Transparence fiscale en Afrique en 2019 : les mauvais et bons élèves selon la BAD

Transparence fiscale en Afrique en 2019

Transparence fiscale en Afrique en 2019 | Les pays africains ont « fortement » progressé dans la réaffirmation de leurs engagements et le renforcement de leurs capacités pour parvenir à la transparence fiscale pour le compte de l’année 2019. Ils ont enregistré, des progrès importants en matière de lutte contre la fraude fiscale et le blanchissement d’argent, indique un rapport.

Intitulé  « la transparence fiscale en Afrique », le document rendu public jeudi dernier lors d’une conférence virtuelle souligne que les pays du continent ont participé grandement au partage d’informations sur les flux de fonds illicites.

L’édition 2020 du rapport, qui concerne 32 pays membres du Forum mondial et trois pays tiers, à savoir l’Angola, la Guinée Bissau et le Malawi, contient des statistiques comparatives sur la transparence fiscale pour aider les décideurs à s’attaquer à la lutte contre les flux de fonds illicites (FFI).

« La transparence fiscale en Afrique 2020 », souligne la nécessité pour les pays du continent de s’engager davantage dans la mobilisation des recettes fiscales, une préoccupation renforcée par le contexte de la pandémie due au coronavirus.

« Cette publication annuelle s’inscrit dans le cadre des différents efforts des pays africains pour faire progresser la transparence fiscale globale et le programme d’échange d’informations afin de lutter contre la corruption, la fraude fiscale, le blanchiment d’argent, les malversations, l’érosion de l’assiette fiscale, la délocalisation des bénéfices et l’enrichissement illicite », a déclaré le commissaire aux affaires économiques de l’Union africaine, Victor Harrison, dans la préface du rapport.

Les flux financiers illicites en Afrique estimés à 50 et 80 milliards de dollars par an

En Afrique, les flux financiers illicites se situeraient, selon les estimations, entre 50 et 80 milliards de dollars par an et 44 % du patrimoine financier du continent serait détenu à l’étranger, ce qui correspond à des pertes en recettes fiscales de 17 milliards d’euros.

Les pays participants font état de progrès importants sur les deux piliers stratégiques de l’IA. Ils ont notamment mené une meilleure sensibilisation et concrétisé des engagements plus forts concernant les politiques fiscales. Ils ont également renforcé leurs capacités en matière de transparence fiscale et d’échange d’informations.

La responsable du Secrétariat du Forum mondial Zayda Manatta a salué le rôle proactif de plus en plus important que joue les pays africains en faveur de la transparence fiscale. Elle a salué les effets positifs des outils de partage et d’échanges actuels. « Les demandes d’informations se traduisent directement par des recettes fiscales supplémentaires, et c’est ce qui importe. Cinq pays d’Afrique ont comptabilisé près de 12 millions de dollars de revenus supplémentaires et huit pays d’Afrique ont recueilli 189 millions de dollars de revenus supplémentaires entre 2014 et 2019 », a-t-elle indiqué.

Pour Abdoulaye Coulibaly, directeur chargé de la Gouvernance et de la gestion des finances publiques à la Banque africaine de développement,  « la Banque africaine de développement est fermement convaincue que les collaborations avec les partenaires régionaux et internationaux sont indispensables pour faire progresser le programme de transparence fiscale, qui a un effet important sur la mobilisation des ressources intérieures, sur la réalisation des Objectifs de développement durable et sur d’autres objectifs régionaux, notamment l’Agenda 2063 de l’Union africaine et les priorités « High 5 » de la Banque. »

La BAD encourage plus à la transparence fiscale face à la Covid 19 

  1. Coulibaly a également indiqué que la pandémie de Covid-19 rappelle la nécessité pour les pays africains de mobiliser les ressources nationales, en particulier en ce qui concerne la transparence fiscale et la lutte contre les flux illicites, afin de protéger davantage les populations contre les menaces pesant sur leurs moyens d’existence.

Le rapport publié par l’Initiative Afrique (IA) du Forum mondial sur la transparence et l’échange d’informations à des fins fiscales, l’Union africaine et le Forum sur l’administration fiscale en Afrique (ATAF), en partenariat étroit avec la Banque africaine de développement

Lancée en 2014, l’Initiative Afrique est un partenariat entre le Forum mondial, ses membres africains et des organismes régionaux et internationaux, dont la Banque africaine de développement, l’ATAF et la Banque mondiale. Le Forum mondial dispose d’un secrétariat indépendant, installé à Paris au Centre de politique et d’administration fiscale de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

La conférence virtuelle, dirigée par la présidente du Forum mondial, Marie Jose Garde a connu la participation Marcello Estevao, directeur du Département de la macroéconomie, du commerce et de ’investissement de la Banque mondiale.

V.A.

 

 

 

 

Ces articles devraient vous intéresser :

COP25 : un Guide intégrant toutes les initiatives mondiales de développement ciblant l’Afrique dévoi...
La BAD appelle les États-Unis à soutenir l’agriculture africaine
Zoom sur Antoinette Sayeh, deuxième personnalité africaine au poste de DGA du FMI
Économie Africaine : la production du café en Afrique en régression
Le commerce intra-africain pourrait subir une augmentation de 15 % grâce à la mise en œuvre de la zo...
Les banques du Maroc, du Nigeria et du Kenya parmi les nominés du Trophées d'African Banker 2018
Les banques d’Afrique de l’Est dominent les Trophées African Banker 2018
La Banque africaine de développement envisage créer 25 millions d'emplois pour les jeunes
La BAD encourage les entreprises africaines à se mobiliser en faveur de la jeunesse africaine
Afrique du Sud: une banque publique vient au secours de SAA au bord de la faillite
Banques et Dettes : la Boad va rembourser Plus de 12 milliards FCFA de dettes mars 2018
Sommet du G7 : le Président de la BAD présentera « AFAWA », pour booster l’accès des femmes africain...
La Banque mondiale insiste sur la place cardinale de l'orthodoxie financière
Accusations de prévarication à la BAD : Obasanjo mobilise 10 présidents au secours d’Adesina
Défis de développement en Afrique/Dr Mayaki du NEPAD: «Il ne s’agit pas uniquement de construire des...
BAD: Les accusateurs d’Adesina ne désarment pas et réclament une enquête indépendante
La Banque africaine de développement présente l’édition 2018 des Perspectives économiques en Afrique
Afrique/Agriculture : Adesina Akinwumi exhorte la jeunesse africaine à s’adonner à ‘’l’activité la p...
La Banque africaine de développement et la FAO unissent leurs efforts et s’engagent à éradiquer la f...
Les femmes Africaines se font entendre au sommet des Nations Unies
La Banque Africaine de Développement et MasterCard étendent l'Inclusion Financière en Afrique
La 14ème édition de la Conférence Economique Africaine s’ouvre du 2 au 4 à décembre 2019 Charm El-Ch...
Attijariwafa bank et BMCE Bank of Africa élues « banques de l’année »
Augmentation de son capital de 115 milliards d’USD: Comment la BAD compte mettre cette manne au serv...

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés