L’Égyptien Amr Fahmy démarre officiellement sa campagne pour renverser Ahmad Ahmad

L’Égyptien Amr Fahmy démarre officiellement sa campagne pour renverser Ahmad Ahmad

Le Caire (© 2020 Afriquinfos)-  Il l’avait annoncé il y a quelques jours, Amr Fahmy ancien secrétaire général de la Confédération Africaine de Football (CAF), sera bien de la course à la présidence de l’instance continentale. L’Egyptien de 36 ans, limogéen avril 2019 après avoir envoyé une lettre dénonçant des actes de corruption et de harcèlement de l’actuel président Ahmad Ahmad à la FIFA, place sa campagne sous le signe de la lutte contre la corruption.   

Il est clair que Amr Fahmy veut régler ses comptes à la CAF et que c’est la tête d’Ahmad Ahmad qu’il veut se payer. Ce fils et petits-fils de secrétaire général, veut laver l’affront qu’il a subi en étant débarquer sans ménagement de l’instance faitière du football africain. Amr Fahmi est le fils de Mustapha Fahmy, ancien secrétaire général de la CAF, et petit-fils de Mourad Fahmy, membre honoraire et secrétaire général de la Confédération africaine de football (CAF) de 1961 à 1982.

L’ancien protégé d’Ahmad Ahmad, nommé à seulement 35 ans au poste de stratégique de Secrétaire général, n’est resté à son poste qu’entre novembre 2017et avril 2019. Dans un courrier adressé à la Fifa un mois avant son limogeage,  l’Egyptien avait accusé l’actuel président de la CAF, harcèlement sexuel et de corruption. Il avait été remplacé par le Marocain Hajji Mouad. En annonçant sa candidature avec pour slogan « Parce que l’Afrique mérite mieux » (« Because Africa deserves better »), Amr Fahmy laisse entendre que la lutte contre la corruption sera son cheval de bataille. « Mon souhait est d’éliminer la corruption. J’ai été secrétaire général et j’ai pu constater ce qui se passe au sein de la Confédération africaine de football et de la façon dont sont gâchés les intérêts du continent. Comme je l’ai dit, l’Afrique mérite mieux », déclare-t-il 0 qui veut l’entendre.

Le prochain Congrès électif à la CAF se tiendra en 2021. Mais visiblement, le challenger déclaré d’Ahmad Ahmad, candidat à sa succession, veut s’y prendre tôt.  Il prévoit notamment une tournée africaine qui démarrera par l’Ethiopie et le Soudan au mois de février.

S.B.

Laisser un commentaire