Afrique du Sud : Répression des forces de l’ordre sur le trafic d’êtres humains

Afriquinfos Editeur 3 Vues
2 Min de Lecture

La Loi sur la prévention et le combat des trafics de personnes sera la première législation sud-africaine destinée à lutter contre le fléau du trafic d'êtres humains d'une manière holistique et globale.

"La promulgation de cette loi sera significative", a déclaré le porte-parole présidentiel Mac Maharaj.

Outre la création d'un délit principal de trafic d'êtres humains, cette nouvelle législation crée également des délits d'esclavage par la dette, de détention, de destruction ou de trafic des documents de voyage, ou encore d'utilisation de services des victimes de trafic, entre autres, toutes choses qui font que des personnes innocentes peuvent devenir des victimes de cette forme moderne d'esclavage, a déclaré M. Maharaj.

"Les peines pour ces crimes sont sévères, comme il se doit, pour dissuader les criminels potentiels", a-t-il dit.

En plus de créer des délits très spécifiques en relation avec le trafic de personnes, cette législation se concentre aussi sur le sort des victimes, et leur donne protection et assistance pour surmonter leurs expériences traumatiques et menaçantes.

"Ce point fait l'objet d'une attention urgente et le plan est de mettre en oeuvre cette loi dès que possible", a déclaré M. Maharaj.

L'Afrique du Sud est un pays source, un point de transit et un pays de destination pour les trafics d'hommes, de femmes et d'enfants. Les filles sud-africaines font l'objet d'un trafic dans leur propre pays aux fins d'une exploitation sexuelle, tandis que les garçons font l'objet de trafic pour servir de main d'oeuvre dans le commerce de rue ou encore l'agriculture.