Burundi: Cinq membres du FNL d’Agathon Rwasa cherchent refuge au siège de la CNIDH

Afriquinfos Editeur
2 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

« Nous fuyons la persécution à l'endroit des fidèles d'Agathon Rwasa qui sont tués chaque jour au vu et au su de tout le monde. Nous sommes venus ici pour demander refuge même si nous savons qu'ils peuvent venir nous retrouver ici pour nous tuer. L'essentiel c'est que nous les aurions dénoncés. Nous fuyons principalement le nommé Désiré Uwamahoro, le commandant du Groupement militaire d' intervention rapide qui nous a clairement clarifié que si Dieu règne au ciel, c'est lui qui règne sur terre, qu'il peut tuer qui il veut et quand il veut », a déclaré à Xinhua Jimmy Irandiha, un de ces cinq membres du parti FNL d'Agathon Rwasa qui ont préféré chercher refuge au  siège de la CNIDH, ajoutant qu'ils sont au courant d'une liste de 50 personnes autres à tuer qui a déjà été dressée.

Là aussi, ils ne veulent pas y rester longtemps par peur d'être tués et demandent aux autorités de la CNIDH de plaider pour eux pour avoir des asiles dans des ambassades de Bujumbura, au HCR ou au CICR. Ce qui, pour un des commissaires de la CNIDH, n'est pas possible dans un pays qui a une police, leur promettant par contre de discuter avec les responsables de la sécurité sur leur sort.

« Nous leur avons demandé d'être confiants à notre démarche d'échanger et de discuter avec les responsables de la sécurité. Nous leur avons montré que les ambassades, le HCR et le CICR ne peuvent pas assurer la sécurité des citoyens dans un pays où la police est supposée être là », a déclaré Jean Marie Vianney Kavumbagu, vice- président de la commission chargée de la protection des droits de l'homme au sein de la CNIDH qui a ajouté que la Commission est au courant de cette fameuse liste et déploré que la même commission n' a pas les moyens ni de les loger, ni de les nourrir.

- Advertisement -