Le Maroc se prépare à tenir des élections législatives en octobre prochain

ecapital
4 Min de Lecture

Ces élections étaient programmées pour septembre 2012, mais vu les protestations et les réformes prévues, elles se dérouleront finalement avec onze mois d'avance.

Les élections régionales seront également organisées, à une date pas encore déterminée, pour la mise en place des nouveaux conseils élus dans les 12 régions, au lieu de 16, que comptera le Maroc.

Après le vote massif par référendum sur le projet de nouvelle constitution, ces élections constituent le menu de l'agenda dont dépendent toutes les attentes de l'évolution politique.

- Advertisement -

Une réunion au sujet des propositions des formations politiques concernant le projet de loi sur les partis et le code électoral a eu lieu mardi dernier au siège du ministère marocain de l'Intérieur.

L'ordre du jour de cette réunion a été consacré aux réactions des différentes formations politiques vis-à-vis des deux pré-projets de loi sur les partis politiques ainsi que l'observation des élections.  Pour certains, la loi sur les partis politiques avec le nouveau seuil d'éligibilité politique reste insuffisante.  

Fixé à 6 %, en conformité avec la loi organique de la Chambre des représentants, le seuil d'éligibilité permet, toutefois, une représentativité très large au Parlement.

Ce principe est l'objet de critique de certains grands partis qui appellent à prendre exemple sur d'autres pays occidentaux et d'élever ce seuil à 7, voire à 10 %. Les divergences concernent particulièrement le pré-projet de loi organique devant prévaloir au sujet de la Constitution, l'organisation et le financement des partis.  

Le ministre marocain de la Communication et porte-parole officiel du gouvernement M. Khalid Naciri avait souligné que des discussions informelles étaient en cours entre le ministère marocain de l'Intérieur et les différentes formations politiques sur la date de la tenue des prochaines échéances législatives.

Khalid Naciri, qui répondait aux questions des journalistes à l'issue d' une réunion du conseil de gouvernement, a affirmé également que le but de ces discussions était de parvenir à une "conception consensuelle" au sujet des prochaines élections, leur l'opportunité, leur date et les préalables dont il faut tenir compte éventuellement.

Dans ce sens, le parlement et le gouvernement marocains sont appelés à accélérer la cadence pour faire adopter les textes ayant trait aux élections comme le découpage administratif et le mode de scrutin. Une session extraordinaire du parlement pourrait être tenue dans le courant du mois d'août prochain.

Le secrétaire national du Front des Forces Démocratiques (FFD), Thami El Khyari, a appelé mardi à la tenue d'élections législatives dans les plus brefs délais.

"Il est nécessaire de tenir des élections législatives dans les plus brefs délais, pour faire émerger un parlement et un gouvernement à même de traduire dans les faits le contenu progressiste de la nouvelle Constitution", a souligné M. El Khyari lors d'un point de presse à Rabat.

M. El Khyari qui présentait la campagne "Portes ouvertes : promotion des édificateurs du Maroc nouveau", organisée du 4 juillet au 4 septembre prochain par son parti, a estimé qu'il ne pourrait y avoir de démocratie ni de renouveau politique sans des partis politiques actifs et efficaces, capables d'assurer l'encadrement des citoyens.

Rappelons que les élections législatives au Maroc, qui se sont déroulées le 7 septembre 2007, ont été marquées par le taux de participation très fortement bas (37%), ainsi que par la retombée de la "marée verte" islamique annoncée et la victoire du Parti de l'Istiqlal (conservateur) qui a du former un gouvernement de coalition.