Tunisie : le gouvernement de la dernière chance ?

TUNIS (© 2020 Afriquinfos)- Hichem Mechichi, désigné le 25 juillet par le Président Kaïs Saïed pour former le prochain gouvernement tunisien, avait un mois pour rendre sa copie. Il a attendu minuit sonnantes, hier, pour dévoiler enfin la liste de son équipe : 25 ministres et 3 secrétaires d’État.

Un «gouvernement de compétences», formé de ministres indépendants souvent issus de l’administration et non affiliés politiquement. Une équipe à l’image de son patron, Hichem Mechichi, un technocrate de 46 ans sorti du moule de l’administration et totalement inconnu du grand public jusqu’à l’an dernier. Maintenant, le plus dur commence : le Parlement se réunira le mardi 1er septembre prochain pour voter ou non l’investiture de ce gouvernement de la dernière chance…

Hichem Mechichi a été choisi par le président Kaïs Saïed et par la directrice de cabinet de celui-ci, Nadia Akacha, pour remplacer au pied levé Elyes Fakhfakh, emporté par un scandale de conflit d’intérêts. Fakhfakh s’était mis à dos le parti islamiste Ennahdha, force dominante au sein du Parlement tunisien (54 des 217 élus de l’Assemblée des représentants du peuple). Le président Saïed, lui-même en conflit politique avec les islamistes, a longtemps hésité avant de lâcher Fakhfakh. Il s’y est résolu pour éviter que le chef du gouvernement ne soit renversé par une motion de censure, ce qui aurait alors permis à Ennahdha de désigner son successeur sans que le président ne puisse dire son mot.

Indépendant et hostile aux partis politiques, le président Kaïs Saïed savait que la désignation de Mechichi serait perçue comme un camouflet par les formations qui dominent le Parlement tunisien. Pis : Mechichi les a snobés, n’a tenu aucun compte de leur avis pendant la phase de consultations, et ne les a pas informés de son choix. Stratégie risquée : c’est un jeu à quitte ou double, un moyen de tordre le bras aux partis. Soit ils capitulent et acceptent Mechichi et son gouvernement, soit ils retournent devant les urnes, car Saïed dissoudra alors le Parlement, moins d’un an après les élections d’octobre 2019.

Stratégie à quitte ou double

Difficile, à l’heure qu’il est, de savoir si Mechichi obtiendra ou non la confiance des députés (109 voix sont requises). Les islamistes d’Ennahdha, leurs alliés d’Al Karama (populo-islamo-révolutionnaires), mais aussi Attayar, le Courant démocratique, de Mohamed Abbou, ont dit leur opposition à la formule d’un gouvernement de «compétences indépendante».

Mais l’opinion publique tunisienne a bien accueilli la nouvelle équipe, même si la plupart des ministres lui sont inconnus. Exaspérés par cette crise politique qui se prolonge depuis le décès, en juillet 2019, du président Béji Caïd Essebsi, les Tunisiens voient leur économie s’effondrer (le PIB s’est contracté de 21,6% au deuxième trimestre 2020) et l’autorité de l’État tomber en déliquescence. S’ils retournaient aux urnes, ils pourraient sanctionner durement la classe politique dans son ensemble en portant leurs votes sur le PDL, le Parti Destourien Libre, de l’avocate Abir Moussi, nostalgique de Zine El Abidine Ben Ali et viscéralement opposée aux islamistes mais aussi à la mouvance révolutionnaire représentée par les supporters de Kaïs Saïed. Le PDL caracole maintenant en tête dans les sondages…

 

K.A.N

Ces articles devraient vous intéresser :

Tanzanie: Magufuli rempile promettant des élections '' libres et équitables'' »
Côte d'Ivoire : le PDCI propose un report de 12 mois de la présidentielle d'octobre
Guinée: le président Alpha Condé candidat à un troisième mandat
En Centrafrique, l'ex-chef de l'Etat Bozizé candidat à la présidentielle de 2020
Présidentielle 2020 en Tanzanie: Lissu s'opposera au nom du Chadema à Magufuli
Elections générales d'octobre 2020 en Tanzanie : Enjeux et forces en présence
Guinée: la mobilisation contre un supposé 3e mandat recommence
Côte d'Ivoire : au moins 4 morts dans des manifestations hostiles à une candidature Ouattara
Présidentielle au Burkina : Kaboré investi samedi par son parti malgré un bilan mitigé
Elections 2020 au Niger: L'OIF au secours du fichier électoral dans un contexte de suspicion
Éthiopie : l'opposition ne décolère pas devant le report sine die des élections générales 2020
Après le report des élections, une mission de la CEDEAO et de l’OIF à Conakry
Elections de novembre 2020 au Faso: le Parlement adapte le Code électoral au péril terroriste
Covid-19 : Le Mali maintient ses élections législatives malgré la menace de l’épidémie
Laurent Gbagbo définitivement radié des listes !
Guinée: le président Condé, sollicité pour briguer un 3e mandat, réserve sa réponse
Côte d'Ivoire : pour Henri Konan Bédié, candidat à la présidentielle à 86 ans, "l'âge est un atout".
Élections générales 2020: Passe d'armes politiques entre Abiy Ahmed et ses opposants
Emmanuel Macron annonce la fermeture des frontières de l'Union européenne et le report du second tou...
Côte d'Ivoire: le président Alassane Ouattara candidat à un troisième mandat
Tchad: Elections législatives, une Arlésienne depuis 2015
Guinée : Les élections et le référendum de nouveaux reportés
Report des élections en Guinée : la CEDEAO et l’UA saluent la décision
Présidentielle en Côte d'Ivoire : la CENI fixe la date limite des dépôts de candidatures au 31 juill...

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés