Covid-19: Plus de 10 Etats d’Afrique vont bénéficier de la prorogation du moratoire sur la dette jusqu’au 30 juin 2021

Dakar- Les pays du G20 ont approuvé mercredi dernier la prorogation du moratoire sur la dette des pays pauvres accordé en raison de la pandémie du nouveau coronavirus. La  mesure sera prolongée de six (6) mois et bénéficiera à au moins 10 pays africains.

En avril dernier, la pandémie du nouveau coronavirus se propageait sur le continent à vitesse grand V. En raison des restrictions mises en place par les pays pour la stopper, les répercussions sur l’économie des Etats les plus vulnérables étaient préjudiciables pour leurs finances. Les pays du G20 avaient alors décidé de suspendre le service de la dette de ces pays afin qu’ils puissent mobiliser des fonds pour faire face à la riposte sanitaire.

C’est ce moratoire qui a été prolongé de six mois ce mercredi à l’issue d’une réunion virtuelle à laquelle ont pris part les ministres des Finances et chefs des Banques centrales du G20. C’est le ministre saoudien des Finances, Mohammed al-Jadaan, actuel président du Groupe qui en a fait l’annonce. «Nous nous sommes convenus de prolonger l’Initiative de suspension du service de la dette de six mois», a-t-il déclaré.

Cette prorogation court donc jusqu’au 30 juin 2021. Mais déjà, on annonce que ce moratoire pourrait encore être prolongé jusqu’à fin de 2021, lors d’une réunion au printemps prochain du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale. Cette annonce répond à la demande du Sénégal, un des pays bénéficiaires qui par la voix de son Ministre des Affaires étrangères avait demandé en septembre dernier à la tribune de l’ONU, un maintien du moratoire sur la dette des pays africains jusqu’en 2021.

Le G20 n’exclut pas en outre l’idée d’une restructuration de la dette. «Nous reconnaissons que traiter la dette au-delà de la suspension du service de la dette peut être nécessaire au cas par cas», ont laissé entendre les pays du G20 dans une déclaration commune.

La Banque Mondiale et le FMI joignent également leur voix pour appeler les pays les plus fortunés à aider les pays les plus pauvres. «La communauté internationale doit faire tout ce qu’elle peut pour soutenir les plus vulnérables», a insisté le Directrice Générale du Fonds Monétaire Internationale, Kristalina Georgieva.

Pour sa part, le patron de la BM, David Malpass, a fait savoir que «la tendance dans les crises de la dette était que les pays en difficulté passent par des rééchelonnements inefficaces qui les affaiblissent encore davantage… Les créanciers accordent des procédures de réduction de la dette, mais à un coût énorme. Nous devons travailler mieux et plus vite cette fois-ci», a-t-il souhaité.

Boniface T.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés