Afrique du Sud/L’installation «Exhibit B» fait objet de polémique

ecapital
2 Min de Lecture

« Exhibit B », est une série de douze tableaux vivants à la manière des zoos humains et des expositions coloniales où l'on exhibait les peuples indigènes par le passé. Présenté au festival d'Avignon en 2013, le spectacle tourne dans le monde entier depuis quatre ans. Mais alors que l'installation s'apprête à revenir fin novembre en France, des voix s'élèvent pour son annulation.

Les détracteurs d'Exhibit B espèrent en fait suivre l'exemple de Londres où des manifeont empêché la tenue de la performance il y a deux mois, après une pétition signée de 23.000 personnes.

De la même façon, un texte circule en France pour demander qu'Exhibit B soit déprogrammé la semaine prochaine au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis et au Centquatre, centre culturel de la ville de Paris, le mois prochain. Les auteurs de la pétition dénoncent un événement raciste : « L’exposition met en scène des Noirs enchaînés et dans différentes positions dégradantes ».

- Advertisement -

L'œuvre de Brett Bailey avait pourtant jusqu'ici toujours été interprétée comme un manifeste antiraciste. À travers douze tableaux esthétiquement soignés, où des comédiens noirs, vivants, fixent le spectateur, le metteur en scène sud-africain entend de fait dire une violence inouïe, faire la preuve des atrocités commises en Afrique à l'époque des colons.

Dans une lettre ouverte, les responsables du Théâtre Gérard Philippe, et du Centquatre ripostent : « Exhibit B touche droit à l'âme, dans sa conscience et bien au-delà. Le programmer est un acte responsable ». Par conséquent l’exposition aura bel et bien lieu, affirment-ils.

L. AGBENOU