Revue de la presse malienne du 17 janvier

Afriquinfos Editeur 6 Vues
4 Min de Lecture

L'Essor

La 1ère Journée nationale des Régions devrait permettre aux acteurs de la décentralisation de revisiter les politiques et programmes d'emplois et de formation professionnelle pour mieux les appliquer aux besoins des collectivités. Notre pays s'est lancé depuis deux décennies dans un ambitieux programme de décentralisation qui accorde un rôle important aux collectivités décentralisées dans les processus de développement, de planification et de prise de décision. La décentralisation crée des opportunités pour la mise en œuvre de projets et programmes dans les communautés et vise à améliorer l'impact des différentes interventions. Les collectivités se voient ainsi confier un rôle primordial dans la mise en œuvre d'infrastructures de base comme la construction et l'administration des écoles, des infrastructures de santé, des routes, des systèmes adductions d'eau, dans le développement de l'agriculture, mais aussi et surtout dans la création d'emplois et la promotion de la formation professionnelle. En effet, et on l'ignore souvent, la promotion de l'emploi et la formation professionnelle jouent un rôle de premier plan dans le processus de décentralisation et dans le développement économique et social des collectivités.

L'Indépendant

Le cercle de Yanfolila, dans le Wassoulou, aura dans quelques mois une importante unité de transformation et de conditionnement de fruits et légumes frais. Ce projet, qui va coûter près de 7 milliards de FCFA, est l'œuvre d'investisseurs monégasques. La première pierre de ce projet structurant a été posé, hier lundi janvier par la ministre de l'Industrie, des Investissements et du Commerce, Mme Sangaré Niamato Ba, avec à ses côtés M. Andrea Soave, PDG de la nouvelle unité dénommée Centre d'étude et de développement industriel et agricole du Mali (CEDIAM). Ce projet est agrée au régime des zones franches du code des Investissements. A ce titre, le CEDIAM-SA, une fois fonctionnel, devra permettre d'exporter au moins 80% de la production. Toutefois, s'il le désire, le projet pourra vendre le reste (20%) sur le marché national. Il bénéficiera de l'Etat l'exonération des droits et taxes sur les équipements, machines, outils et pièces de rechange nécessaires à sa réalisation qui ne doit pas excéder trois ans et l'exonération de tous droits et taxes liés à l'exercice de son activité pendant trente.

Le Républicain

La 3è édition de la Rentrée littéraire du Mali aura lieu du 7 au 10 février 2012, au Musée et au Parc National. L'information a été donnée au cours d'une conférence de presse animée au siège de la Fédération des artistes du Mali par les responsables du fonds des prix littéraires du Mali. D'année en année, depuis bientôt trois, la Rentrée littéraire du Mali est en train de faire du chemin. Initiée pour contribuer à l'amélioration de la structuration et de l'intégration de la filière livre en Afrique en général et au Mali en particulier, en promouvant les auteurs et la diffusion de leurs œuvres, la messe du livre au Mali est en passe de devenir un événement continental, sinon mondial. Cette année, en plus des auteurs maliens résidant au Mali ou à l'extérieur, les organisateurs de la rentrée littéraire du Mali sont en train de mettre les petits plats dans les grands pour recevoir des écrivains non maliens qui viendront de l'Afrique et de l'Europe.