Manifestation du 19 juin : la CEDEAO joue aux facilitateurs, les Maliens dans l’expectative

Manifestation du 19 juin au Mali

Manifestation du 19 juin au Mali | Une délégation de la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) est annoncée jeudi à Bamako où elle devrait rencontrer les acteurs de la crise, alors que le chef de file de la contestation appelle à manifester « en masse » demain vendredi.

Le chef de file de la contestation en cours contre le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, l’imam Mahmoud Dicko, a appelé à manifester « en masse » contre le pouvoir vendredi, malgré les signes d’ouverture émis par le chef de l’Etat.

L’influent religieux a accusé mercredi le président de n’avoir pas entendu le message des dizaines de milliers de personnes descendues dans la rue le 5 juin à Bamako.

« Il n’a pas tiré la leçon, il n’écoute pas les gens. Mais cette fois-ci, il va comprendre », a-t-il déclaré en bambara devant la presse.

Le prêcheur rigoriste et patriote, grand contempteur du pouvoir, est la figure dominante d’une coalition hétéroclite qui s’est forgée contre le chef de l’Etat.

Elle canalise l’exaspération nourrie depuis des mois par la mort de milliers de personnes tuées ces dernières années dans les attaques jihadistes et les violences intercommunautaires, le ressenti de l’impuissance de l’Etat, le marasme économique, la crise des services publics et de l’école et la perception d’une corruption répandue. Elle rassemble des responsables religieux et des personnalités de la société civile comme du monde politique.

Il y a 12 jours, ce mouvement qui a pris depuis le nom « du 5 juin », avait réclamé la démission du président dans les rues de la capitale.

Le président, à la tête depuis 2013 de ce vaste pays pauvre pris dans la tourmente, a tenté l’apaisement mardi. Il a annoncé des discussions en vue d’un gouvernement d’union nationale, et laissé la porte ouverte à une dissolution du parlement. Il a exprimé sa volonté « d’apaisement ».

Dans une autre démarche conciliatrice, le Premier ministre Boubou Cissé s’est rendu mercredi auprès du chérif de Nioro, Bouyé Haïdara, dirigeant musulman respecté et mentor de l’imam Dicko.

« Sortir massivement » dans la rue –

Ce dernier a cependant signifié mercredi qu’un nouveau rassemblement annoncé pour vendredi était maintenu.

« Je lance un appel à tous les groupes à sortir massivement vendredi. La mobilisation sera sans pareille », a-t-il dit.Il a assuré que le mouvement était pacifique et réprouvait la violence.

Lui-même ne réclame pas publiquement la démission du président. Il s’est à nouveau dit prêt au dialogue avec tout le monde, « jusqu’à ce que les préoccupations des Maliens soient satisfaites ».

Intervention du général Moussa Traoré dans la crise

L’ancien président de la République, le Général Moussa Traoré, est très clair : il n’entend jouer ni le rôle de médiateur, ni celui d’arbitre dans le cadre de la crise socio-politique que le Mali traverse en ce moment. Cette position, il l’a réaffirmée en présence du président de la République et de l’Imam Mahmoud Dicko (respectivement accompagnés du Premier ministre et de Dr. Choguel Kokalla Maïga). C’était samedi lors d’une réunion qu’il avait conviée, chez lui, à Djicoroni-Para, pour concilier les positions dans le cadre de la crise que le pays traverse en ce moment. Le Général a rappelé aux uns et aux autres que c’est pour lui un devoir de génération, compte tenu de son âge, d’intervenir entre les fils de son pays, s’il constate que ceux-ci sont en désaccord et qu’il entendait rester dans ce rôle. Il a affirmé n’avoir pas la prétention de résoudre la crise socio-politique que nous vivons depuis la proclamation définitive des résultats des élections législatives. Aussi, celui que l’on surnomme GMT aurait rappelé à ses visiteurs que son intention n’est pas non plus de demander aux uns et aux autres de renoncer à leurs requêtes ou d’accepter un quelconque compromis. Seulement, aurait-il insisté, sa conviction à lui est que les uns et les autres doivent se parler, car tous les conflits se terminent par la négociation.

Celle-ci culmine alors que le président malien est confronté à la persistance et la propagation des violences jihadistes et intercommunautaires. Parties du nord en 2012, elles ont gagné le centre et le Burkina Faso et le Niger voisins.

Une attaque imputée aux jihadistes a fait au moins 27 morts et 5 disparus dans les rangs de l’armée malienne dimanche à Bouka Weré, selon un nouveau bilan de source militaire.

Deux sous-préfets ont été enlevés mercredi dans les environs de Tombouctou (nord), a dit à l’AFP un responsable du ministère de l’Administration territoriale, évoquant un acte soit crapuleux, soit jihadiste.

Le Mali se trouve à un moment délicat où les acteurs internationaux divergent sur la trajectoire des progrès accomplis, ou non, contre les jihadistes et sur la voie d’un rétablissement de la souveraineté de l’Etat, où la question du maintien de la Mission de l’Onu (Minusma) est sur la table et où celle de la poursuite de l’engagement américain au Sahel reste en suspens.

V.A.

Ces articles devraient vous intéresser :

Covid-19: Ingrédients de la résilience de la CEDEAO selon le Président Issoufou 
Renouer le fil du dialogue/Les opposants béninois bientôt écoutés par la CEDEAO
Les mutations attendues dans la CEDEAO après le 55ème Sommet de ses dirigeants
La commission de la Cedeao et la Suisse signe un partenariat portant sur des investissements dans le...
L’état de la pandémie en Afrique au 13 juin 2020
Sierra Leone : la cour de Justice de la CEDEAO ordonne la réintégration de milliers de filles encein...
Guinée-Bissau/ Contentieux électoral : la CEDEAO donne jusqu’au 15 février à la Cour Suprême pour tr...
Recommandations des parlementaires de la CEDEAO pour humaniser la migration de la jeunesse africaine
Afrique de l'ouest : les OSC se mobilisent pour endiguer le terrorisme sous la férule de la CEDEAO
Guinée/La communauté internationale décidée à mettre la pression sur Condé, la CEDEAO pas prête (Opp...
Vers la création d’une task force permanente de l’UA contre les épidémies ?
Sommet Cedeao-Ceeac : La Déclaration sur la paix et la sécurité adoptée à Lomé
LA Cedeao prend des mesures pour lutter contre la propagation du COVID-19
La CEDEAO appelle au respect de la date des législatives en Guinée Bissau
Santé : Les pays de la CEDEAO s’arment contre la propagation du COVID-19
La CEDEAO préconise une réouverture synchronisée des frontières début juillet
Le président nigérian Muhammadu Buhari prend les rênes de la présidence en exercice de la CEDEAO
CEDEAO : début de brouille diplomatique entre Accra et Abuja ?
CEDEAO : un engagement financier de 1400 milliards Fcfa annoncé pour la mise en œuvre du Plan CACAO
Direction de l'OMC : la CEDEAO appuie la candidature d'Okonjo-Iweala et mobilise l'Afrique pour sa c...
Guinée: Le différend autour de la nouvelle Constitution se transpose devant la CEDEAO
Un plan d’urgence proposé par le conseil de médiation pour faire face à l’insécurité dans l’espace C...
La Cedeao recommande d’écarter 2,4 millions d’électeurs du fichier électoral
La transhumance dans l’espace CEDEAO expliquée par Sékou Sangaré Commissaire de l’Agriculture, de l’...

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés