Tunisie : l’investissement agricole se porte bien malgré la conjoncture difficile

Afriquinfos Editeur 5 Vues
2 Min de Lecture

Selon l'APIA, "ces résultats ne constitue en aucun un hasard" puisque tous les efforts ont été multipliés et focalisés en 2011 sur "l'aspect conjoncturel de la situation, l'assistance des promoteurs dans l'instruction de leurs projets" ainsi que la sensibilisation sur l'importance des avantages financiers accordés dans le cas d'investissements agricole.

La dernière lettre de conjoncture de l'APIA "APIA News" révèle dans ce sens que "44% des investissements déclarés en 2011 ont fait l'objet de décisions d'octroi d'avantages financiers contre seulement 32,5% pour l'année 2010".

Vers la fin de l'année 2011, le volume des investissements agrées au mois de décembre passé ont représenté plus de 18% de l'investissement total de l'année 2011, l'équivalemment d'environ 89 millions de dinars (plus de 58 millions de dollars), précise encore l'APIA.

Les données fournies par l'APIA à Xinhua indiquent que les investissements dans les projets d'aquaculture détient la part du lion en matière du volume global des investissements agréés "grâce à une enveloppe de plus de 85 millions de dinars" (55 millions de dinars) et à un taux de croissance de 44,7% en comparaison aux résultats de l'année 2010.

Quant à l'investissement étranger, l'installation d'un projet de géothermie dans le gouvernorat de Gabes (Sud-Est) en novembre 2011 a permis de ramener la valeur de l'investissement agricole à 24.2 millions de dinars (15 millions de dollars) soit plus de 8 fois le résultat de 2010.

Tout comme les autres secteurs de l'économie, l'investissement agricole devrait être considéré parmi les priorités de la prochaine étape notamment aux niveaux de "ma collaboration avec les mécanismes de financement, la simplification des procédures d'octroi d'avantages financiers, le renforcement du partenariat étranger surtout dans le transfert technologique", a estimé l'APIA dans le dernier numéro de sa Lettre de conjoncture.