Sahel: La situation sécuritaire s’améliore, mais profondément fragile, selon Florence Parly

Paris (© 2020 Afriquinfos)- Au sommet de Pau (France) en janvier, le président français et ses homologues du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad) avaient décidé d’intensifier la lutte antijihadiste face à la recrudescence d’attaques dans la région, qui, mêlées à des conflits intercommunautaires, ont fait 4.000 morts en 2019, cinq fois plus qu’en 2016 selon l’ONU.

Lors d’une audition devant la commission Défense du Sénat ce jeudi, la ministre française des Armées Florence Parly a souligné qu’il il est « encore trop tôt pour crier victoire » au Sahel, où la situation sécuritaire « reste profondément fragile » malgré les « progrès indéniables » accomplis contre les jihadistes par les 5.100 militaires français de l’opération Barkhane aux côtés des armées nationales.

« Nous sommes sur la bonne voie mais il est encore trop tôt pour crier victoire » au Sahel, a-t-elle estimé Six mois plus tard, « la situation sécuritaire s’améliore », mais « reste profondément fragile », a commenté Mme Parly alors que les chefs d’Etat sahéliens et français doivent faire un point d’étape au sommet de Nouakchott fin juin ou début juillet.

Depuis Pau et l’envoi de 500 militaires français supplémentaires, Barkhane et ses partenaires sahéliens ont multiplié les offensives dans la région, en particulier dans la zone dite « des trois frontières », aux confins du Mali, du Burkina Faso et du Niger, sanctuaire du groupe Etat Islamique au Grand Sahara (EIGS).D’autres opérations ont également été menées dans le centre du Mali et le nord du Mali, où les forces françaises ont tué début juin le leader d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), l’Algérien Abdelmalek Droukdal.

« En de nombreux endroits, la population commence à reprendre confiance et donne plus facilement du renseignement à nos forces », s’est félicitée D’après Mme Parly la ministre en vantant « des progrès indéniables ». Toutefois, « les forces locales progressent mais elles restent fragiles comme nous l’avons encore vu dimanche dernier à Diabaly », dans le centre du Mali », où au moins 24 soldats maliens ont été tués dans une embuscade imputée aux jihadistes, a-t-elle constaté.

Par ailleurs, a-t-elle énuméré, « l’EIGS n’a pas disparu de la région des trois frontières (…) et peut encore porter des coups violents », le groupe jihadiste JNIM, affilié à Al Qaïda « se renforce », « Boko Haram est toujours actif au Niger et au Tchad ».

Le tout sur fond de « recrudescence des conflits intercommunautaires, de résurgence de la menace dans le sud libyen et de crise sanitaire ».

« Tant que les forces des pays sahéliens n’auront pas pris le relais, tant que les groupes terroristes conserveront une capacité de recrutement, le terrorisme n’aura pas été vaincu dans la région », a prévenu la ministre.

« Notre rôle est de faciliter cette appropriation », a-t-elle rappelé en évoquant le déploiement cet été du groupement européen de forces spéciales Takuba, destiné à accompagner les Maliens au combat.

« Notre présence n’est pas éternelle mais ce n’est pas le moment de ménager nos efforts », a conclu Mme Parly.

La France « ne tolèrera pas » que son image soit écornée au Sahel

L’ONG Amnesty International a accusé le 10 juin des soldats du Burkina, du Mali et du Niger de « semer la terreur et commettre des tueries dans des villages sous couvert d’opérations antiterroristes ». L’ONU a dénombré de son côté 101 exécutions extrajudiciaires par l’armée malienne entre janvier et mars, et une trentaine d’autres par l’armée nigérienne sur le sol malien. Les gouvernements sahéliens font traditionnellement bloc derrière leurs armées, qui, souvent sous-équipées et sous-formées, paient un lourd tribut à la lutte contre le jihadisme.

La ministre française des Armées Florence Parly a averti jeudi les pays du Sahel que la France ne tolèrerait pas que son « image » soit ternie par des exactions de ses partenaires militaires dans la région. « Il y a des brebis galeuses partout mais nous serions coupables si nous ne mettions pas tout en oeuvre pour réduire ce risque », a-t-elle dit lors d’une audition au Sénat en référence à une série d’exactions commises par les forces locales contre les populations au Mali, au Niger et au Burkina Faso. »La France ne tolèrera pas qu’on expose la vie de nos soldats autant que son image et sa crédibilité si des engagements fermes ne sont pas pris et ne sont pas tenus dans ce domaine », a martelé Florence Parly.

La ministre avait déjà lancé un avertissement en ce sens le 12 juin lors d’une réunion en visioconférence avec ses homologues du Sahel ainsi que des pays européens engagés dans la lutte antijihadiste dans la région. « Ce message est parfaitement compris. Le 12 juin, ce sujet a fait consensus », a-t-elle assuré.

V.A.

 

Ces articles devraient vous intéresser :

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés