Afrique de l’Est : l’insécurité alimentaire affecte 11,1 millions de personnes

Afriquinfos Editeur 8 Vues
4 Min de Lecture

Quelques 11,1 millions de personnes restent affectées par l'insécurité alimentaire dans la r égion d'Afrique de l'est en septembre 2013, soit une baisse de 14, 5 millions en septembre 2011, ont déclaré jeudi les experts de la sécurité alimentaire dans un rapport publié.

L'étude menée par le Famine Early Warning Systems Network (FEWS Net) a toutefois noté d'importantes améliorations en matière de sécurité alimentaire dans de nombreuses régions de la Somalie, du Soudan du Sud, du Soudan et de l'Éthiopie en raison de l'accès à l'aide humanitaire, la succession des saisons de production proches de la normale, la baisse des conflits, et l'amélioration des conditions macroéconomiques.

"La tendance générale à la baisse des prix alimentaires au Soudan du Sud, en Ouganda, au Kenya et en Tanzanie devrait diminuer l'insécurité alimentaire de décembre à mars 2014", ont déclaré les experts.

Néanmoins, ils ont dit que les prix ne diminueront pas autant que d'habitude en raison de la baisse de production de maïs inferieure à la moyenne au cours de la saison de production entre mars et juin en Ouganda et d'une forte demande pour les exportations.

La récolte inferieure à la moyenne du sorgho prévue entre novembre et janvier au Soudan va de même entraîner l'épuisement pr écoce atypique des stocks alimentaires et la baisse des exportations vers l'Érythrée et le Soudan du Sud, l'augmentation du nombre de personnes affectées par l'insécurité alimentaire de janvier à mars 2014.

Les pluies d'octobre a décembre se sont établies à la mi- novembre dans la plupart des parties de la région. Elles étaient un retard considérable dans le sud de la Somalie, dans l'est du Kenya et dans le nord de la Tanzanie.

Dans l'ensemble, des pluies normales ou inférieures à la normale sont prévues entre octobre et décembre. Cependant, le ré chauffement anormal de la mer Rouge est susceptible d'entraîner une amélioration des précipitations dans certaines parties de l'Ethiopie, de Djibouti et dans le nord de la Somalie jusqu'en dé cembre.

Toutefois, le rapport intervient après que l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) ait demandé aux Kenya à se préparer pour des temps difficiles et des prix élevés en raison de faibles pluies ainsi que des coûts de production élevés et le maïs létal dans certaines parties du pays.

Le responsable national de la FAO pour la sécurité alimentaire Simon Muhindi a déclaré que la production alimentaire dans le pays pourrait diminuer de 30 à 40%.

"Les Kenyans doivent se préparer pour des moments difficiles à partir d'avril de l'année prochaine et cela est dû à des faibles pluies et nous prévoyons que la production de maïs va baisser de 36 millions de sacs à 24 millions de sacs cette année", a déclaré M. Muhindi.