Revue de la presse malienne du 29 novembre

Afriquinfos Editeur
4 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

L'Essor
Le Premier ministre, Mme Cissé Mariam Kaïdama Sidibé, a présidé vendredi, à la Primature une réunion du Comité interministériel de suivi des préparatifs de la rentrée universitaire. La rencontre s'est déroulée en présence de membres du gouvernement et des responsables des structures concernées par la question. La rencontre a mesuré l'avancement des travaux de rénovation et de réhabilitation des infrastructures universitaires et examiné la question de location de résidences privées. Elle a pris des informations sur la bancarisation des bourses des étudiants, le plan de sécurisation et d'assainissement du domaine universitaire, l'installation et l'équipement des quatre nouvelles entités nées de la scission de l'Université de Bamako. Le comité a aussi discuté de l'installation et de l'attribution des locaux à la nouvelle Ecole normale d'enseignement technique et professionnelle et à l'ISFRA. Passant en revue les tâches confiées au département de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique qu'elle dirige, Mme Siby Ginette Bellegarde, a confirmé le démarrage effectif des travaux de rénovation, de réhabilitation, de suivi et de supervision des résidences universitaires, l'identification des résidences privées et la suppression du dépôt de transit d'ordures du domaine universitaire.

L'Indépendant
Au moment où des militaires maliens et français sont aux trousses des ravisseurs des deux Français enlevés à Hombori dans la nuit de mercredi à jeudi derniers, on apprend qu'à Tombouctou, il y a eu le vendredi 25 novembre dans la journée, l'enlèvement de trois touristes et l'assassinat d'un autre. Ces actes ignobles, commis à l'Auberge Lafia au nez et à la barbe des tenanciers de l'établissement, ont écœuré les populations de la Cité mystérieuse qui ont hué, selon plusieurs témoignages, les militaires maliens qui se seraient tardivement lancés à la poursuite des assaillants. Des preneurs d'otages qui se sont comportés comme en territoire conquis. En réaction à ces deux événements douloureux, le gouvernement a, par le biais d'un communiqué laconique, dénoncé "une action terroriste contre la sécurité et la stabilité du pays". Selon plusieurs sources contactées sur place, cinq touristes (deux Sud-africains, deux Hollandaises et un Allemand) venaient de terminer une tournée touristique de la ville. Une des deux Hollandaises se retire dans le camping-car pour se reposer.

Le Républicain
La réalité semble dépasser la fiction au Nord-Mali. Lundi, deux autres mauvaises nouvelles. A Al Moustarat, deux enturbannés à motos braquent le tout terrain de la brigade de gendarmerie en partance pour la relève de faction et l'emportent, larguant ses passagers dans la nature : quatre gendarmes que le maire de Tarkint viendra remorquer dans sa voiture. Dans le même temps, plus au Nord, dans des circonstances tout aussi rocambolesques, le véhicule du préfet de Kidal devant le Commissariat de la ville est enlevé. Autre mauvaise nouvelle qui a fait le tour de Bamako dans l'après-midi du lundi : l'émir Abdelkrim, le Touareg d'Aqmi, aurait rejoint Iyad Ag Ali en dissidence depuis deux semaines. Abdelkrim -de son vrai nom Ahmada Ag Ama-est originaire de Kidal, de la classe des Ifoghas comme Iyad dont il a été le pote. Même s'il est aujourd'hui, le chef d'un khatibat de 150 à 200 hommes opérant sous les ordres du redoutable Abuzeid. Dans les années 1990, Iyad a fréquenté avec lui la Dawa, cette antichambre de l'islam d'essence khareijite dont la finalité reste l'Etat théocratique musulman! Mais la vie d'ermite et d'ascète n'est pas la tasse de thé du chef historique du leader historique du Mouvement populaire de l'Azawad, l'épicentre de la rébellion nomade.
 

- Advertisement -