Bénin: Le ministre de la Justice réagit à l’annonce de la grève des magistrats

Afriquinfos Editeur 6 Vues
2 Min de Lecture

Me Marie-Elise Gbèdo aurait traité la corporation des magistrats de corrompue "dans son ensemble". "Je ne peux ni de près, ni de loin, juger que toute la magistrature de notre pays, ni que tous les magistrats, sont touchés par la corruption", a déclaré le Garde des Sceaux.

Dans une motion publiée lundi, l'Unamab menace d'observer une grève de protestation de 72 heures dès mardi si le Garde de Seaux ne lui présentait pas des excuses publiques et que si le gouvernement "sans ambigüité" ne se désolidarisait pas des "propos malveillants et injurieux" de Me Marie-Elise Gbèdo.

Dans sa déclaration, le Garde des Sceaux indique cependant que, dans une enquête diagnostic réalisé par un cabinet international en 2007, "66 % des Béninois n'ont aucune confiance dans le système judiciaire béninois", 85% la juge "discriminatoire au détriment des pauvres" et 82 % estiment qu'elle "manipulée par des intérêts économiques".

"Les entrepreneurs, ceux-là mêmes à qui toute l'attention requise devrait être accordée, étant donné que c'est l'entreprise qui crée des emplois, distribue des revenus et produits la richesse, trouvent que l'influence de la corruption sur les décisions de justice relevant de nos tribunaux s'élève à 75 %", indique le Garde des Sceaux.

Me Marie-Elise Gbèdo confirme que des "dossiers (de corruption) impliquant des magistrats (béninois) sont en traitement et seront soumis au conseil supérieur de la magistrature".