ACNOA: L’Algérien Mustapha Berraf réélu pour 4 ans devant la Burundaise émérite Nsekera

Le Caire (© 2021 Afriquinfos)- La Burundaise Lydia Nsekera ne sera certes pas la première femme à la tête de l’ACNOA (Association des Comités nationaux olympiques d’Afrique). Toutefois elle conserve sa place d’icône du leadership féminin dans le sport continental, avec de solides références.

  Pour une seconde fois Lydia Nsekera  a perdu l’élection du président de l’ACNOA ce mardi 25 mai au Caire (Egypte), face à l’Algérien Mustapha Berraf, réélu pour quatre ans. Elle avait été déjà battue pour le même poste en 2018 (battue 34 voix contre 20), par le même adversaire.

 Le sieur Berraf (67 ans) avait été élu à la tête de l’ACNOA en novembre 2018 à Tokyo (Japon) lors de l’Assemblée générale extraordinaire et élective de l’instance pour les deux années restantes du mandat olympique 2018-2020, après l’éviction de l’Ivoirien Lassana Palenfo. Outre l’élection du président Mustapha Berraf, les membres de l’Assemblée de l’ACNOA ont procédé également à l’élection de trois premiers Vice-présidents: Joao Da Costa Alegre Afonso (Sao tomé et- Principe), Matlohan Moiloa-Ramoqopo (Lesotho) et Fardouza Moussa Egueh (Djibouti).

  Le poste de 4e vice-président pour lequel deux candidats étaient en course, le Marocain Kamal Lahlou et le Botswanais Negroes Maleala Kgosietsile, est revenu au représentant marocain pour 27 voix contre 25 à son adversaire.

  Même si Mustapha Berraf a récolté 38 voix contre 15 pour son adversaire burundaise (membre du Comité international olympique -CIO-), ceci ne remet nullement en cause la valeur de cette dernière. L’actuelle présidente du Comité national olympique du Burundi présente de solides références qui en font une icône du leadership féminin dans le sport en Afrique. A l’issue de sa large et brillante victoire, l’ancien président du Comité olympique et sportif algérien (COA) a d’ailleurs tenu à rendre hommage à son challenger du Burundi pour sa sportivité.

  1ère femme à diriger une Fédération en Afrique, 1ère femme membre du Comité exécutif de la FIFA

  Apparentée à la famille royale du Burundi, Lydia Nsekera a présidé la Fédération de football du Burundi de 2004 à 2013. Elle est la première femme présidente d’une Fédération en Afrique.

Membre du Comité international olympique depuis 2009, elle devient en 2012 la première femme à faire partie du Comité exécutif de la FIFA. Elle est réélue en 2013 pour un mandat de quatre ans.

  En mars 2017, Lydia Nsekera est élue présidente du Comité national olympique du Burundi, elle a remplacé Évariste Ndayishimiye.

  Agée de 54 ans, Lydia Nsekera est une passionnée de sport. Pourtant, elle ne l’a jamais pratiqué. Elle a en revanche baigné dans un environnement sportif depuis ses six ans. Son père était propriétaire d’un club local dans les années 70: Burundi Sport Dynamique.

  Lydja Nsekera est une fervente défenseure du sport féminin. Les femmes occupent une place de choix dans sa gestion. La présidente de la Commission «Femme et Sport» du CIO confie qu’elle «n’a jamais rien signé (pour un poste, Ndlr) s’il n’y a pas de programmes pour les  femmes». Elle a lancé le premier Championnat national de football féminin du Burundi. La Burundaise siège actuellement dans la Commission de coordination des Jeux olympiques de Tokyo 2020 et de Los Angeles 2028.

Akpene Vignikpo 

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés