Pandémie: Des experts indépendants de l’ONU conduits par Johnson-Sirleaf incriminent la communauté internationale

Genève (© 2021 Afriquinfos)- Après avoir passé en revue pendant huit mois les enseignements tirés de l’année 2020, un groupe indépendant lancé par le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a publié ses conclusions et ses recommandations sur des mesures audacieuses pour mettre fin à la crise de la Covid-19.

  Le groupe nommé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a exhorté mercredi dernier à prendre des mesures tout en demandant que l’agence onusienne soit dotée d’une plus grande autorité pour répondre plus rapidement aux menaces futures.

«Notre message est simple et clair : le système actuel n’a pas pu nous protéger de la pandémie de la Covid-19», a déclaré l’ancienne Présidente du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf, coprésidente du Groupe indépendant de préparation et de réponse aux pandémies.

«Si nous ne faisons rien pour le changer aujourd’hui, il ne nous protégera pas de la prochaine menace de pandémie, qui pourrait survenir à tout moment», a-t-elle ajouté.

«Nous avons les outils pour mettre fin aux maladies graves, aux décès et aux dégâts socio- économiques dus à la Covid-19», a déclaré la coprésidente du groupe, Helen Clark, ancienne Première ministre de la Nouvelle-Zélande, insistant sur le fait que les dirigeants n’ont pas d’autre choix que d’agir pour empêcher qu’une telle catastrophe ne se reproduise.

«Le système actuel – tant au niveau national qu’international – n’a pas été adéquat pour protéger les gens de la Covid-19. Le temps qui s’est écoulé entre le signalement d’un groupe de cas de pneumonie d’origine inconnue à la mi-décembre 2019 et la déclaration d’une urgence de santé publique de portée internationale a été trop long», a souligné le groupe dans une déclaration sur son rapport intitulé «Covid-19 : agissons pour que cette pandémie soit la dernière».

Une action plus rapide aurait permis d’éviter la catastrophe sanitaire, sociale et économique mondiale qui continue de sévir, a noté le groupe d’experts, ajoutant que le système tel qu’il existe actuellement est clairement inapte à empêcher qu’un autre pathogène nouveau et hautement infectieux, qui pourrait apparaître à tout moment, ne se transforme en pandémie.

Février 2020 : « un mois perdu »

 Le panel – dont le rapport contient « la chronologie officielle de ce qui s’est passé » – a également insisté sur le fait que février 2020 a été « un mois perdu ». « Beaucoup plus de pays » auraient pu faire davantage pour contenir la propagation du nouveau coronavirus une fois que l’OMS a déclaré l’urgence de santé publique de portée internationale le 30 janvier 2020, suite à l’épidémie initiale à Wuhan, en Chine, ont dit les experts.

Selon l’OMS, il y a eu plus de 159 millions de cas confirmés de Covid-19 dans le monde, dont plus de 3,3 millions de décès depuis le début de la pandémie. Dans sa mise à jour épidémiologique hebdomadaire, l’agence sanitaire de l’ONU a noté que quelque 1,2 milliard de doses de vaccin ont été administrées.

 

Akpene Vignikpo 

 

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés