Afrique du Sud : Ultime tentative du gouvernement pour mettre fin àla grève dans les mines de platine

Afriquinfos Editeur 7 Vues
2 Min de Lecture

M. Ramatlhodi a annoncé samedi qu'il s'agirait de la dernière réunion gouvernementale avec les parties concernées.

 Il a prévenu que le gouvernement cesserait son intervention si le syndicat des mineurs (Association of Mineworkers and Construction Union, AMCU) et les sociétés minières refusaient le compromis.

 Immédiatement après sa nomination à la tête du ministère le mois dernier, M. Ramatlhodi a fait s'engager des discussions entre l'AMCU et les compagnies minières.

En outre, il a mis sur pied une équipe technique intergouvernementale chargée de travailler avec les mineurs et les instances dirigeantes pour tenter de trouver une issue à la grève qui frappe la région des mines de platine dans la province du Nord- Ouest.

Les discussions se sont poursuivies mais aucun résultat tangible n'a été enregistré pour l'instant. A un certain stade des négociations, M. Ramatlhodi s'est montré optimiste et a annoncé que la grève cesserait rapidement.

Mais par la suite, l'AMCU a indiqué qu'il maintenait ses revendications salariales, exigeant dès maintenant un salaire mensuel de base de 12 500 rands (environ 1 180 dollars) sous forme de rémunération en espèces, ce qui a fait perdre tout espoir d'une solution rapide.

Les compagnies minières n'ont accepté de faire passer la rémunération au niveau exigé par l'AMCU que d'ici juillet 2017. M. Ramatlhodi estime que le gouvernement a suffisamment travaillé pour tenter de convaincre les parties concernées de parvenir à une solution.

Il a souligné que ce n'était pas le rôle du gouvernement d'intervenir dans un conflit salarial entre employeurs et employés. M. Ramatlhodi a également indiqué qu'il restait encore aux parties l'option de nommer un médiateur si elles ne parvenaient toujours pas à un accord lundi.

Jusqu'ici, les cinq mois de grève ont causé plus de 21,6 milliards de rands (environ 2,4 milliards USD) de pertes de recettes pour les sociétés minières et environ 9,6 milliards de rands (environ 905 millions USD) de pertes de salaires pour les employés.