Afrique du Sud, Egypte, Nigeria, Kenya, Maroc concentrent les plus grandes fortunes en Afrique en 2024

Afriquinfos Editeur
3 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Londres (© 2024 Afriquinfos)- Cinq pays, notamment l’Afrique du Sud, l’Égypte, le Nigeria, le Kenya et le Maroc,  (surnommés les « Big 5 »), constituent les cinq grands marchés africains du patrimoine. Ils concentrent à eux seuls, le lieu de résidence de 56 % des millionnaires du continent et de plus de 90 % de ses milliardaires, révèle le rapport annuel 2024 sur la richesse en Afrique.

L’Afrique du Sud abrite toujours deux fois plus de HNWI que tout autre pays africain, avec 37 400 millionnaires, 102 centi-millionnaires et 5 milliardaires, suivie par l’Égypte avec 15 600 millionnaires, 52 centi-millionnaires et 7 milliardaires. Le Nigeria occupe la troisième place avec 8 200 HNWI, suivi du Kenya (7 200 millionnaires), du Maroc (6 800), de l’île Maurice (5 100), de l’Algérie (2 800), du Ghana (2 700), de l’Éthiopie (2 700) et de la Namibie (2 300), souligne le rapport annuel qui est à sa 9ème édition.

Au niveau des villes, Johannesburg conserve sa place de ville la plus riche d’Afrique, avec 12 300 millionnaires, 25 centi-millionnaires et 2 milliardaires. Le Cap suit de près avec 7 400 millionnaires, 28 centi-millionnaires et 1 milliardaire.Le Caire (7 200 millionnaires), Nairobi (4 400) et Lagos (4 200) se distinguent également en tant que principaux centres de richesse urbaine en Afrique.

D’après la même source, on recense actuellement 135 200 personnes fortunées vivant en Afrique dont la richesse investissable s’élève à 1 million USD ou plus, avec 342 centimillionnaires et 21 milliardaires (en dollars).

- Advertisement -

Et la richesse totale investissable actuellement détenue sur le continent africain s’élève à 2,5 billions d’USD et le nombre de millionnaires devrait augmenter de 65 % au cours des dix prochaines années, selon l’Africa Wealth Report 2024, publié par la société internationale de conseil en gestion de patrimoine Henley & Partners.

Mais, d’après Dominic Volek, responsable de la clientèle privée chez Henley & Partners, la dépréciation des devises et les performances insuffisantes des marchés boursiers ont entamé la richesse de l’Afrique par rapport aux références mondiales: « Le rand sud-africain a chuté de 43 % par rapport au dollar américain entre 2013 et 2023, et même si l’indice JSE All Share a augmenté en monnaie locale, il a baissé de 5 % en termes de dollars. Les monnaies de la plupart des autres pays africains ont également enregistré de mauvaises performances au cours de la dernière décennie, avec des dépréciations spectaculaires de plus de 75 %« .

V.A.