Bénin : célébration de la seizième édition de la fête du vodou

Afriquinfos Editeur 10 Vues
2 Min de Lecture

Instaurée en 1994 par l'ancien chef d'Etat béninois, Nicéphore Soglo (1991-1996), cette fête nationale, célébrée le 10 janvier de chaque année, est consacrée aux religions endogènes, dont le vodou, religion traditionnelle de la grande majorité des Béninois. La journée est déclarée chômée et payée dans tout le pays.

Chaque année, le gouvernement apporte un soutien financier à l'organisation des manifestations officielles de cette célébration qui se déroule de manière tournante à travers le pays. Selon des sources officielles, cette année le gouvernement a mis à la disposition des dignitaires des religions traditionnelles, toutes tendances confondues, une enveloppe financière de 100 millions de Franc CFA (plus de 194.000 USD).

Lokossa, lieu des manifestations officielles de cette 16e édition des religions traditionnelles, a drainé une foule immense de curieux, d'adeptes de plusieurs de divinités, ainsi que plusieurs personnalités, notamment des membres du gouvernement.

Prières, libations, danses d'adeptes du vodou, parés de leurs beaux accoutrements, ont marqué cette célébration qui attire, chaque année, des centaines de touristes et d'étrangers venus de l'Europe, d'Asie et surtout des Amériques.

La ville de Ouidah, "berceau du vodou", située à une quarantaine de kilomètres de Cotonou, abrite également, chaque année, une partie des manifestations officielles de la fête des religions traditionnelles.

Les manifestations se déroulent au pied du célèbre monument appelé, "la porte du non-retour", érigé en 1992 par Nicéphore Soglo, en mémoire des esclaves déportés vers les Amériques durant la période de l'esclavage.

Plusieurs officilles, dont les ambassadeurs de France et des Etats-Unis, ont assisté à ces manifestations au pied de la "porte du non retour" à une centaine de mètres de la plage de Ouidah. Le monument célèbre cette année les 20 ans de son érection.

L'artiste internationale de la chanson, Angelique Kidjo, native de Ouidah, était la marraine de ces manifestations qui se sont déroulée, dans la liesse jusque au le soir.