Le dirigeant somalien fait voeu de « purger le pays d’Al-Qaïda »

Afriquinfos Editeur
2 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Des milliers de personnes se sont rassemblées à Mogadiscio, capitale de la Somalie, pour dénoncer l'alliance entre le groupe shebab et le réseau Al-Qaïda, annoncée la semaine dernière dans une allocution vidéo commune des chefs de ces deux mouvements terroristes.

Les personnes rassemblées portaient des bannières et des pancartes dont les slogans condamnaient ces deux groupes et promettaient de défendre le pays contre ces combattants rebelles.

S'exprimant devant des milliers d'habitants de Mogadiscio, le président somalien cheikh Ahmed Sharif a déclaré que son gouvernement ne laisserait pas le groupe radical subsister dans son pays.

- Advertisement -

« Nous avons confiance en premier lieu en Allah (Dieu), puis dans notre peuple et dans nos soldats, enfin dans nos frères et amis soucieux de notre bien, pour les combattre (ces rebelles) et purger la Somalie, notre pays, d'Al-Qaïda », a déclaré le président devant une foule brandissant des drapeaux.

Les habitants ont scandé des slogans anti-Al-Qaïda lors de ce rassemblement en présence de hauts responsables gouvernementaux qui ont exprimé leur détermination à lutter contre le groupe radical shebab

Le dirigeant somalien a déclaré que son gouvernement reconnaissait désormais les shebab comme affilié à Al-Qaïda et intensifierait sa campagne contre ce mouvement qui contrôle une grande partie du sud et du centre de la Somalie.

« À partir d'aujourd'hui il n'y a plus des shebab mais seulement Al-Qaïda. C'est la stratégique qu'a utilisé Al-Qaïda. Comme vous le savez Al-Qaïda surveille ce pays depuis les années 1990 mais ils ont vu que notre pays n'accepterait jamais Al-Qaïda », a déclaré le dirigeant somalien.

Le président somalien a réitéré la requête de son gouvernement de lever l'embargo sur les armes imposé par l'ONU sur la Somalie au début des années 1990 pour enrayer la propagation des armes dans ce pays ravagé par la guerre.

Cet appel fait suite à l'annonce d'Al-Qaïda la semaine dernière disant que le groupe islamiste shebab unissait ses forces au réseau terroriste.