Informa Tech et Huawei ont accueilli le 4ème Forum Broadband Africa

Le Cap (© 2022 Afriquinfos)-L’Afrique est à l’aube d’une véritable révolution du haut débit mais doit relever un certain nombre de défis importants pour assurer le développement du continent et les avantages économiques qui en découlent. C’est tout du moins ce qui s’est dégagé lors du quatrième Forum Broadband Africa organisé du 7 au 11 novembre par Informa Tech et soutenu par Huawei.

Lors du Forum, des représentants de l’Union africaine (UA), de l’Union africaine des télécommunications (ATU), des principaux opérateurs et fournisseurs, ainsi que des consultants se sont retrouvés pour échanger de façon approfondie sur la meilleure façon d’accélérer l’adoption du haut débit, d’améliorer sa qualité et de promouvoir l’économie des services à large bande en Afrique.

Anderson Amlamba, Directeur du système d’information de gestion de l’UA, a souligné : « Les gouvernements doivent collaborer avec les exploitants pour s’assurer qu’ils améliorent et favorisent leurs opérations, plutôt que de les entraver ».

Plusieurs acteurs de l’industrie ont également pris des engagements et fait un certain nombre d’annonces lors de l’événement.

John Omo, le secrétaire général de l’ATU, a ainsi déclaré que « la limitation du développement du haut débit conduit inévitablement à limiter le développement économique et le commerce mondial », avant d’ajouter : « Nous devons placer le développement du haut débit au cœur de notre discours. »

Gary Lu, Président de Network Marketing & Solution Sales chez Huawei, a souligné qu’il était communément admis que l’infrastructure à très haut débit était la clé du développement économique numérique, ajoutant que le haut débit basé sur la fibre optique devait être déployé dès que possible. « Il a été prouvé que la fibre optique était le meilleur moyen d’assurer le haut débit. Une fois déployée, elle a un cycle de vie de 30 ans. Mais bien entendu, ce n’est pas facile au début, ce qui signifie que nous avons besoin de la coopération de tous, y compris des gouvernements, des transporteurs et des fournisseurs de produits. »

Les responsables et experts des opérateurs régionaux de premier rang – tels que Tunisia Telecom, Telkom en Afrique du Sud et Safaricom au Kenya – ont également partagé leurs succès en matière de conversion du cuivre vers l’optique, de planification du marché du haut débit, de couverture des villes en tout optique et de collaborations avec des fournisseurs d’infrastructures tiers.

Norbert Prihoda, Directeur général adjoint de Tunisie Telecom, s’est également exprimé sur la transformation de la fibre : « La fibre optique éclairera le haut débit des foyers à l’avenir. Nous visons à atteindre le FTTE (tout,) étape par étape, sur la base des pilotes AirPON, à atteindre 50Mbps + en tout lieu pour sécuriser l’expérience client, et à fournir diverses applications domestiques intelligentes. Cela contribuera à augmenter les bénéfices de Tunisie Telecom, accélérera la modernisation de l’infrastructure TIC et posera les bases de la transformation numérique de la Tunisie. » Tunisie Telecom souhaite poursuivre et renforcer la coopération gagnant-gagnant avec Huawei dans le domaine du haut débit domestique.

L’Afrique est à l’aube d’une formidable éclosion du haut débit. Cependant, tous les efforts doivent être faits pour qu’il bénéficie à une partie aussi large que possible de la population, notamment sur le long terme. Pour ce faire, les acteurs des secteurs privé et public opérant dans ce secteur devront toutefois se concentrer sur la synergie entre le haut débit entièrement optique, fixe et sans fil, l’introduction de produits de convergence fixe-mobile et des politiques actives de l’industrie du haut débit.

Afriquinfos. 

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés