Afrique: Tidjane Thiam confiant et prudent autour pour l’après-Covid-19

L'après-Covid-19

L’après-Covid-19 | Membre de la Task Force de l’Union Africaine contre les retombées économiques néfastes du Covid-19, l’ancien DG du Crédit Suisse  Tidjane Thiam dans un entretien accordé à TV5 Monde s’est prononcé sur les perspectives économiques du continent des suites de la pandémie. Le financier reconnait que l’Afrique subira un véritable choc et verra sa croissance reculer mais estime qu’elle pourrait s’en tirer à bon compte si les bonnes décisions sont prises et les bons mécanismes mis en place.

Avec Donald Kabéruka, Ngozi Okonjo-Iweala et Trevor Manuel, Tidjane Thiam forme la Dream Team de l’UA pour mener la riposte économique au Covid-19. Selon les explications de l’ancien Ministre ivoirien du Plan, leur mission est « de s’assurer que face à cette crise, des mesures soient prises de sorte qu’il n’y ait pas de dommages économiques permanents en Afrique et qu’elle puisse continuer à croître. Parce qu’il n’y a que la croissance qui à la fin nous permettra d’améliorer le sort des populations, de traiter les problèmes d’éducation et de santé que nous avons ».

Pour le financier, la pandémie du coronavirus est arrivée au pire moment pour l’Afrique : « C’est presque une situation tragique en Afrique. Nous sommes frappés au moment où vraiment les choses commençaient à décoller. La Banque Mondiale disait que rapidement 5% des Africains seraient dans la classe moyenne mondiale. Ce tsunami nous frappe à un moment terrible – baisse des recettes de l’Etat avec une démographie qui ne va pas s’arrêter. L’Etat est face à des recettes en chute libre et des dépenses en croissance. Cet effet de ciseaux est terrible. Il faut trouver un moyen de passer cet écueil » déclare-t-il.

L’après-Covid-19 : Moratoire de la dette 

En cela, Tidjane Thiam estime que le moratoire sur le remboursement de la dette décidé par les pays du G20, est un « ballon d’oxygène » mais n’est pas une solution durable. « Quand on est face à un choc de cette ampleur, il fallait trouver quelque chose sur lequel la communauté internationale puisse s’entendre, qu’on le fasse rapidement et trouver ensuite des solutions permanentes » explique-t-il. Et de poursuivre, « dans l’ensemble je suis confiant. Je pense qu’on va y arriver. Quand on voit la mobilisation des Africains que ce soit dans le public, le privé, l’extérieur, la diaspora, c’est encourageant. Mais je suis un peu là aussi pour tirer la sonnette d’alarme : « Écoutez c’est vraiment grave cette histoire, préparons-nous…on peut espérer que les choses se passent mieux. Et si le scénario devait être négatif, qu’on se tienne prêt et là on a besoin de la communauté internationale, on a besoin du G20, on a besoin énormément de solidarité internationale » insiste l’envoyé spécial de l’UA.

L’après-Covid-19 : Relance économique 

Il s’agira donc de s’assurer que l’annulation de la dette permette une relance économique des pays qui en bénéficieront mais aussi que les ressources parviennent effectivement aux couches les plus vulnérables. « C’est la question la plus importante pour moi. Arriver à trouver des ressources, en gros c’est de la technique, on peut arriver à créer des structures financières. La vraie question est ce qui va se passer sur le terrain et notre capacité à utiliser ce ballon d’oxygène », répond Tidjane Thiam qui évoquant l’utilisation de la technologie, des transferts monétaires et autres drones, indique que le combat contre le Covid-19 au plan économique peut être gagné : « On ne ménagera aucun effort pour délivrer ce résultat. C’est une responsabilité que l’Afrique a vis-à-vis du reste du monde si on demande de la solidarité et de l’aide », confie-t-il.

Boniface T.

Ne ratez pas de nouvelles sur le Covid-19.

Le rugby féminin a une nouvelle patronne à sa tête

Troc : quand le Tchad rembourse l’Angola avec du bétail

Face à l’épidémie du Coronavirus, le chef de l’ONU appelle à ne pas céder à la panique

 

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés