Après CAN 2017: Alain Giresse «déconseillé de revenir à Bamako»!

Afriquinfos 4 Vues
3 Min de Lecture

Bamako (© 2017 Afriquinfos)- Entre les autorités sportives maliennes et le sélectionneur de l’équipe nationale A de football, ce n’est plus le grand amour. On en est même très loin. Alain Giresse est tout simplement poussé à la démission après une Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2017 sanctionnée par une élimination précoce des Aigles du Mali, dès la phase de poules.

 

 Les Aigles du Mali n’ont pas passé le 1er tour de la CAN 2017 et le responsable de cette débâcle selon les dirigeants sportifs maliens est le coach. Il s’agit du sélectionneur Alain Giresse. Ces dirigeants, tout comme les supporters maliens, critiquent les choix tactiques du technicien français durant les 3 matches de son équipe en terre gabonaise, au point où il lui a été «déconseillé de revenir à Bamako».

Pour Boubacar Diarra, président de la Fédération malienne (Femafoot), un départ d’Alain Giresse serait souhaitable. « Tout dépend du comité exécutif, nous sommes dans la réflexion. Son contrat court jusqu’en novembre 2017. Mais un contrat est fait pour être cassé lorsque les deux parties ne sont pas d’accord. Le plus simple pour nous serait que Giresse démissionne. S’il ne veut pas, il nous faut aller vers des négociations à l’amiable, en espérant qu’on va trouver un bon compromis», a-t-il déclaré.

Et pour mettre un coup de pression à Alain Giresse, le président de la Femafoot  laisse entendre qu’il ne pourra pas garantir sa sécurité : «Personne n’a interdit à Giresse de revenir au Mali. Cependant, je ne peux lui garantir sa sécurité. L’atmosphère ambiante à Bamako ne lui permet pas de circuler. En arrivant, même des bagagistes peuvent l’agresser. Je ne peux pas mettre un policier derrière lui à chaque coin de rue. Alors, je lui ai demandé de patienter un peu, le temps que les gens métabolisent leur rancœur». Il y a des moyens plus subtils de dire à quelqu’un qu’on ne veut plus de lui. Alain Giresse, peut donc déjà se considérer comme l’ex-sélectionneur des Aigles du Mali. Du côté de Bamako, la messe est déjà dite. Une rupture de contrat du Mali avec Giresse devrait faire tomber au moins 200 mille euros dans la valise du Français.

 

T.W.  & SAMIR GEORGES