Le Maroc et l’UE signent un nouveau protocole pour la reconduction de l’accord de pêche

ecapital
2 Min de Lecture

Ce nouveau protocole a été signé, côté marocain, par le ministre de l'Agriculture et de la Pêche maritime Aziz Akhannouch et, côté européen, par le ministre de l'Agriculture et du Développement rural polonais Marek Sawicki, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE.

La signature de ce protocole fait suite à l'adoption par la Commission européenne des propositions visant à proroger d'un an le protocole à l'accord de partenariat dans le secteur de la pêche entre le Maroc et la Communauté européenne.

Arrivé à expiration le 27 février dernier, ce protocole a été ainsi prorogé jusqu'au 27 février 2012 permettant ainsi aux navires européens d'opérer dans les eaux marocaines.

- Advertisement -

Il entre dans le cadre de l'accord de partenariat de pêche qui établit, entre autres, les principes, règles et procédures régissant la coopération économique, financière, technique et scientifique.

Alors que l'accord constitue le socle de la relation entre l'UE et le Maroc, le protocole définit les conditions d'accès des navires communautaires aux zones de pêche marocaines, les modalités de contrôle des pêches et les partenariats entre entreprises.

La reconduction du protocole permettra de continuer les discussions en vue d'améliorer le potentiel de coopération qu'offre l'accord de pêche, et de l'adapter aux orientations stratégiques et aux projets mis en œuvre par le Plan Halieutis. Elle témoigne aussi de l'intérêt des deux parties à disposer d'un cadre de coopération dans le domaine halieutique sur la base d'objectifs convergents de préservation de la ressource halieutique et la durabilité de son exploitation.

Le Maroc dispose aujourd'hui, en effet, d'une vision claire de sa stratégie halieutique avec des objectifs visant une pêche durable et compétitive valorisant le patrimoine halieutique marocain, et faisant du secteur un véritable moteur de croissance de l'économie marocaine avec une augmentation significative du PIB sectoriel d'ici 2020.