Algérie: Ouverture du 1er Forum d’investissements et d’affaires Alger-Afrique

Afriquinfos 5 Vues
3 Min de Lecture

Alger (© 2016 Afriquinfos) – Le coup d’envoi du « Forum africain d’investissements et d’affaires » d’Alger a été donné ce samedi par le Premier ministre  Abdelmalek Sellal.

La capitale algérienne accueille depuis hier samedi, et jusqu’à lundi, un Forum consacré à l’investissement et aux affaires en Afrique. Très active sur le plan diplomatique, l’Algérie veut également se lancer dans le domaine économique. Raison pour laquelle elle va à la conquête du marché africain.

Pas moins de 1.000 participants représentant plus de 40 pays africains dont près de 800 hommes d’affaires sont présents à cette réunion. L’objectif de ce Forum est de remédier au «déphasage entre l’action politique soutenue de l’Algérie en matière de règlement des conflits (en Afrique) et les faibles relations commerciales et économiques avec les pays du continent», a souligné Smaïl Benamara, le ministre des Affaires étrangères de l’Algérie.

Selon M. Benamara, les échanges inter-africains n’excèdent pas aujourd’hui le taux de 10% des échanges commerciaux globaux du continent, contre plus de 80% pour les échanges inter-européens et 60% en Asie.

Outre l’intensification des échanges commerciaux avec les pays africains, l’Algérie veut développer un partenariat industriel avec ces pays dont beaucoup ont réalisé d’énormes progrès dans le domaine des nouvelles technologies, de l’énergie et d’industrie minière notamment.

L’électrification de l’Afrique subsaharienne

Nabil Kafi est responsable de la société algérienne de production de l’électricité chez le groupe public Sonelgaz. «Nous avons une grande expérience, explique-t-il. En Algérie, 99% de la population est couverte par le réseau électrique. Nous voulons accompagner et aider nos amis africains avec cette expérience. Je crois que l’Afrique subsaharienne est le prolongement naturel de l’Algérie, et donc nous voulons participer dans ce domaine».

Affectée par la chute des cours du pétrole, l’Algérie veut aussi accélérer la diversification de son économie, en s’ouvrant davantage sur les marchés subsahariens. En marge du Forum, une grande exposition de la production nationale est organisée. Une opportunité donnée aux opérateurs algériens de faire connaître leurs produits à leurs homologues africains en vue de conclure d’éventuels marchés ou même des partenariats.

Au total, six panels portant respectivement sur les visions économiques stratégiques des pays africains, l’énergie, le financement des investissements, les infrastructures et les TIC et l’agriculture et l’agroalimentaire, sont au menu de la rencontre.

En plus, des rencontres B to B, une trentaine de workshops et d’ateliers sont programmés dimanche et lundi et se pencheront sur l’étude de plusieurs thématiques dont le « projet de la zone continentale africaine de libre-échange ».

Vignikpo Akpéné