Démocratie ghanéenne: les particularités des premières élections sans Rawlings

Accra (© 2020 Afriquinfos)- Décédé le 12 novembre dernier, l’ex Président Ghana, John Jerry Rawlings ne sera pas cette fois-ci le témoin de la leçon de démocratie que donnera son pays au reste du continent. Une démocratie qu’il a contribué à instaurer et qui vaut désormais au Ghana d’être cité en exemple. Ce lundi 7 septembre, les 17 millions de Ghanéens sont allés aux urnes pour élire leurs représentants aux Parlement ainsi que leur futur président. Le vote s’est déroulé de manière pacifique et les résultats qui sont compilés suivant un nouveau procédé, seront connus ce mardi.

Si quelques échauffourées ont été signalées dans certaines localités du pays, le double scrutin législatif et présidentiel s’est déroulé dans une ambiance bonne enfant et les 17 millions d’électeurs ont pu exercer leur droit sans accrocs. Il fait dire qu’au Ghana, ont tient plus que tout à la stabilité et à la démocratie. En témoigne le pacte signé vendredi dernier par les deux principaux adversaires de l’élection présidentielle. Le président sortant Nana Akufo-Addo, candidat à sa propre succession et son principal challenger, l’ancien président John Mahama, ont signé un pacte de paix afin que toute violence soit proscrite du processus électoral. Ils ont tous deux, appelé leurs partisans au calme et indiqué qu’ils accepteraient le résultat des urnes.

C’est feu John Jerry Rawlings qui en 1992, a instauré la démocratie dans le pays qui doit être heureux de là où il est. On se souvient de son coup de gueule à l’encontre de John Mahama en 2016, alors que ce dernier, bien que membre de son parti, le NDC, contestait la victoire de Nana Akufo-Addo. Toujours dans l’optique de maintenir un climat de paix dans le pays, la transmission électronique des résultats a été exclue cette année. Tous les bulletins seront comptés à la main. En 2016, la défection des machines au cours des opérations de transmission des résultats avait été au cœur du contentieux post-électoral.

Le système de transmission des résultats est en outre désormais décentralisé. Les 275 districts électoraux enverront les résultats à 16 régions, nouvellement créées, qui transmettront ensuite les résultats à la Commission électorale à Accra. Il s’agit là de gagner du temps pour permettre une proclamation plus rapide, éclatée et fluide des résultats.

Avec ces nouvelles élections organisées pacifiquement, le Ghana conforte son statut de bon élève en matière de démocratie en Afrique occidentale ainsi que dans toute l’Afrique. Le pays classé 6ème Etat le plus démocratique du continent (par Economist Intelligence Unit) n’est pas près de descendre dans ce ranking.

Boniface T.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés