Kanizat Ibrahim de la CAF décrit les grands contours de la Ligue féminine des Champions 2021 en Afrique

Le Caire (© 2021 Afriquinfos) La Confédération Africaine de football (CAF) écrira à compter du 5 novembre prochain, une page inédite de son histoire. A cette date et ce jusqu’au 19 novembre, se tiendra la toute première Ligue des Champions Féminine de la CAF. Elle mettra aux prises en Egypte huit (8) équipes qui sont passées par des phases de qualifications. A quelques jours de ce tournoi historique, la Comorienne Kanizat Ibrahim, 5ème vice-présidente de la CAF et présidente de la Commission d’Organisation du football féminin à la CAF, ne cache pas son excitation et en donne les grands contours.

A moins de 20 jours du début de la toute première Ligue des Champions Féminine de l’histoire en Afrique, Kanizat Ibrahim fait montre d’un enthousiasme à toute épreuve : « C’est un réel plaisir d’avoir à chapeauter un événement aussi important. Pour cette première édition dans le football féminin, je ne peux qu’en être fière. Nous allons écrire ensemble une nouvelle page de l’histoire du football féminin », s’est réjouit présidente de la Commission d’Organisation du football féminin à la CAF, dans une interview accordée à Cafonline.

La Cheffe d’entreprise comorienne qui a fait son entrée dans le monde du football en 2019 après avoir été portée à la tête d’un Comité de normalisation, estime que la première Ligue des Champions féminine sur le continent, « représente une fenêtre d’espoir pour les femmes à travers le monde et tout est possible quand la volonté y est. Le fait d’avoir une Ligue des Champions Féminine donnera envie aux plus jeunes de relever les défis et rêver un jour de pouvoir y participer. Les femmes peuvent être aussi au premier plan avec une performance technique comparable à celle des hommes. »

S’agissant des dispositions qui doivent être prises par la CAF pour que la compétition se déroule dans les meilleures conditions et contribuer au développement du football féminin, Kanizat Ibrahim fait indique que « les mêmes conditions qui ont permis aux hommes de progresser doivent être mises à la disposition des femmes. Nous ne pouvons pas parler de développement du football féminin sans parler des infrastructures, de formation, d’une stratégie de mobilisation de fonds et de management pour accompagner ce développement. Il en va de soi que si le football féminin est bien structuré, les sponsors ne pourront qu’accompagner les femmes » avant d’ajouter que « le football féminin est l’avenir de ce sport sur le plan mondial. »

S.B.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés