub-saharienne où le nombre de consommateurs d’alcool est très élevé.

Anani   GALLEY